Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Undredal et Bakka

Message  Northman le Mer 23 Déc - 17:06



Voilà pourquoi la petite égise d'Undredal, construite en 1147, est une stavkirke, la plus petite église en bois debout encore
en activité :



Quatre poteaux en bois ainsi disposés, visibles à l'intérieur de l'église. Des poteaux porteurs fondamentaux pour toute la
structure. Stav : Poteau, pieu. Je n'ai pas pour le moment trouvé de plan de la charpente de cette église.


Nous avons pu visiter l'intérieur de la petite église de Bakka, au bord du Nærøyfjord. Elle n'est effectivement pas une
stavkirke :









On ne retrouve pas de structure fondée sur quatre gros poteaux d'angles, porteurs fondamentaux de la charpente, visibles
dans l'église et comme à Undredal détachés des parois. Au passage, l'absence de statues de Saints, et en particulier de
Marie, montre que nous ne sommes pas dans une église catholique. La religion largement dominante en Norvège est
protestante luthérienne. Près de l'entrée, la succession chronologique des différents pasteurs :








La charpente du clocher :






Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 12:45, édité 6 fois

Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Mer 23 Déc - 18:07

Je me doutais que c'était une question de structure.
L'église de Bakka est une église en bois, mais pas de "bois debout". Le bois ne sert qu'à l'habillage.

Mais alors comment tient-elle debout? Il lui faut bien une armature? Une structure métallique?
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les poteaux (stav) de la stavkirke de Borgund

Message  Northman le Mer 23 Déc - 20:30



Jean-Yves Amir a écrit:Je me doutais que c'était une question de structure.
L'église de Bakka est une église en bois, mais pas de "bois debout". Le bois ne sert qu'à l'habillage.

Mais alors comment tient-elle debout? Il lui faut bien une armature? Une structure métallique?

Pour l'église de Bakka et les églises en bois qui ne sont pas des stavkirke, très probablement une ossature bois
sur le même principe que ce que l'on voit sur les chantiers de maisons à ossature bois. Revenons à Borgund. Les
poteaux porteurs principaux, stav, sont, comme les gros piliers des cathédrales de pierre, totalement apparents
dans l'église :















Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 12:47, édité 9 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Charpente de Borgund

Message  Northman le Mer 23 Déc - 22:13



Une fiche de vocabulaire norvégien spécialisé en charpente. Très utile pour votre vie quotidienne: Interro demain matin à 8H00. Very Happy




Non, en fait on va utiliser ce schéma pour pointer différents détails dans la suite du sujet.










Dernière édition par Northman le Dim 31 Jan - 13:19, édité 6 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Pin sylvestre

Message  Northman le Mer 23 Déc - 22:44



Quel arbre abondant en Norvège peut donner la matière première pour réaliser ces hauts poteaux, porteurs de base de
toute la structure des stavkirke ? Le pin sylvestre, pinus sylvestris L.

Carte de répartition :




Forêt norvégienne de pins sylvestres :




Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pin_sylvestre


Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 12:48, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Heddal sous la neige. Snø.

Message  Northman le Jeu 24 Déc - 10:37



Avec les photos et schémas de la charpente de la stavkirke de Borgund, on comprend mieux la logique de structure sous "l'avalanche de toits". Nous allons l'analyser méthodiquement.

Pour commencer, on remarque une admirable rencontre entre l'harmonie esthétique - formes, proportions, pentes des toits, bois , etc - et l'adaptation de la charpente et de la couverture aux contraintes physiques - forces, poids des structures, poids de la neige, force du vent qui peut souffler très fort en Norvège-.

Comme c'est Noël  santa  (au balcon) commençons par la neige (que nous n'avons pas en chez nous) :





C'est la stavkirke d'Heddal sous la neige. Nous avons déjà vu que les pentes des toits décroissent du haut en bas, ce qui renforce l'impression d'élan vertical vers le haut. La neige glissera plus facilement sur les pans de toits du haut que sur ceux du bas. C'est une heureuse nouvelle pour les forces exercées sur les poutres de la charpente.

La neige, c'est snø en norvégien, bokmål et nynorsk. Ca fait penser entre autres au snow anglais. Une bonne occasion, après le å, d'aborder le ø:
Il se prononce "eu". Le "eu" de "feu", pas celui de "peur". Pour le taper au clavier, touche Alt enfoncée et 0248 pour le ø, 0216 pour le Ø. En norvégien snø est masculin. "La neige" se traduira donc par snøen, en bokmål comme en nynorsk.

La prononciation : http://no.thefreedictionary.com/sn%C3%B8

Il faut cliquer sur l'icône représentant un haut-parleur.

La prononciation de kirke, mot déjà vu, vous surprendra très certainement :

http://no.thefreedictionary.com/Kirke

On est pas si loin du church anglais. Le k initial et le second k du mot ne se prononcent pas du tout de la même façon !

Ecoutez aussi le -rsk de norsk ( norvégien, la langue) :

http://no.thefreedictionary.com/Norsk

Là vous avez la prononciation de bokmål :

http://www.thefreedictionary.com/bokm%C3%A5l

Dal est plus proche de ce que l'on pouvait imaginer :

http://no.thefreedictionary.com/dal



Dernière édition par Northman le Mar 16 Fév - 8:32, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Au coeur de la structure de Borgund

Message  Northman le Lun 28 Déc - 21:28



Module principal de la charpente de la stavkirke de Borgund :

Les principaux poteaux porteurs sont ici surlignés en rouge. Ils encadrent la nef de l'église. Je ne sais pas si les stav sont tous
ces poteaux ou uniquement ceux des quatre angles - poteaux corniers-. Je chercherai. Ces poteaux sont donc faits de troncs de
pins sylvestres :





Ces poteaux principaux sont porteurs de la charpente de la toiture principale, ici en orange, avec ses cinq fermes vues de côté :





Cette charpente du toit principal est elle même est porteuse de la charpente du clocheton sommital, ici en jaune :





Il existe un poteau intermédiaire qui ne part pas du sol, ici en marron :




Très élancés, les poteaux porteurs principaux ( rouges ici) portent donc la charge de la charpente du toit principal
elle-même surmontée de celle du clocheton sommital, plus les couvertures correspondantes. Les troncs des pins
sylvestres sont naturellement structurés pour porter les branches et feuillages. Ici, ils peuvent largement encaisser
la compression due au poids des charpentes, mais le risque est le flambage. je vais revenir en détails sur cette
notion de résistance des matériaux. Simplement, pour éviter entre autres la rupture par flambage, il faut rigidifier
l'ensemble. C'est certainement le rôle principal de la structure ici en vert, avec ses croix de Saint-André :





Il est à mon avis erroné de lui attribuer uniquement un rôle de contreventement au sens strict du terme. Nous allons
creuser tout cela dans les prochains posts.




Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:04, édité 4 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Flambage ou flambement

Message  Northman le Mar 29 Déc - 16:43




Au début de cette petite vidéo - inutile de la regarder entièrement-, une compression progressivement croissante est
appliquée sur un tube en carton. On le voit fléchir jusqu'au brutal point de rupture :





La charge critique de flambage théorique, pour un poteau homogène de diamètre donné, est inversement proportionnelle
au carré de la longueur de flambage *. Voir ici pour aller plus loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Flambage


Dans la structure de base de l'église de Borgund, La poutre horizontale avec les croix de Saint-André diminue
considérablement la longueur de flambage :





On passe de L à 0,57 L. Cette diminution de la longueur de flambage permet aux poteaux de supporter une charge
trois fois plus importante, grosso modo. Ces croix de Saint-André et les traverses associées n'ont donc pas qu'une
fonction ornementale ...



Ensuite, il faut voir les extrémités des poteaux. La résistance au flambage varie si les extrémités sont encastrées
(fixed), en rotules ( pinned)  ou libres ( free) :



Initialement les stav, colonnes de bois des stavkirke, étaient plantés directement dans la terre, ce qui donnait
l'équivalent d'un encastrement au sol. Mais le pourrissement dû à l'humidité a fait opter pour une autre solution. Nous
verrons cela plus tard. La structure avec croix de Saint-André donne l'équivalent d'un encastrement en haut de la longueur
de flambage, ce qui renforce la résistance, puisque l'encastrement est la solution la plus solide.

* Pour une poutre articulée en rotules en haut et en bas.




Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:10, édité 8 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les "tang", traverses en tenailles

Message  Northman le Mar 29 Déc - 17:40



La rigidification de la structure de base et la diminution de la longueur de flambage dépend déjà du soin apporté à la
réalisation de ces poutres appelées tang en norvégien :





Elles doivent particulièrement bien enserrer les poteaux. D'après ce schéma elle sont en deux parties, prenant ainsi
les poteaux, stav, en étau.

Sur un agrandissement d'une des rares photos que j'ai prises à l'intérieur de la stavkirke de Borgund, on voit
qu'effectivement la tang supérieure est en deux parties :




On voit mieux sur cette photo trouvée sur internet :







Tang, c'est "pince", "tenaille".  http://no.thefreedictionary.com/tang.
On pourrait donc traduire le nom de ces poutres par "traverses en tenailles". Il serait intéressant de savoir comment les
deux parties de ces "tenailles" sont assemblées pour obtenir un bon enserrement des colonnes de bois.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:12, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les "tang", traverses en tenailles

Message  Northman le Jeu 31 Déc - 13:54




Sur cette photo, on voit bien ce qui semble être des têtes de chevilles en bois, qui serviraient donc à la fois à maintenir les deux traverses en tenailles serrées l'une contre l'autre, et à fixer les étrésillons des croix de Saint-André sur ces mêmes traverses. Si ces chevilles servent effectivement à maintenir les deux traverses serrées l'une contre l'autre, alors elles ne doivent pas être enfoncées perpendiculairement aux chants de ces poutres, mais en biais. Je n'ai toujours pas trouvé pour le moment de données sur le mode d'assemblage de ces tang, traverses en tenailles, donc cette hypothèse des fixations par chevilles reste à vérifier. J'ai pointé ces têtes de chevilles avec des cercles bleus :







Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:13, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Le contreventement

Message  Northman le Jeu 31 Déc - 14:07




"Le contreventement consiste à mettre en place des dispositifs empêchant la basculement et l’écroulement de la structure sous la pression du vent."

Source : https://constructionbois.bilp.fr/guide-ossature-bois/ossature-mur/ossature-bois-plateforme/contreventement

"Effet du vent sur une structure non-contreventée : Le vent provoque une force horizontale (en rouge) sur la structure. La résistance des points de
fixation étant négligeable par rapport à cette force, les fixations sont assimilables à des rotules (en bleu). La structure bascule autour de ses rotules : "




Exemple de structure en  bois contreventée par des bras de contreventement :




La structure centrale de la stavkirke de Borgund est très bien contreventée entre autres par les croix de Saint-André et les traverses en tenailles :



Cette poutre (en vert sur le schéma ) constituée par les traverses en tenailles et les croix de Saint-André est donc à la fois un dispositif
anti-flambage des grandes colonnes de bois et un système de contreventement.




Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:15, édité 4 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 31 Déc - 14:27

Northman a écrit: Il serait intéressant de savoir comment les deux parties de ces "tenailles" sont assemblées pour obtenir un bon enserrement des colonnes de bois.

Je ne serais pas surpris qu'on voie d'ici peu pousser une stavkirke en Normandie! Tu connaîtras bientôt tous les trucs de fabrication! Laughing
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

De Borgund à Flåm par la route des montagnes

Message  Northman le Jeu 31 Déc - 14:31



Pour ce 31 décembre 2015, je vous propose une petite bouffée d'oxygène après ces posts sur les structures en bois et les forces. Sortons momentanément de la stavkirke de Borgund pour aller prendre l'air sur les plateaux montagneux des alentours. Prenons la route des montagnes :


Elle passe au dessus du long tunnel pris à l'aller :



Très souvent des animaux sur les routes norvégiennes, même importantes :



Aconit septentrional :



Linaigrette à feuilles étroites :



Encore des animaux sur la route, dans ces paysages très sauvages :



Toutes ces photos ont été prises le 17 juillet 2008.









Saisissant, l'Aurlandsfjord vu des hauteurs. Au loin, à gauche de la cascade, l'entrée du sublime Nærøyfjord, avec Beitelen,
ce musoir naturel de 675 mètres qui plonge droit dans l'eau de ce bras de mer.



Très bonne année 2016 !



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:16, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  alainD le Jeu 31 Déc - 15:20

De la neige!! on en veut!!!!

Meilleurs vœux aussi!
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 31 Déc - 15:49

alainAdmin a écrit:De la neige!! on en veut!!!!

Meilleurs vœux aussi!

Oui!

Pour info pour Northman qui ne suit pas toujours les autres sujets:
- un cadeau de nouvel an ici http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t113-dubuffet-labonfam-abeber
- et un mot sur la neige là http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t44-jean-yves-amir
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Un peu de toponymie scandinave en Normandie

Message  Northman le Ven 1 Jan - 12:14


Jean-Yves Amir a écrit: ... Pour info pour Northman qui ne suit pas toujours les autres sujets...

Toujours le même problème : Soit je ne participe plus du tout au forum par manque de temps pour aller partout, soit je continue quand même en ne me concentrant correctement que sur un seul sujet à la fois.

Jean-Yves Amir a écrit: Je ne serais pas surpris qu'on voie d'ici peu pousser une stavkirke en Normandie! Tu connaîtras bientôt tous les trucs de fabrication! Laughing

Non, je n'aurai pas le temps de me lancer dans un tel projet !  Laughing

Il reste cependant intéressant d'étudier de près une structure en bois comme l'église de Borgund qui a tenu le coup pendant plus de 800 ans. C'est la Stavkirke la mieux préservée sur les 28 restantes en Norvège... De la construction durable !

Mais nous avons des kirke en Normandie. Plus exactement des toponymes issus du vieux norrois kirkja :

Carquebut, , Cricqueboeuf, Cricqueville-en-Auge, Cricqueville-en-Bessin, La Crique, Criquebeuf-en-Caux, Criquebeuf-la-Campagne, Criquebeuf-sur-Seine, Criquetot-l'Esneval, Criquetot-le-Mauconduit, Criquetot-sur-Longeville, Criquetot-sur-Ouville, Querqueville.

Référence : "Dictionnaire étymologique des nolms de communes de Normandie". René Lepelley, 2003 éditions Charles Corlet et Presses universitaires de Caen.

Il est très intéressant de voir que les moins déformés par rapport à la langue d'origine sont dans le Cotentin, à l'ouest de la Normandie : Par exemple Carquebut a exactement la même étymologie que Cricqueboeuf. Carquebut se trouve dans le Cotentin et Cricqueboeuf dans le Calvados, non loin de Honfleur. De même, Querqueville, près de Cherbourg, a la même étymologie que les deux Cricqueville situés dans le Calvados.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:17, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Structure de la charpente de Borgund, suite

Message  Northman le Dim 3 Jan - 11:29



Revenons dans la stavkirke de Borgund. La structure principale, qui encadre et surplombe la nef, comprend une colonne
de bois qui ne descend pas jusqu'au sol :



La force transmise par le poteau central est reprise par deux jambes de force réalisant une belle arcature en plein cintre :



Même si l'élan vertical fait penser au gothique, la période de construction, les arcatures en plein cintre et la quasi absence
de fenêtres nous plongent en plein art roman, ou en pleine influence du roman.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:19, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Histoire du christianisme norvégien. Population norvégienne actuelle

Message  Northman le Mar 5 Jan - 22:38




Nous avions vu ici que la période de construction des églises en bois debout s'étale sur les XIIème et XIIIème siècles, à l'exception de Reinli ( après 1326 ?) et de Rollag, construite après 1425, et de Grip, XVe siècle. Nous verrons que la toute première génération de stavkirke remonte au XIe siècle.

Il est intéressant de resituer ces trois siècles dans l'histoire de la Norvège. J'ai trouvé un article d'Eric Eydoux, maître de conférences à l'université de Caen, qui la résume très bien. Voici l'extrait qui nous concerne :


"La création d'un pays unifié et christianisé :


C'est à la fin du IXe siècle, au moment où apparaît le terme Norvège – Noregr ou « route du Nord » – que le pays est unifié. Un siècle plus tard, le « Christ blanc » commence à chasser les anciennes divinités norroises, Odin, Thor ou Freyr – dieu de la Fécondité. C'est après la mort d'Olav Haraldsson en 1030, bientôt connu dans toute la Scandinavie sous le nom de saint Olav, que l'Église s'institutionnalise vraiment ; le processus s'achève en 1152 lorsque le pays accède à la dignité de province ecclésiastique, avec Trondheim pour métropole. Là s'élève toujours la cathédrale, le plus impressionnant fleuron de l'architecture religieuse de l'Europe du Nord, qui le cède cependant en originalité aux modestes stavkirker ou églises en bois debout. Au nombre de trente – dont celle du musée de plein air d'Oslo – elles sont spécifiques à la Norvège : une très déroutante allure de pagode y dissimule la structure d'une église classique.

Alors que s'implante l'Église, l'organisation sociale se diversifie et se hiérarchise suivant le modèle occidental. Tandis que dans les premières cités, telles Trondheim, Tynsberg et Oslo, émerge une bourgeoisie, les prérogatives royales se développent et les grands propriétaires, investis de fonctions militaires, commencent à former une caste nobiliaire. Les paysans, bientôt astreints à payer la dîme et l'impôt, sont également nombreux à perdre leur statut de propriétaire. Le servage n'aura néanmoins jamais droit de cité en Norvège où le paysan ne cessera d'être un homme libre, ce qu'on soulignera ensuite à l'envi. Au XIIIe siècle, Håkon Håkonsson (1217-1263) et Magnus le Législateur (1263-1280), souverains fermes et mesurés, finissent de mettre le royaume à l'heure de l'Europe. Mais si la Norvège connaît sous leurs règnes sa « période de grandeur », le déclin s'amorce dès le siècle suivant. Tandis que les Allemands de la Hanse, principalement implantés à Bergen, assurent leur domination sur le commerce, le pays perd une première fois son autonomie dans une union avec la Suède (1319-1355) ; puis il est frappé dans ses forces vives par la peste de 1349-50 qui emporte sans doute la moitié de sa population."



Vous aurez remarqué que l'auteur écrit "... aux modestes stavkirker...". La terminaison en -er est l'article indéfini masculin comme féminin pluriels, en bokmål. Donc :

Stavkirke : "Eglise en bois debout", en bokmål .

Stavirker : "Des églises en bois debout", toujours en bokmål.

On avait déjà vu que les articles définis sont postposés en norvégien. Les indéfinis le sont aussi au pluriel ... mais pas au singulier.


Trondheim sur la carte des stavkirke :





Vues de la cathédrale de Nidaros-Trondheim récupérées sur Internet :











L'aire urbaine de Trondheim comporte 279 515 habitants. C'est la quatrième aire urbaine de Norvège, la première étant la capitale Oslo avec 1 546 706 habitants, la seconde Bergen avec 402 624 habitants, et la troisième Stavanger avec 325 692 habitants.

Source :

https://en.wikipedia.org/wiki/Largest_metropolitan_areas_in_the_Nordic_countries

La précision des chiffres reste relative mais donne un bon ordre d'idée.


Si l'on additionne les populations de ces quatre plus grandes aires urbaines de Norvège, on obtient 2 554 537 habitants, soit 49,2% des  5 189 435 habitants du pays entier. Quasiment la moitié de la population norvégienne se concentre donc dans les quatre plus grandes aires urbaines du pays. Cette vue satellite nocturne montre bien où se concentre la population :





Principalement dans les grandes villes côtières. C'est pourquoi on trouve des paysages extrêmement sauvages dès qu'on s'aventure sur les routes montagneuses de l'intérieur du pays.

Oslo est une capitale à taille humaine. On y respire. J'en garde un très bon souvenir pour y avoir effectué un stage de quatre jours en 1993.

Vous n'aurez pas manqué de remarquer les spots lumineux en mer du Nord : Plateformes pétrolières.



Dernière édition par Northman le Ven 5 Fév - 19:16, édité 14 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les paysages très sauvages de Norvège

Message  Northman le Mer 6 Jan - 13:22



Avec 5 189 435 habitants pour une superficie totale de 385 199 kilomètre-carrés, la densité de population norvégienne est de 13,70 habitants par kilomètre-carré. Pour comparer, la superficie totale de la France est de 675 000 kilomètres-carrés. La superficie de la Norvège est donc 0,57 fois celle de la France.

La France comprend 67 148 000 habitants. La population de la Norvège est donc 0,08 fois celle de la France, dont la densité est de 98,8 habitants au kilomètre-carré. On comprend donc bien que l'on puisse trouver des espaces très sauvages en Norvège, dès qu'on s'éloigne des principales aires urbaines et des côtes. Voici pour illustrer quelques photos prises en juillet 2008 sur la route des Trolls et en haut de Dalsnibba, non loin de Geiranger :









Dernière édition par Northman le Jeu 4 Fév - 11:45, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les croisées d'écharpes de la charpente de Borgund

Message  Northman le Mer 6 Jan - 23:58



Charpente de la toiture de la nef de la stavkirke de Borgund :





Chacune des fermes se compose de deux arbalétriers (en rouge ci-dessous), d'un entrait retroussé (en orange) et d'une
croisée d'écharpes qui renforce la résistance des arbalétriers à la flexion, dans leurs parties supérieures.





La courbure des écharpes donne un effet de voûte :




Il serait vraiment intéressant de chercher d'où est venue cette technique de la croisée d'écharpes avec entrait retroussé.

Et malheureusement, on ne voit pas le détail des assemblages entre ces différentes composantes de la ferme, sur le schéma
comme sur la photo.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:26, édité 3 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Croisées d'écharpes, suite

Message  Northman le Jeu 7 Jan - 8:00



L'entrait retroussé n'étant pas moisé, aurait-on ceci ?




Arbalétriers en rouge, entrait retroussé en orange, jambes de force en jaune, étrésillons ou écharpes secondaires en
croix de Saint-André en vert. Difficile de trancher...





Ce détail d'un dessin de la charpente de la stavkirke de Gol est plus précis, mais encore flou sur les assemblages :





Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:31, édité 4 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Charpente de Borgund : Forces

Message  Northman le Jeu 7 Jan - 11:25



Les trois fermes centrales de la charpente (orange ci-dessous) de toiture de la nef de la stavkirke de Borgund
reprennent le poids de la flèche (jaune) :









Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:33, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 7 Jan - 18:24

Northman a écrit:
Même si l'élan vertical fait penser au gothique, la période de construction, les arcatures en plein cintre et la quasi absence de fenêtres nous plongent en plein art roman.

Juste un mot sur ce point, avec un peu de retard... (désolé)

Il me semble que ces références stylistiques "roman" ou "gothique" ne fonctionnent pas pour une telle construction.
Les arcs en plein cintre, hérités de la construction romaine, ont un rôle structurel dans l'architecture romane. Ici, ils ne jouent qu'un rôle décoratif, ils auraient pu être remplacés par une simple équerre.
Je connais mal la question, mais j'ai le sentiment que cette construction, très sophistiquée dans sa maitrise des structures, se rapproche davantage du gothique, même si on est très loin de ce qui relève de ce style dans l'architecture de pierre.
Pas évident... scratch
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Art roman ou influences romanes ? Influences gothiques ?

Message  Northman le Jeu 7 Jan - 20:37



Jean-Yves Amir a écrit:
Northman a écrit:
Même si l'élan vertical fait penser au gothique, la période de construction, les arcatures en plein cintre et la quasi absence de fenêtres nous plongent en plein art roman.

Juste un mot sur ce point, avec un peu de retard... (désolé)

Il me semble que ces références stylistiques "roman" ou "gothique" ne fonctionnent pas tellement pour une telle construction.
Les arcs en plein cintre, hérités de la construction romaine, ont un rôle structurel dans l'architecture romane. Ici, ils ne jouent qu'un rôle décoratif, ils auraient pu être remplacés par une simple équerre.
Je connais mal la question, mais j'ai le sentiment que cette construction, très sophistiquée dans sa maitrise des structures, se rapproche davantage du gothique, même si on est très loin de ce qui relève de ce style dans l'architecture de pierre.
Pas évident... scratch  

Oui jean-Yves les arcs en plein cintre et l'absence d'ogives et/ou de croisées d'ogives ne sont effectivement pas des critères suffisants pour exclure complètement les influences gothiques. C'est surtout le critère de la lumière avec cette quasi-absence de fenêtres qui m'a fait pencher vers l'intimité du roman. Je dois le vérifier, mais les petits "hublots" que l'on voit sur la stavirke de Borgund sont même des ajouts ultérieurs. L'élan vertical des hautes stavkirke est cependant commun avec l'élan vertical des églises gothiques, même s'il ne va pas chercher la lumière extérieure.

Les arcs en plein cintre, nous l'avons vu, ont quand-même un rôle structural dans les stavkirve de type Borgund, comme jambes de forces par exemple pour soutenir les traverses en tenailles là où les colonnes de bois ne descendent pas jusqu'au sol.

http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t107p30-norvege-les-stavkirke-eglises-en-bois-debout#1591

Les charpentiers auraient très bien pu former des arcatures ogivales pour leur faire jouer le même rôle. Ils ont opté pour le plein cintre. Pourquoi ? Modèles d'églises de pierre romanes avec arcatures en plein cintre ?

Mais faut-il finalement chercher à classer les stavkirke dans l'une ou l'autre catégorie ? On peut déjà affirmer qu'elles sont bien à part, surtout vues de l'extérieur, et rechercher la documentation solide qui permettra de retrouver les différentes influences architecturales, les modèles initiaux, en commençant par les plus anciennes des stavkirke. J'essaie déjà de faire ce genre de recherche au fur et à mesure de mon analyse des différents détails de la charpente. J'avoue que ce sujet, couplé à mon amour pour la Norvège, est passionnant et quand même dépaysant. J'espère vous faire partager un peu de cet amour et de cette passion au travers de cette recherche qui, comme je l'ai posé au départ, garde les stavkirke comme colonne vertébrale, tout en "aérant" par de multiples ouvertures sur la Norvège...

19.02.2016 : La charpente de toiture de Borgund est clairement influencée par le style gothique. Voir ce post ultérieur. ce post ultérieur et le suivant.



Dernière édition par Northman le Ven 19 Fév - 21:16, édité 4 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 7 Jan - 21:07

Northman a écrit:

Faut-il finalement chercher à classer les stavkirke dans l'une ou l'autre catégorie ? On peut déjà affirmer qu'elles sont bien à part, surtout vues de l'extérieur, et rechercher la documentation solide qui permettra de retrouver les différentes influences architecturales, les modèles initiaux, en commençant par les plus anciennes des stavkirke. J'essaie déjà de faire ce genre de recherche au fur et à mesure de mon analyse des différents détails de la charpente. J'avoue que ce sujet, couplé à mon amour pour la Norvège, est passionnant et quand même dépaysant. J'espère vous faire partager un peu de cet amour et de cette passion au travers de cette recherche qui, comme je l'ai posé au départ, garde les stavkirke comme colonne vertébrale, tout en "aérant" par de multiples ouvertures sur la Norvège...

Oui oui, Northman, tu fais du très bon boulot, précis et documenté, et qui donne envie d'aller en Norvège! C'est sûr, c'est même au programme de vacances prochaines...Very Happy

La question que je me pose, mais je ne sais pas y répondre..., c'est de savoir quelles ont pu être les influences architecturales à cette époque. Les idées et les savoir faire circulaient beaucoup à travers l'Europe.
Comment les artisans adaptaient-ils leurs connaissances techniques, leurs envies de démonstrations ou d'innovations en fonction des situations locales, je me le demande.
A ce sujet, j'ai bien aimé le livre "Les Piliers de la terre" de Ken Follet qui raconte l'invention du gothique du point de vue d'un bâtisseur, d'un maçon, et les relations complexes entre les contraintes techniques et celles des pouvoirs.
On n'était pas en Norvège, mais j'ai l'impression que les charpentiers norvégiens devaient vivre le même genre de tensions...

Ceci dit en toute modestie, car je le répète, je ne sais pas.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Borgund, forces : Poids de la flèche et poussée du vent

Message  Northman le Jeu 7 Jan - 21:48



Jean-Yves Amir a écrit:
La question que je me pose, mais je ne sais pas y répondre..., c'est de savoir quelles ont pu être les influences architecturales à cette époque. Les idées et les savoir faire circulaient beaucoup à travers l'Europe.
Comment les artisans adaptaient-ils leurs connaissances techniques, leurs envies de démonstrations ou d'innovations en fonction des situations locales, je me le demande.
A ce sujet, j'ai bien aimé le livre "Les Piliers de la terre" de Ken Follet qui raconte l'invention du gothique du point de vue d'un bâtisseur, d'un maçon, et les relations complexes entre les contraintes techniques et celles des pouvoirs.
On n'était pas en Norvège, mais j'ai l'impression que les charpentiers norvégiens devaient vivre le même genre de tensions...

Ceci dit en toute modestie, car je le répète, je ne sais pas.


On reste dans l'esprit ouvert et humble de la recherche. Il y a au moins une influence importante, celle des années de culture et d'expérience qui ont précédé le christianisme en Norvège. On va particulièrement la retrouver plus loin dans ce sujet quand on abordera la stavkirke d'Urnes. Et ce savoir faire en charpenterie de marine, hérité des Vikings dont les navires ont largement fait leurs preuves ! Si je vois des parallèles je n'hésiterai pas à vous en faire part. Et à la base, une forte influence naturelle par cet arbre, le pin sylvestre, avec son grand fût bien droit et sa grande hauteur...



Continuons avec les jonctions du clocher et de la toiture de la nef :



Mes trois points rouge sur cette coupe verticale représentent les points de jonction entre le clocher et la toiture de la nef de
Borgund :






En statique, la reprise du poids de la flèche par les arbalétriers et l'entrait (entrait retroussé et pannes intermédiaires en orange)
ne pose pas de problème. La statique ne justifie pas le système de croisée d'écharpes, sauf peut-être pour renforcer l'appui haut
de la panne faîtière sur les arbalétriers :






Faisons maintenant souffler un fort vent latéral :






Ce vent fort va induire de puissantes forces déformantes sur notre triangle de points de jonction :







Et là le système de croisées d'écharpes (en vert) donne un très bon renforcement du triangle,  une amélioration
de sa rigidité, un contreventement au sens littéral :






Admirable, cette charpente ... qui a résisté à toutes les tempêtes depuis plus de 800 ans...





Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:38, édité 4 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum