Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Page 10 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Aller en bas

La stavkirke de Grip, ultra-maritime

Message  Northman le Mer 27 Jan - 13:16





Une des "mini" avec Undredal, déjà visitée, et Haltdalen. D'abord remarquable par sa localisation très maritime, au large
de Kristiansund :













Le capitaine du Gripbåten - båt, bateau; båten, le bateau; Gripbåten, , le bateau de Grip- nous emmène de Kristiansund à
l'île de Grip. Il nous ouvre brièvement la stavkirke, et il faut bien ouvrir les yeux car peu de vues intérieures de cette église
sont disponibles sur Internet. Elle aurait donc été construite au XVème siècle, entre 1417 et 1447, et a été plusieurs fois
détruite puis reconstruite à cause des tempêtes. C'est donc une stavkirke d'origine tardive.

Cette île n'est désormais plus habitée en automne et en hiver.








Extérieurement, l'église de Grip ne jure pas parmi les maisons du village maritime aux couleurs vives et variées.





Comme pour Undredal, la question est de savoir pourquoi elle est classée parmi les stavkirke; car extérieurement, rien ne
permet de le deviner...

Plus que le petit clocher de la stavkirke, Le phare de Grip, situé sur l'îlot de Bratthårskollen, est l'amer le plus remarquable
du secteur, avec ses 47 mètres de hauteur. C'est le second plus haut phare norvégien. La mer, des îlots, un phare, à
l'horizon des montagnes parsemées de névés : La Norvège...









Sur Grip les tempêtes hivernales peuvent être sévères :              





La petite stavkirke de Grip est du type Møre*, structurellement similaire aux plus grandes stavkirke de Kvernes et
Rødven. Elle a subi des modifications majeures en 1621 où les parois ont été remplacées et la flèche ajoutée. Les
fenêtres actuelles ont été posées en 1870. En 2007 le toit et la flèche ont été restaurés.

Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Grip_Stave_Church

Il va donc falloir aller voir de plus près Kvernes et Rødven pour mieux comprendre Grip, dont il ne reste pas grand chose
d'origine au premier abord. Nous reviendrons seulement ensuite à la dernière des trois "mini", mais non la moindre,
Haltdalen.






Pour terminer sur Grip, quelques vues d'intérieur, dont pas mal de Per Kvalvic, glanées sur Internet :


                           


     
                             


                                


* Du nom du comté Møre og Romsdal dans lequel se trouvent ces trois stavkirke :








Dernière édition par Northman le Lun 15 Fév - 13:41, édité 48 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Mer 27 Jan - 13:41

Les Ecrehous norvégiens! affraid
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Northman le Mer 27 Jan - 14:47



Jean-Yves Amir a écrit:Les Ecrehous norvégiens! affraid

Ne t'inquiète pas Jean-Yves, je ne vais pas faire un sous-sujet de huit pages sur Grip dans ce sujet norvégien, car je n'y suis pas allé en kayak de mer. Et en allant sur Grip après Marmotière, on pourrait faire une grave crise de phobie des grand espaces... Smile


avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les stavkirke de Kvernes et Rødven

Message  Northman le Mer 27 Jan - 22:33




Extérieurement pas très folichonne, la stavkirke de Kvernes, avec ses planches horizontales -alors que dans le style
originel des stavkirke les planches de panneaux des parois sont verticales-, avec ses tuiles mécaniques de couverture, sa
flèche non assortie, son aspect extérieur de petite église banale. Elle n'est certainement pas classée parmi les stavkirke
à cause des pieux extérieurs qui contrebutent les hauts de parois ...











Non, c'est principalement à l'intérieur que se trouve toute sa richesse :
















Beaucoup de points communs avec Rødven :

























Dernière édition par Northman le Mer 3 Fév - 23:29, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Caractéristiques des stavkirke de type Møre (Grip, Kvernes, Rødven)

Message  Northman le Mer 3 Fév - 23:24




Les deux caractéristiques principales des stavkirke de type Møre sont des poteaux intermédiaires sur les parois de bois
et des traverses de plafond. Sur ce détail de l'intérieur de Kvernes, on voit bien un poteau (stav) intermédiaire dans
lequel viennent s'encastrer les planches verticales de la palissade :





Je n'ai pas trouvé de photos des charpentes des toitures de Kvernes et Rødven. Et sur les photos d'intérieur, on voit des planches
de plafond qui les masquent, ce qui n'est pas le cas de Grip :


     


La ferme de charpente la plus simple qui soit, avec deux arbalétriers (en orange), et un entrait (en rouge). La portée des ces
longues traverses est de 6m50 à Grip et 7m50 à Kvernes. L'assemblage arbalétrier-entrait, encerclé en noir sur la photo de droite,
subit des forces considérables, avec une poussée des arbalétriers vers l'extérieur. Si cet assemblage vient à faiblir, il faut
contrebuter par l'extérieur. Le même principe que celui des arcboutants des églises de pierre qui contrebutent la poussée latérale
des voûtes sur les murs gouttereaux :




                       

                                         


Je n'ai trouvé aucune information sur les époques auxquelles les stavkirke de Kvernes et Rødven ont été contrebutées par des
pieux extérieurs. Ci-dessus, Rødven, dont je n'ai pas trouvé les dimensions de la nef. Kvernes et Rødven ont été préservées car
de nouvelles églises, plus grandes, ont été construites à côté. La plupart du temps l'ancienne stavkirke était détruite pour être
remplacée par une plus grande église. C'est ce qui explique la disparition de la plupart des stavkirke originelles. Il n'en reste
plus que 28 en Norvège sur les au moins 1000 d'origine.


Kvernes sur Norgeskart :







avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Håkon Christie, spécialiste norvégien de référence des stavkirke

Message  Northman le Ven 5 Fév - 15:16



Un nom revient souvent quand on effectue des recherches assez poussées sur les stavkirke norvégiennes, celui d'Håkon Christie, 1922-2010.







C'est un architecte norvégien connu pour son travail remarquable sur les églises en bois debout. Nous verrons un de ses dessins dans le prochain post, sur la stavkirke d'Haltdalen. Il a fait ses études d'architecture à Trondheim, et obtenu son diplôme en 1949, avec une thèse sur la restauration. Pendant ses études il avait été assistant du grand architecte Gerhard Fischer, et effectué arpentages et fouilles de bâtiments médiévaux, en particulier sur les sites de la cathédrale de Nidaros-Trondheim et de la forteresse de Bergen, Bergenhus. Elu membre de l'Académie Norvégienne des Sciences en 1976. Chevalier de l'Ordre de Saint Olav (ou Olav Haraldson, ou encore Olaf II de Norvège, figure majeure de l'histoire norvégienne) en 1995. Médaille d'honneur d'Europa Nostra en 2005... Géographiquement, historiquement et culturellement la Norvège fait bien partie de l'Europe, même si elle ne fait pas partie de la CEE.


Bibliographie en norvégien :


Christie, Håkon (1974). Middelalderen bygger i tre. Oslo: Universitetsforlaget. ISBN 8200013952 (ib.) .

Christie, Håkon, Stavkirkene – Arkitektur i Norges kunsthistorie, bind 1, Oslo 1981, s. 139–250 ISBN 82-05-12265-2

Christie, Håkon, Stavkirkeforskningen, Foreningen til norske Fortidsminnesmerkers bevaring, Årbok 1981, vol. 135, side 58-68

Christie, Håkon (1990). Haslum kirke 800 år. Haslum: Haslum menighet.

Christie, Sigrid og Håkon (1990). Nes kirkeruiner: gamle Nes. [Årnes]: Raumnes historielag.

Christie, Håkon, Urnes stavkirkes forløper belyst ved utgravninger under kirken, Foreningen til norske Fortidsminnesmerkers bevaring, Årbok 1958, vol. 113, side 49-74

Christie, Sigrid og Håkon, Norges kirker – Buskerud, Oslo 1981

Christie, Håkon (1997). Hopperstad stavkyrkje. Oslo: Fortidsminneforeninga.


Source


Un livre de 23 pages a été traduit en français, en 1978 :  Eglises "en bois debout"


Un texte d'Håkon Christie sur les stavkirke traduit en français :


"Les églises de bois-debout de Norvège (par Håkon Christie )


Le christianisme qui s'est répandu en Norvège voici un bon millier d'années représente la première influence directe d'une culture européenne. Sa rencontre avec le fonds nordique pré-chrétien n'a pas été sans tensions, qui ont laissé des traces profondes dans la société norvégienne. Les églises témoignent de ce choc culturel.

Même si aucune des vingt-neuf églises de bois debout que la Norvège compte à ce jour n'appartient à la première génération, nous savons maintenant que les églises érigées au XIe siècle - période appelée le temps des missions - étaient étroitement apparentées aux premières églises de bois debout, des bâtiments de bois dont les murs étaient formés de poteaux et de planches dressés verticalement. Les poteaux étaient plantés dans des trous creusés dans le sol. Ils constituaient ainsi un squelette porteur qui assurait l'indispensable rigidité de l'ensemble. Leur principal inconvénient [était de] ne pas offrir une protection suffisante contre la pourriture. Les fouilles archéologiques ont dégagé des rangées de trous profonds contenant des restes de bois spongieux, le seul témoignage direct de ces églises de première génération - et de leur destin.

Ces églises archaïques ne semblent pas avoir survécu plus d'un siècle. Dès le XIIe siècle, le besoin de bâtiments plus résistants a dû se faire sentir. Plutôt que de planter poteaux et planches directement dans le sol, on préféra les encastrer dans des sablières elles-mêmes posées sur des fondations de pierre. Ainsi surélevés du sol, les murs furent protégés de la pourriture. Cette solution s'est avérée si efficace que des bâtiments de bois édifiés dans les années 1100 sont parvenus intacts jusqu'à nous.

C'est à leur technique de construction que les églises de bois debout doivent leur nom : les murs sont constitués de palis et poteaux dressés verticalement, encastrés - en bas - dans une sablière rainurée et - en haut - dans une panne. À chaque coin, un poteau cornier s'encastre sur la sablière et la panne pour assurer une liaison rigide. Le mur se compose ainsi d'un cadre rigide sablière - poteaux corniers - panne rempli d'une palissade de planches verticales. Les sablières porteuses des quatre murs constituent un cadre horizontal rigide qui porte l'édifice. Les pannes constituent un deuxième cadre rigide au haut du mur, qui porte la charpente du toit.

Il existe ainsi de nombreux types d'églises de bois debout qui toutes ont en commun d'être constituées de palis dressés verticalement. Le type le plus répandu est un édifice simple de taille modeste avec une nef et un chœur plus étroit. Un type encore plus simple est l'église dite longue dont la nef et le chœur constituent un bâtiment de largeur égale couvert par un toit dit en bâtière, courant sur toute la longueur de l'édifice. Dans ces églises, le chœur a été séparé de la nef par une cloison percée. Le type le plus imposant et aux formes les plus avancées est représenté par l'église de Borgund. Elle est pourvue d'une nef et d'un chœur plus étroit, terminé par une abside en demi-cercle. Dans ce type d'église, la partie médiane de la nef, du choeur et de l'abside est plus élevée que les parties extérieures appelées collatérales. (Attention à ne pas confondre ces collatérales avec les galeries extérieures qui ceinturent le bâtiment. Ces galeries entourent souvent tous les types d'églises et ne sont donc pas caractéristiques d'un type précis). La partie médiane surélevée de la nef est portée par des colonnes indépendantes espacées d'environ 2 m et placées environ 1 m en retrait des poteaux porteurs extérieurs, délimitant ainsi la partie médiane et les collatérales.
Certaines églises de bois debout n'ont qu'un pilier central jusqu'au faîte. Ces églises dites à pilier central ressemblent plutôt aux églises archaïques avec nef et chœur plus étroit, mais leur charpente est plus élaborée.

Les églises de bois debout sont des constructions de superbe facture, richement sculptées. Presque toutes les églises s'ouvrent sur un portail dont l'extérieur est sculpté sur toute la hauteur. Cette tradition décorative semble provenir des ornements animaliers de l'ère viking. Les dragons en sont le motif préféré et s'y développent en créatures fantastiques aux membres interminables. Les volutes végétales s'y mêlent aux entrelacs et aux bouquets de feuillages élaborés. Ces compositions luxuriantes sont exécutées de main de maître et élèvent ces portails au rang de chefs d'œuvre de l'art national. Il serait pourtant difficile de prétendre que le message de ces portails est d'essence chrétienne.

L'intérieur des églises de bois debout était sombre. À l'origine, les seules sources de lumière sont les petites ouvertures circulaires percées dans la partie supérieure du mur de la nef. Elles ne dispensent qu'une faible lueur. Les sculpteurs chargés des décorations intérieures n'y ont toutefois pas trouvé un prétexte pour ménager leurs efforts. Dans certaines églises, les colonnes s'achèvent par des chapiteaux qui rappellent ceux des églises de pierre romanes. On a visiblement voulu parer les églises de bois d'éléments empruntés au style des chefs-d'œuvre de pierre contemporains. L'admirable ossature de bois des églises, dictée par les caractéristiques techniques du matériau, garde toutefois sa pleine originalité. "

Source



avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

La stavkirke d'Haltdalen, premier abord extérieur

Message  Northman le Sam 6 Fév - 10:28




Une "mini", comme Undredal et Grip, mais très intéressante. La plus septentrionale des stavkirke norvégiennes restantes :





Le texte d'Håkon Christie à propos Haltdalen ( à la fin surtout) :


"La plupart des églises de bois debout de Norvège étaient de petits édifices d'une grande simplicité, avec une nef courte
prolongée par un chœur plus étroit. Elles étaient couvertes de bardeaux, les murs et les toits étaient enduits de goudron.
A l'intérieur, l'église était ouverte jusqu'au faîte. Ces églises étaient de taille modeste. Mais bientôt, en raison de la
généralisation de l'usage des bancs et de l'accroissement constant du nombre des paroissiens, ces bâtiments ne suffisent
plus à leur fonction. La plupart des églises de ce type ont donc été rasées, certaines ont été remaniées et agrandies.
L'église de Haltdalen a été transportée au musée des Arts et traditions populaires du Trøndelag à Sverresborg près de
Trondheim où elle a été restaurée dans son état d'origine."

Source


Sa période de construction est estimée aux alentours de 1170, donc fin  du XIIe siècle.






















Visite guidée en norvégien, sous-titré en anglais :





Localisation du village d'origine :











Dernière édition par Northman le Dim 7 Fév - 14:23, édité 7 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Stavkirke d'Haltdalen : Impressionnante charpente !

Message  Northman le Sam 6 Fév - 10:55




Une des rares photos des fermes de la charpente de toiture d'Haltdalen trouvée sur Internet :







Dessin d'Håkon Christie. Ces fermes sont impressionnantes surtout dans leurs parties supérieures  :








Je n'avais jamais vu une telle structure de ferme de charpente. Elle m'impressionne par son élégance
esthétique qui doit refléter une étonnante et savante répartition des forces. Encore l'harmonie des
formes et des forces. XIIe siècle ! Ces fermes méritent une attention et une étude toutes particulières.

Sur le dessin d'Håkon Christie, je vais surligner les différents éléments d''une ferme avec plusieurs
couleurs :

En rouge, les deux arbalétriers. En orange, l'entrait retroussé, dont une des fonctions est d'empêcher
les arbalétriers de s'affaisser vers le bas, comme dans l'effondrement d'un château de cartes, en
poussant vers l'extérieur les poutres sablières du haut des murs gouttereaux. En vert, comme à
Borgund, une croisée d'écharpes, dont les poutres sont de la même section que celle des arbalétriers.
En bleu, deux contrefiches qui croisent les écharpes et s'articulent ensemble dans leurs parties
inférieures. Cet assemblage inférieur pend dans le vide : Il n'y a pas de poinçon entre la jonction
supérieure des arbalétriers et l'entrait :








L'élégance de la ferme découle de l'égalité des sections, relativement faibles, de toutes ses poutres, et de ce treillis formé
dans la partie supérieure par l'entrecroisement des contrefiches et des écharpes.






Sur la photo ci-dessus, tout comme sur celle du début de ce post, on voit que les pannes intermédiaires supérieures sont
plus proches des jonctions arbalétriers-contrefiches que sur le dessin d'Håkon Christie. Ces pannes ont certainement été
remplacées et un peu déplacées entre l'époque du dessin et celle de la photo. Résultat encore plus efficace encore du point
de vue des forces...





... Justement, il nous faut maintenant comprendre l'intérêt de ce treillis du point de vue des forces.




Dernière édition par Northman le Dim 7 Fév - 14:24, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Charpente d'Haltdalen : Forces ... Prodigieux pour le XIIe siècle !

Message  Northman le Dim 7 Fév - 14:23





1/  Le poids P des planches - il n'y a pas de chevrons- et des bardeaux qui les recouvrent,
correspondant au secteur surligné en noir sur la toiture, se répercute sur la panne intermédiaire
supérieure. Il se décompose en une force fléchissante F, encaissée d'abord par l'arbalétrier (en
rouge) sur lequel repose la panne, et une force longitudinale L :





2/ La force F se trouve dans l'axe de la contrefiche qui s'articule avec l'arbalétrier très près de la
panne intermédiaire :




3/ La contrefiche transmet à l'écharpe (en vert) une force fléchissante F' inférieure à F puisque
l'arbalétrier a encaissé une partie de F en fléchissant un peu :





4/ De même, l'écharpe encaisse par flexion une partie de la force F', et la contrefiche transmet
une force F", inférieure à F', au bas de la contrefiche correspondante située de l'autre côté de la
ferme (en bleu) :





5/ Cette contrefiche opposée s'articule en son centre avec l'écharpe opposée, ce qui crée un point
O de pivotement, et un couple de forces : F" se trouve répercutée dans l'arbalétrier opposé, vers
le haut : Génial !





6/ Le schéma de forces est bien-sûr symétrique, et au final, ce treillis rigidifie l'ensemble du haut
de la ferme et permet à des poutres de sections relativement faibles d'encaisser toutes les forces
issues de la partie supérieure de la toiture avec très peu de déformations :





Pour la fin du XIIème siècle, je trouve cela prodigieux.




Dernière édition par Northman le Dim 7 Fév - 21:05, édité 11 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Norvège : Les "stavkirke", églises en "bois debout", et secondairement bien d'autres aspects de ce magnifique pays et de sa culture...

Message  Jean-Yves Amir le Dim 7 Fév - 20:09

Northman a écrit:
Pour la fin du XIIème siècle, je trouve cela prodigieux.

C'est sûr! Et je ne suis pas certain qu'en ce début de 21ème siècle, beaucoup de charpentiers sachent le faire!

Cette structure est un vrai régal intellectuel, un peu comme de la musique.

Dans le domaine de l'architecture, il y aurait un super sujet à développer sur les structures de construction...  Wink C'est un domaine fascinant... (sur lequel je ne suis guère compétent)

(Juste un mot sur la présentation, Northman, si tu me le permets: en intercalant tes commentaires avec tes images, ce serait plus facile à suivre car ça éviterait de remonter du texte aux images Embarassed Very Happy )
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum