Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Dim 20 Déc - 16:24

SOULAGES 1990 PEINTURE 136x136CM 24 DECEMBRE 1990 A


SOULAGES 1990 PEINTURE 136x136CM 24 DECEMBRE 1990 B


SOULAGES 1990 PEINTURE 136x136CM 24 DECEMBRE 1990 C


SOULAGES 1990 PEINTURE 136x136CM 24 DECEMBRE 1990 DETAIL
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Dim 20 Déc - 18:25

SOULAGES 2004 PEINTURE 324X362CM 9 AOUT 2004 A


SOULAGES 2004 PEINTURE 324X362CM 9 AOUT 2004 B


SOULAGES 2010 PEINTURE 81X130CM 18 NOVEMBRE 2010


SOULAGES 2012 PEINTURE 130X130CM 5 MARS 2012 ACRYLIQUE

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Dim 20 Déc - 18:56

Voilà pour les peintures, je propose une petite pause avant de parler des vitraux de Conques.

Pierre Soulages est né le 24 décembre 1919, il va bientôt fêter ses 96 ans! cheers

J'ai volontairement montré beaucoup de ses peintures, la quasi totalité de ce que j'ai photographié au musée, pour donner un aperçu d'ensemble de son oeuvre et de ses évolutions. De 1936 à 2012, cela représente 76 ans de travail! C'est impressionnant.
Je sais qu'il y a des gens qui trouvent Soulages trop austère, ou bien "esthétisant", trop "beau"...
Pour ma part, j'aime, j'admire la cohérence de son oeuvre et son phénoménal approfondissement.
J'aime son inventivité à la fois austère et extraordinairement créative.
Sa lente évolution vers un épanouissement rigoureux et sobre.
J'aime la tension extrême entre sacré et matérialité à laquelle il est parvenu....

Pas facile à formuler Suspect
Je peine à trouver mes mots et risque fort de les rectifier Smile


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 23 Déc - 10:57, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  alainD le Mar 22 Déc - 19:21

Je ne sais pas si je dois dire quelque chose.
Enfin sans Soulages je ne serais pas qui je suis.
Cela me prendrait 40 ans à expliquer cela.
Car c'est il y a 40 ans que j'étais dans son atelier du quartier latin, et il nous avait sorti les brosses qu'il se fabriquait pour étendre la peinture, quasi des balais.
J'étais déjà marxiste, le matérialisme me faisait pas peur.

Mais je vais dire plus utile. A cause de notre ami commun, Hugo Pernet.
"A quel âge peut-on se fatiguer de l'abstraction?"
( je parle pas de l'abstraction visitée, hein mais de l'abstraction que l'on crée ,soi-même, avec ses petites brosses ou son clavier).
Moi, perso, 50 ans  peu près.
Qui dit mieux? , ahaha
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Mer 23 Déc - 11:13

alainAdmin a écrit:Je ne sais pas si je dois dire quelque chose.
 
 
Soulages impose le silence....

     

Enfin sans Soulages je ne serais pas qui je suis.
Cela me prendrait 40 ans à expliquer cela.
 
Essaie un peu quand même... Demain.... Pour ses 96 ans!


Car c'est il y a 40 ans que j'étais dans son atelier du quartier latin, et il nous avait sorti les brosses qu'il se fabriquait pour étendre la peinture, quasi des balais.

A mon avis, cela manque au musée de Rodez. Il faudrait mieux montrer le caractère très matériel - outils, format, toile souvent au sol, matières et épaisseurs, expérimentations diverses, procédures, etc - du travail de Soulages. Ce serait dommage que le public passe à côté, et ça pourrait laisser une vision fausse du peintre, une perception seulement abstraite.

A l'exposition Hartung, à la fondation Maeght en 2008, il y avait une vitrine qui présentait les outils qu'il se fabriquait lui aussi, comme Soulages. Toutes sortes de brosses, de raclettes, de spatules, de pistolets. C'était vraiment bien de pouvoir les voir!



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 23 Déc - 11:44, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  alainD le Mer 23 Déc - 11:25

ahah tu as sauté( pour mieux y revenir peut-être ailleurs, je sais pas)
mon allusion au(x) peintre(s) abstrait(s) qui ont quand même envie de peindre des palmiers ou des voiles, héhé.

Je ne vais pas renier mon amour pour Soulages, mais...euh..ça dure combien d'années sa pratique du seul noir?
Hein.
Cela aussi ça fait partie de son énigme je trouve.
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Mer 23 Déc - 17:51


Je ne vais pas renier mon amour pour Soulages, mais...euh..ça dure combien d'années sa pratique du seul noir?
Hein.
Cela aussi ça fait partie de son énigme je trouve.

C'est le fait même de concentrer sa pratique artistique sur un registre réduit qui constitue l'énigme, qu'il s'agisse des natures mortes de Morandi ou des "éponges" de Viallat.
Mais chez Soulages, ce n'est pas une "pratique du seul noir"! Il a exploré quantité d'aspects de noirs sous des formes très variées au total !


alainAdmin a écrit:ahah tu as sauté ( pour mieux y revenir peut-être ailleurs, je sais pas)
mon allusion au(x) peintre(s) abstrait(s) qui ont quand même envie de peindre des palmiers ou des voiles, héhé.
   

Soulages, même s'il a travaillé à Paris ou à Sète, est un homme de terroir. Et dans l'Aveyron, il n'y a guère de voiles ni de palmiers! Laughing
Par contre, il y a des pierres! Des murs de pierres, des toits de pierres, des pierres parfois rouges, des grès, mais aussi des grises, des ardoises, ou noires, des schistes.
C'est très frappant quand on visite la région, ou le plateau de l'Aubrac, avant d'arriver sur Rodez.

Les tours du village d'Aubrac, sur le chemin de Compostelle, apparaissent extraordinairement sombres et austères après la traversée du paysage aride du plateau.





Dans son nom, Pierre Soulages, il y a "pierre"!

Ah, ces toits des villages d'Aveyron!





Ou ces ombres des murs de l'église de Conques. Soulages est là, non?







Ou bien ces "statues menhirs" réunies au musée Fenaille, dont il a dit qu'elles l'ont beaucoup marqué.





Dernière édition par Jean-Yves Amir le Sam 26 Déc - 17:11, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 24 Déc - 13:49


Modeste hommage du jour à Soulages
Je l'ai fait en 2009...

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Ven 25 Déc - 16:50



Ce texte de Gilbert Dupuis explique très bien l'importance de l'outil et de sa trace dans la peinture de Soulages. Il montre également son originalité dans le domaine de la gravure.

http://www.pierre-soulages.com/pages/estampes/dupuis.html
Extrait:
"L'évidence comme les faits permettent de se rendre compte que le dispositif personnel de Pierre Soulages se centre sur la trace : le déplacement du matériau par un outil. Une des preuves de l'intérêt de Pierre Soulages pour cette trace, comme un objectif principal, c’est l'attention à la manière de la produire, aux moyens adéquats, en fabriquant lui-même des outils originaux : sortes de spatules larges en cuir, ou encore en employant des outils inhabituels en peinture : raclettes de sérigraphe, couteau d'apiculteur qui ressemble à un couteau à peindre de plus grand format,…autant d'outils qui permettent une trace large donc évidente. "



De la matérialité au sacré
http://filiation.ens-lyon.fr/religieux/soulages_1.html
Extrait:
Comme le dit Bernard Ceysson*, « Le tableau est affirmé, confirmé plutôt dans sa réalité d'objet. Il ne reçoit pas la lumière d'une source extérieure, il contient sa propre lumière qui émane de sa profondeur matérielle et irradie le spectateur. » Objet autre, présence autre, lumière autre, une œuvre de Soulages demande aussi une intentionnalité différente.

Quelle est cette intentionnalité ? Que faut-il attendre, que doit-on faire devant une telle œuvre ? On a caractérisé l'icône comme étant une œuvre vivante, support d'une expérience, mais dont la « vie » ne vient pas de ses propres qualités esthétiques. Ce mot de « vie », Soulages l'emploie aussi en parlant de ses peintures. Le tableau de Soulages a cela de commun avec l'œuvre religieuse qu'il ne peut se réduire à une approche esthétique. Il exige une participation du spectateur, sans quoi le tableau ne s'anime pas et le spectateur passe à côté de l'essentiel. On comprend alors mieux ce qui a frappé Soulages dans les églises romanes, et qu'il a cherché à reproduire à sa façon dans ses œuvres. Une présence, une lumière qui émanent de l'œuvre d'art, qui font que celle-ci requiert la participation active de celui qui regarde, « objet devant lequel je vis d'une manière intense, » dit Soulages.
*Entretien avec B. Ceysson in Soulages, Flammarion, 1979


Au passage, je conseille cet excellent site
http://filiation.ens-lyon.fr/default.htm



Mais attention, le sacré n'est pas le religieux, comme Soulages le précise lui-même:

http://www.telerama.fr/sortir/pierre-soulages-le-sacre-n-est-pas-le-religieux-tout-le-monde-le-porte-en-soi,126939.php

Etes-vous croyant ?
Je suis agnostique. La seule chose que je sais, c'est que je ne sais pas. Mais le sacré n'est pas le religieux : tout le monde le porte en soi.

D'autres projets de vitraux vous ont été présentés. Pourquoi les avoir refusés ?
On m'a surtout proposé la nouvelle synagogue d'Aix-la-Chapelle. Mais il aurait fallu que je repense tout et j'y aurais encore passé des années. Or, mon métier, c'est la peinture. Conques ne se refusait pas. Je devais avoir 14 ans quand, en regardant la nef de Conques depuis le transept, j'ai éprouvé un emballement face au rapport entre l'espace, l'architecture et la lumière. J'aimais déjà peindre mais, soudain, c'est devenu la seule chose qui compte.




Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mar 29 Déc - 18:03, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aveyronnaise 2: Soulages, le musée de Rodez et les vitraux de Conques

Message  Jean-Yves Amir le Lun 28 Déc - 10:25

alainAdmin a écrit:
Car c'est il y a 40 ans que j'étais dans son atelier du quartier latin

Et qu'est ce qu'il vous avait raconté, Soulages, durant cette visite? Tu t'en souviens?
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1819
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum