Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Borgund, forces : Poids de la flèche et poussée du vent

Message  Northman le Jeu 7 Jan - 21:48



Jean-Yves Amir a écrit:
La question que je me pose, mais je ne sais pas y répondre..., c'est de savoir quelles ont pu être les influences architecturales à cette époque. Les idées et les savoir faire circulaient beaucoup à travers l'Europe.
Comment les artisans adaptaient-ils leurs connaissances techniques, leurs envies de démonstrations ou d'innovations en fonction des situations locales, je me le demande.
A ce sujet, j'ai bien aimé le livre "Les Piliers de la terre" de Ken Follet qui raconte l'invention du gothique du point de vue d'un bâtisseur, d'un maçon, et les relations complexes entre les contraintes techniques et celles des pouvoirs.
On n'était pas en Norvège, mais j'ai l'impression que les charpentiers norvégiens devaient vivre le même genre de tensions...

Ceci dit en toute modestie, car je le répète, je ne sais pas.


On reste dans l'esprit ouvert et humble de la recherche. Il y a au moins une influence importante, celle des années de culture et d'expérience qui ont précédé le christianisme en Norvège. On va particulièrement la retrouver plus loin dans ce sujet quand on abordera la stavkirke d'Urnes. Et ce savoir faire en charpenterie de marine, hérité des Vikings dont les navires ont largement fait leurs preuves ! Si je vois des parallèles je n'hésiterai pas à vous en faire part. Et à la base, une forte influence naturelle par cet arbre, le pin sylvestre, avec son grand fût bien droit et sa grande hauteur...



Continuons avec les jonctions du clocher et de la toiture de la nef :



Mes trois points rouge sur cette coupe verticale représentent les points de jonction entre le clocher et la toiture de la nef de
Borgund :






En statique, la reprise du poids de la flèche par les arbalétriers et l'entrait (entrait retroussé et pannes intermédiaires en orange)
ne pose pas de problème. La statique ne justifie pas le système de croisée d'écharpes, sauf peut-être pour renforcer l'appui haut
de la panne faîtière sur les arbalétriers :






Faisons maintenant souffler un fort vent latéral :






Ce vent fort va induire de puissantes forces déformantes sur notre triangle de points de jonction :







Et là le système de croisées d'écharpes (en vert) donne un très bon renforcement du triangle,  une amélioration
de sa rigidité, un contreventement au sens littéral :






Admirable, cette charpente ... qui a résisté à toutes les tempêtes depuis plus de 800 ans...





Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:38, édité 4 fois

Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Techniques de charpenterie de marine des Normands du XIème siècle :

Message  Northman le Ven 8 Jan - 8:47




La tapisserie - en fait broderie- de Bayeux, réalisée au XIème siècle, inscrite au Registre Mémoire du Monde de l'UNESCO, est un extraordinaire document
historique qui relate la préparation et le début de la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, le plus célèbre des ducs de Normandie, se
terminant par la bataille d'Hastings en 1066. On y voit en particulier des scènes de construction de navires :















"Les arbres coupés, on équarrit des planches et on met à l’eau les bateaux prêts pour l’invasion de l’Angleterre. On abat les
arbres avec une hache à long manche. On obtenait des planches en les aplanissant avec des cognées en T à manche coudé. La largeur
du fer permet un long planage de la planche. Le charpentier pose le bout de la planche à dégrossir dans une fente au sommet  du tronc
d’un arbre ce qui lui facilite le travail.

Une hachette d’aplanissage en forme de T est utilisée par un homme du bateau du haut. Un autre homme dans le même bateau du haut  
manie une tarière que l’on presse avec la poitrine et qui est munie d’une mèche. L’homme à gauche dans le bateau de dessous utilise un
marteau : dans ces scènes il  ne se trouve pas de doloires (cognées servant à aplanir une pièce de bois)
Les deux ouvriers dans le bateau du bas portent de longues barbes pour rappeler leur âge et l’expérience exigée d’un charpentier  de navire."




Source , permettant la visite virtuelle complète bien commentée de toute la tapisserie :

http://kerdonis.fr/ZTAPISSERIE/page33a.html

La visite virtuelle de la tapisserie de Bayeux ne procure cependant pas l'émotion de la visite réelle. Le site officiel :

http://www.bayeuxmuseum.com/la_tapisserie_de_bayeux.html



J'aime particulièrement la représentation des yeux et du visage  de ce charpentier, montrant la concentration et la précision dans le travail
de taille d'une planche avec la hache en T à manche coudé :




Le type de navire réalisé, bien connu :





Il fallait effectivement que la taille des planches fût précise...  et sans aucun type de scie !



Du tronc d'arbre à la planche, méthode Viking :





Etapes de construction d'un langskip Viking :





Une mine d'informations sur les Vikings et leurs bateaux, en anglais :





La hache en T à manche coudé, de 18'12" à 18'32" dans la vidéo ci-dessus, qui contient des
informations utiles pour la suite de notre sujet. Je les traduirai dès que possible. Voici cependant
un texte de qualité en français sur les navires vikings, sur le site de l'association Dreknor :

http://www.dreknor.fr/spip.php?article68

Ce passage est particulièrement importants pour nous Français :

"Certains navires sont ornés à la proue d'une tête de dragon , dreki. Par extension certains
chroniqueurs les ont appelés des drekars. L'origine du mot drakkar, barbarisme et solécisme, n'a
jamais été trouvée, si ce n'est que ce mot doit certainement remonter à l'époque romantique."


Dès qu'on se penche un peu sur les Vikings et leurs navires, on s'aperçoit vite qu'il faut éviter
d'employer le mot drakkar... Un barbarisme et un solécisme, quelle horreur linguistique ! Je suis
profondément choqué. Je dois interrompre momentanément mes contributions.... Shocked  Wink

Barbarisme : "Faute de langage consistant à employer un mot qui n'existe pas ou à déformer un
mot; mot ainsi employé."
Larousse 2014

Solécisme : "construction syntaxique s'écartant de la forme grammaticale admise."
Larousse 2014.

Le mot "drakkar" n'existe pas en anglais. Collins English Dictionnary 1989. Dans le troisième
documentaire ci-dessus, ils emploient globalement Viking ships. Si on veut détailler les
navires, mieux vaut employer directement les mots scandinaves knörr pour le navire de
commerce, le gros porteur, et langskip pour le long navire rapide de guerre.

Donc on oublie "drakkar" mais pas les dragons. Nous allons y revenir dès le prochain post, car on les
retrouve sur les stavkirke.

En attendant, voici le sympathique dragon de proue du Dreknor :









J'ai envie d'en mettre un à l'entrée de notre maison, avec la mention "Dragon gentil"...



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:39, édité 6 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les dragons de toiture de Borgund :

Message  Northman le Sam 9 Jan - 13:18





















Ces photos ont été prises lors de notre visite du 17 juillet 2008.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 13:40, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  alainD le Sam 9 Jan - 13:27

S.U.P.E.R.B.E!!
(et tout depuis le début, d'ailleurs)
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Northman le Sam 9 Jan - 14:07



alainAdmin a écrit: S.U.P.E.R.B.E!!

Oui, nous avons eu exactement la même réaction en découvrant l'église de Borgund, puis celle d'Urnes, en juillet 2008 !

alainAdmin a écrit: (et tout depuis le début, d'ailleurs)

Merci Alain. Là je mets (encore plus) les dragons chevaux (que d'habitude) , car la Norvège ....
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Sam 9 Jan - 14:47

Northman a écrit:

Les dragons de toiture de Borgund :




Me font irrésistiblement penser à ces pignons de toit de l'architecture Thaï, eux aussi en forme de dragons...



avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1525
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Dragons, toits de temples thaïlandais et gargouilles

Message  Northman le Sam 9 Jan - 16:05



Jean-Yves Amir a écrit:

Les dragons de toiture de Borgund... Me font irrésistiblement penser à ces pignons de toit de l'architecture Thaï, eux aussi en forme de dragons...

Ces toitures couvrent elles des bâtiments à vocation particulière ? C'est important de le savoir.


Je vois aussi quelque chose de commun entre ces dragons et les monstres des gargouilles de nos églises de pierre :







Nous allons creuser tout ça ...



Dernière édition par Northman le Dim 31 Jan - 14:33, édité 3 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Dragons

Message  Northman le Sam 9 Jan - 16:19



Tels des repoussoirs, tels les poils hérissés d'un animal qui se défend, prêt à bondir, les dragons de Borgund sont orientés
en rupture angulaire (en rouge ci-dessous) avec l'harmonie générale des pentes des cascades de toitures ( en bleu ci-dessous),
quand on va de l'intérieur vers l'extérieur de l'église. Cela donne déjà un puissant effet :





De même, l'orientation des gargouilles est en rupture angulaire avec les lignes générales verticales des églises de pierre.
Elles crachent l'eau issue des toitures, mais sont aussi, symboliquement, des repoussoirs :




Dans les deux cas, ce sont des monstres "convertis" pour la défense de ces lieux de rassemblement spirituel et/ou de
prière intime. Jean-Yves, ces bâtiments Thaï sont ils des temples bouddhistes ?


Au Mont-Saint-Michel, tout comme au sommet de la flèche, l'Archange terrasse de dragon.
Statue de l'église paroissiale du Mont :



Ce qui renvoie clairement au combat décrit dans l'Apocalypse de Saint-Jean, chapitre 12, versets 7 à 9 :

Alors une bataille s'engagea dans le ciel. Michel et ses anges combattirent le dragon, et celui-ci se battit contre
eux avec ses anges. Mais le dragon fut vaincu, et ses anges et lui n'eurent plus la possibilité de rester dans le ciel.
L'énorme dragon fut jeté dehors. C'est lui le serpent ancien, appelé le diable ou Satan, qui trompe le monde entier.
Il fut jeté sur la terre, et ses anges avec lui.


Source : Traduction Œcuménique de la Bible (TOB).

Le Saint-Michel de Delacroix :






Très clairement dans le christianisme le dragon représente les forces du Mal. Il est donc intéressant de voir ces dragons
"retournés"* placés en défenseurs de l'église de Borgund. Cela nous pousse donc aussi à explorer le symbolisme du dragon,
souvent placé à la proue des navires, dans la mythologie viking ... Et le rapport entre le christianisme et les traditions
religieuses ancestrales des Vikings à l'époque de l'implantation des premières stavkirke, donc au XIème siècle, la première
génération de stavkirke ayant  disparu à cause du pourrissement des pieds de stav plantés directement dans le sol..

* L'étymologie de "conversion" est précisément "retournement"... comme avec les skis.



Dernière édition par Northman le Dim 29 Jan - 21:20, édité 6 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Sam 9 Jan - 17:25

Northman a écrit:
Jean-Yves, ces bâtiments Thaï sont ils des temples bouddhistes ?

Mais je n'en sais rien!!!!
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1525
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Temple bouddhiste thaïlandais

Message  Northman le Sam 9 Jan - 17:31

Jean-Yves Amir a écrit:
Northman a écrit:
Jean-Yves, ces bâtiments Thaï sont ils des temples bouddhistes ?

Mais je n'en sais rien!!!!

Tiens, j'ai trouvé cette image d'un grand temple bouddhiste de Thaïlande :



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:24, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Sam 9 Jan - 17:56

Northman a écrit:
Jean-Yves Amir a écrit:
Northman a écrit:
Jean-Yves, ces bâtiments Thaï sont ils des temples bouddhistes ?
Mais je n'en sais rien!!!!
Tiens, j'ai trouvé cette image d'un grand temple bouddhiste de Thaïlande :

J'ai été interrompu par un coup de fil... Je voulais ajouter que je pensais que oui. Wink

(C'est assez bizarre, quand tu cherches des images d'architecture thaïlandaise, tu tombes toujours sur les mêmes sites avec des images protégées (des trucs en filigrane).)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1525
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Tournée des toitures des stavkirke norvégiennes à la recherche d'autres dragons

Message  Northman le Sam 9 Jan - 20:07




La carte pour mémoire :





Gol :



Heddal : Dragons plus petits, des croix tout en haut. Ces petits dragons ont l'air plus teigneux.
Attention, la taille peut être trompeuse Smile  :




Høyjord : Dragons vraiment très abstraits :




Eidsborg :

Des lancettes qui pointent à la verticale :




Il faut en voir une de plus près :




Røldal, des croix, point de dragons :




Flesberg, aucune ornementation des hauts de pignons :




Rollag, idem. Mais on voit très bien le sous-bassement  en pierres :




Nore, comme Eidsborg, des lancettes :




Uvdal, lancettes et sous-bassement en pierres bien visible :




Hedal, des croix :




Torpo, rien :




Reinli, des croix :




Hopperstad, magnifique ! Des dragons :




Undredal, mini-stavkirke déjà visitée. Pas d'ornementation des sommets de pignons :




Kaupanger, pas d'ornementation des hauts de pignons, mais quatre petites flèches ( fléchettes ?)
encadrant la flèche principale :




Urnes, je vous la réserve pour la suite. C'est la seule qui soit actuellement classée au
Patrimoine Mondial de l'Unesco...


Øye n'a pas ou n'a plus de clocher. Rien sur les sommets de pignons, sauf une croix sur
une des entrées :




Høre, rien au sommet des pignons, sous-bassement de pierres bien visible :




Lomen, deux modestes croix :




Hegge, rien aux sommets des pignons :




Garmo, petite, belle, avec dragons :




Ringebu, juste de petites boules aux sommets des pignons :




Lom, dragons :






Rødven, pas de dragons, contrebutée. De toute évidence, couverture pas d'origine :




Kvernes, idem :




Grip, petite, pas de dragons. Couverture pas d'origine :




Haltdalen, petite, sans clocher, sans dragons, mais intéressante :




Cette tournée nous aura aussi permis de voir toutes ces églises de l'extérieur, et de constater
leur diversité. Avant de revenir aux têtes de dragons des sommets de pignons, je vous emmène
visiter la stavkirke d'Urnes, donc la seule classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco.



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:28, édité 3 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Stavkirke d'Urnes, Patrimoine Mondial de l'Unesco

Message  Northman le Dim 10 Jan - 21:20




Elle est située au bord du Lustrafjord, branche du Sognefjord :





Nous l'avons visitée le 21 juillet 2008. Pour s'y rendre, il faut prendre un petit bac au départ de Solvorn :








Mieux vaut faire la traversée en passager piéton, c'est nettement moins onéreux, et il n'y a qu'une petite vingtaine de
minutes de marche pour monter jusqu'à l'église d'Urnes :




La stavkirke est orientée est-sud-est :



Borgund est en fait orientée ouest-nord-ouest, à l'opposé de ce qu'on observe le plus souvent.


Sur la route qui monte à l'église d'Urnes, ceci :



Nous l'avons vu plusieurs fois lors de ces vacances : Une confiance totale. Vous vous servez en cerises ou framboises, vous
mettez votre argent dans la caisse, vous y prenez votre monnaie. Le vendeur n'est pas là ! Ca fait partie de ce que j'aime
beaucoup dans ce pays...




Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:29, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Stavkirke d'Urnes, Patrimoine Mondial de l'Unesco

Message  Northman le Lun 11 Jan - 10:40



Au premier abord, et surtout quand on a vu Borgund avant, on se demande pourquoi c'est Urnes qui est classée au
Patrimoine Mondial de l'Unesco :












Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:30, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Stavkirke d'Urnes, Patrimoine Mondial de l'Unesco

Message  Northman le Lun 11 Jan - 10:50



Les dragons ne sont pas sur les toits. C'est sur sa façade nord que se trouve le grand trésor artistique  de cette
stavkirke .




Sublimes sculptures sur bois. Influence Viking évidente. Plus de 800 ans, voire plus, quelle émotion...
















Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:31, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  alainD le Lun 11 Jan - 12:48

taaadaaa!!!

tout à coup j'ai eu l'idée de chercher

"stavkirke 3d"

et d'abord je trouve ceci:

https://www.youtube.com/watch?v=569s8Gvk5Nw

avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Northman le Lun 11 Jan - 16:27



alainAdmin a écrit:taaadaaa!!! tout à coup j'ai eu l'idée de chercher

"stavkirke 3d"

Super !
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Lun 11 Jan - 19:00

taaadaaa! cheers
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1525
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Urnes vue par l'Unesco

Message  Northman le Lun 11 Jan - 19:37




"Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse  

La « stavkirke » (église à piliers de bois, église sur pieux) d’Urnes est située sur un promontoire dans le remarquable Sognefjord, sur la côte occidentale de la Norvège. Les « stavkirke » constituent l’un des types les plus élaborés et les plus technologiquement avancés de construction en bois qu’ait connu le Nord-Ouest de l’Europe au Moyen Âge.  Les églises étaient construites sur le plan basilical classique mais entièrement en bois. L’ossature de la charpente était doublée de planches et le toit était recouvert de bardeaux conformément aux techniques de construction répandues à l’époque dans les pays scandinaves. On a répertorié environ 1300 églises médiévales, dont, à ce jour, 28 ont été sauvegardées en Norvège. Certaines d’entre elles sont très grandes, telles que les églises de Borgund, d’Hopperstad et de Heddal, alors que d’autres comme que celles de Torpo ou d’Underdal sont plus petites.

Urnes est l’une des plus anciennes et constitue un exemple exceptionnel des « stavkirke ». L’église exprime à travers le bois le langage et les structures spatiales de l’architecture romane en pierre, caractérisée par le recours à des arcs de cintre plein et des colonnes cylindriques coiffées de chapiteaux cubiques. Le bois et les décors sculptés, de très grande qualité, sur les parties extérieures de l’église intègrent les panneaux et éléments à entrelacs de tradition viking présents sur le précédent bâtiment (XIe siècle) qui sont à l’origine du « style d’Urnes » que l’on trouve également dans d’autres parties de la Scandinavie et du Nord-Ouest de l’Europe. Ces sculptures peuvent être observées sur le mur nord avec une décoration sculptée représentant un entrelacs d’animaux au combat. De semblables sculptures recouvrent le pignon ouest de la nef et le pignon est du chœur. À l’intérieur de l’église, on trouve une extraordinaire série de chapiteaux sculptés de motifs figuratifs datant du XIIe siècle. Les sculptures sont importantes à deux titres, à la fois en tant qu’ œuvre artistique exceptionnelle mais également en tant que lien entre la culture nordique préchrétienne et le christianisme de l’époque médiévale. L’église rassemble également une riche collection d’objets liturgiques du Moyen Âge.

Critère (i) : La « stavkirke » d’Urnes est un exemple exceptionnel de l’architecture scandinave traditionnelle en bois. En un même lieu, s’y associent des caractéristiques de l’art celtique, des traditions vikings et des structures spatiales romanes. L’exceptionnelle qualité des décors sculptés de l’église d’Urnes est une réalisation artistique unique.

Critère (iii) : La « stavkirke » d’Urnes est un bâtiment ancien en bois et est exceptionnel par la réutilisation à grande échelle des éléments tant décoratifs que de construction d’une autre « stavkirke » construite un siècle plus tôt. Il s’agit là d’un exemple exceptionnel de l’utilisation du bois pour exprimer le langage de l’architecture romane en pierre.

Intégrité

Le bien du patrimoine mondial est composé de la « stavkirke » en elle-même, entourée d’un cimetière médiéval ceint d’un mur de pierre. Puisque tous les éléments constitutifs d’un bâtiment construit sur pieux et d’une église sont conservés, l’intégrité du site est pleinement présente. L’église et le cimetière sont toujours utilisés. Tous les objets liturgiques sont présents, nombre d’entre eux sont très anciens, datant même de l’époque médiévale. En tant que bâtiment représentatif de la technique de construction « sur pieux », toutes les caractéristiques de cette technique se trouvent réunies dans cette église. Par ailleurs, avec les vestiges réutilisés et les éléments excavés d’un ancien bâtiment édifié avec des pieux creusés dans le sol, Urnes avec son cadre fait de seuils reposant sur des fondations en pierre est un témoignage du développement achevé  de la technique de construction « sur pieux ». Le décor extérieur de l’ancienne église est remarquablement bien préservé après presque mille ans d’exposition et de dégradation par les conditions atmosphériques.

La vulnérabilité de l’église est principalement liée aux risques d’incendie et à la pression exercée par une activité touristique excessive. Les changements climatiques, tels que des précipitations accrues, auront également des impacts négatifs sur le bâtiment en bois s’il n’en est pas tenu compte dans les meilleurs délais.

Authenticité

Au cours des siècles, des interventions ont eu lieu pour des raisons pratiques et afin d’adapter le bâtiment aux besoins liés aux pratiques religieuses. Ces interventions sont bien visibles et constituent ainsi un témoignage authentique sur la vie sociale et les pratiques religieuses. À l’intérieur du bâtiment, deux des 16 pieux ont été coupés au Moyen Âge afin de laisser plus d’espace à un autel latéral qui fut retiré plus tard. Le mobilier médiéval de la « stavkirke » d’Urnes comprend un calvaire en bois qui ouvre sur le chœur, deux chandeliers d’autel en bronze émaillé de Limoges et une chaise entièrement faite en bois tourné. Au cours du XVIIe siècle, quelques interventions ont eu lieu tant sur la construction que sur le mobilier. Le retable et la chaire de l’église, la galerie, les bancs d’église et les bancs fermés, le jubé et la voute en bois ont été ajoutés vers 1700. Le chœur a été agrandi à l’Est vers 1600, également au moyen de la technique de construction « sur pieux ». Les murs y ont été recouverts de peintures représentant des volutes, des motifs architecturaux et des apôtres, tous ces éléments sont datés de 1601. Un clocher en forme de tourelle été construit. Le nom de Støpulhaugen donné à la colline située juste au-delà du mur de pierres indique que, dans les premiers temps, la cloche se trouvait dans un édifice séparé de l’église.

La « stavkirke » d’Urnes a fait l’objet d’un excellent travail de conservation en tant qu’ensemble homogène. Les embellissements du XVIIe siècle (en 1601 et aux environs de 1700) et les restaurations de 1906-1910 ont pleinement sauvegardé son authenticité. C’est également le cas pour la restauration des fondations (2009-2010).

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien du patrimoine mondial est protégé par la Loi sur le patrimoine culturel norvégien. L’État partie en a la responsabilité globale et les autorités du comté assurent la responsabilité de la gestion du bien au niveau régional. Le propriétaire, la Société pour la sauvegarde des monuments anciens, a établi un plan général pour la gestion et la conservation du bien. Un groupe de coopération pour le bien du patrimoine mondial a été créé en 1998, il regroupe des représentants de tous les niveaux administratifs et des parties prenantes.

L’église n’est plus une église paroissiale. Elle a cependant une valeur symbolique essentielle pour la communauté et est toujours utilisée pour des baptêmes et des mariages. Le cimetière médiéval n’est plus utilisé que par quelques familles locales.

En 2010, un vaste programme de restauration mené par la Direction du patrimoine culturel s’est achevé et l’église est désormais en bon état de conservation. Un système élaboré de protection contre les incendies, avec un système d’extinction et de suivi, a été installé. En raison de l’isolement de l’église, la fréquentation touristique du site reste faible. Bien que les installations destinées à l’accueil de touristes soient réduites au minimum, elles sont conçues avec soin. Toute nouvelle activité fait l’objet d’un contrôle par le groupe de coopération et sera soumise aux procédures mises en place par l’autorité en charge. "

Source: Le site de l'UNESCO :

http://whc.unesco.org/fr/list/58




Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:32, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Le bateau viking d'Oseberg, daté 815-820, donc début IXe siècle

Message  Northman le Lun 11 Jan - 21:51



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:33, édité 5 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Sculptures d'Urnes et du navire viking d'Oseberg

Message  Northman le Mar 12 Jan - 9:28




Détail du panneau nord d'Urnes (XIe siècle) :




Détail des sculptures de proue du navire viking d'Oseberg (début IXe siècle) :





Dernière édition par Northman le Lun 15 Fév - 13:27, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Du bon usage des serpents et des dragons

Message  Northman le Mar 12 Jan - 13:16




Cette musique semble appropriée pour lire la suite du post qui creuse la signification des scènes de combat ci-dessus, sur le navire d'Oseberg et le portail nord d'Urnes. Vous pouvez la mettre en fond sonore :





"Le portail nord du XIe siècle de la Stavkirke d'Urnes a été interprété comme comportant des scènes de serpents et de dragons qui représentent le Ragnarök."

Référence : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ragnar%C3%B6k



Sur ce site intéressant , http://jalladeauj.fr/claveyrolasstavk/styled-6/index.html j'ai bien aimé ce texte :




" DU BON USAGE DES SERPENTS ET DES DRAGONS :

Pour soutenir ses légions, Rome formait des troupes auxiliaires: des « barbares » (ceux qui habitaient hors des frontières de l'Empire) combattaient, avec leurs armes et leur compétence propres, d'autres barbares. On peut penser que dragons et serpents des mythologies scandinaves ont été ainsi recrutés pour protéger l'église contre leurs congénères demeurés hostiles à la nouvelle religion. Dotés d'une fonction apotropaïque, mais n'ayant pas renoncé à leur cruauté originelle, les dragons et les serpents des légendes nordiques interdisaient l'entrée dans l'espace sacré aux forces ancestrales et mauvaises qui tentaient de reprendre le dessus.

En prolongeant les études de Bugge, Peter Anker propose une autre interprétation. Sur les portails en bois figurerait une représentation simplifiée du Agnarrok (ou Ragnarök), ce combat des dieux et des géants aboutissant à une destruction du monde actuel, annoncé dans des textes comme la Voluspa ou l'Edda.

« L'Edda de Snorre donne lui aussi une version de la prophétie du Ragnarrok. D'après lui, un terrible hiver de trois ans précédera les événements servant de prélude au désastre final. Ensuite d'après Voluspa, vient sur le monde un temps de guerre et d'anarchie :

« Temps des haches, temps des épées
Les boucliers sont fendus
Temps des épées, temps des loups
Avant la chute de la Terre ... »

Les géants livrent alors une grande attaque contre les dieux, qui combattent sous le commandement d'Odin. Le chien Garm aboie aux portes de l'enfer, le serpent Midgard qui a ceinturé le monde brise ses chaînes et fait écumer les océans de ses coups de fouet, le bateau Nagelfar, construit par les morts avec leurs ongles, a pour équipage les terribles géants et détache ses amarres, puis il approche des dieux. Les nains hurlent de peur, le dieu Heimdall fait sonner sa trompe Gjallahorn que l'on entend dans le monde entier et la lutte finale entre les dieux et les géants, entre les forces du bien et celles du mal, commence. Odin combat avec le loup féroce Fenris, dont la gueule ouverte va de la terre au ciel, et il est tué mais son fils Vidar le venge. Thor tue le serpent Midgard mais il est lui-même empoisonné par son venin. Les dieux et les géants s'exterminent alors mutuellement dans un terrible massacre, l'arbre du monde Yggdrasil se fend de haut en bas, les rochers s'écroulent, le ciel est fendu en deux, le soleil devient noir et la terre s'enfonce dans l'océan, les étoiles disparaissent et le géant Surt enflamme le ciel de son feu. Enfin la Sibylle dans une vision entrevoit la naissance d'un nouveau monde, éternellement vert, surgissant sur les ruines de l'ancien. A nouveau « les aigles volent – attrapant les saumons dans les montagnes… » Le nouveau monde est délivré de tout mal, une nouvelle espèce de dieu naît, et une nouvelle famille d’êtres humains délivrés du péché et de la faute. Alors, « le Puissant arrive (…) le Fort, qui gouverne l’Univers » » (Peter Anker, op. cit., pp. 38-39).

Ce récit eschatologique date de la fin de l'ère viking, mais, comme on le voit, il a été mêlé très tôt à des thèmes chrétiens. Même réduit à des monstres s'égorgeant les uns les autres, ce bestiaire devait être plus immédiatement « parlant » aux XIe et XIIe siècles pour les populations rurales norvégiennes que des images provenant de l'Apocalypse de saint Jean. Ce n'est qu'aux siècles suivants, lorsque le christianisme s'est plus profondément implanté, qu'est apparue, dans les peintures sur bois notamment, une iconographie spécifiquement chrétienne.

Cependant, il faut remarquer que serpents et dragons sont prisonniers de réseaux très serrés de rameaux de vigne. « Je suis la vigne véritable et mon Père est le vigneron » (Jn, XV, 1).. Le thème de la vigne et de la vendange se rencontre également dans l'Apocalypse (XIV, 18-19). Les forces maléfiques sont maintenues hors d'état de nuire dans les pampres divins.

Il se pourrait que la « Grande Bête » du portail Nord d'Urnes soit le Lion de Juda, vainqueur du Mal et digne d'ouvrir le livre du destin du monde (Apoc. V, 5). Plus tard, la Vigne s'est substituée au Lion.

Selon Bugge, suivi par Anker, les combats mortels des monstres seraient une représentation symbolique de l'échec des êtres des anciennes croyances: incapables de vaincre le christianisme, elles se sont retournées les unes contre les autres dans un affrontement suicidaire, semblable au combat final des géants et des dieux de la prophétie de la Voluspa.

Convertis au christianisme, les Norvégiens n'ont pas cessé pour autant de croire aux dieux du temps des vikings: réduits au rang de forces du Mal, ils n'en existent pas moins. Lui-même récemment converti, le clergé local favorisa l'identification du Ragnarrok à la victoire du christianisme, et n'hésita pas à en promouvoir les représentations sur les portails des stavkirker. « Ce n'est certainement pas un fait plus étonnant que celui d'élever des églises de bois en quantité à une époque ou la règle canonique demandait que les églises soient construites en pierre » (Peter Anker, op. cit., p. 449).

Nous en sommes réduits aux hypothèses, mais une chose est certaine: il serait de toute façon impensable que l'église ait été ornée, extérieurement et intérieurement, de représentations dont la signification aurait été purement païenne."



On retrouve notre thème des dragons de toitures "convertis" pour défendre, tels des repoussoirs, les stavkirke qu'ils ornent. La scène du navire d'Oseberg (815-820) est antérieure à la christianisation de la Norvège : Pas de rameaux de vigne...



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:36, édité 3 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Portail principal de la stavkirke de Borgund

Message  Northman le Mer 13 Jan - 22:03




Vue d'ensemble :



Agrandissement d'une scène de combat :



Cette scène est similaire à celle du panneau nord d'Urnes vu plus haut.


Le panneau nord d'Urnes est fort probablement issu du portail principal (ouest) de l'église primitive :

"Portal i nordveggen, opprinnelig vestportal i den eldre stavkirken på samme sted"

Source : https://no.m.wikipedia.org/wiki/Urnes_stavkirke


Lors de la reconstruction de l'église d'Urnes, au XIIe siècle, l'église primitive n'ayant pas tenu dans le temps à cause des
poteaux directement plantés dans le sol, on a placé les sculptures de l'ex-portail principal côté nord. Comment est orné le
portail principal de l'actuelle église d'Urnes bâtie au  XIIe siècle ?



Dernière édition par Northman le Sam 30 Jan - 15:36, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Portail principal d'Urnes

Message  Northman le Jeu 14 Jan - 13:35



Par comparaison avec le portail principal de Borgund, le portail ouest de la stavkirke d'Urnes est très sobre.
Mes photos ne le montrent pas très bien. J'en ai retrouvé une ancienne sur Internet :











On a donc choisi, lors de la reconstruction de l'église d'Urnes au XIIe siècle, de placer les ornements de l'ancien portail
du XIe siècle sur un panneau de la façade nord, et de réaliser un portail principal beaucoup plus sobre. Il peut y avoir
plusieurs raisons, et je n'ai rien trouvé pour le moment qui permette de trancher.



Dernière édition par Northman le Dim 29 Jan - 21:22, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum