Les conditions de production de l'art mondialisé

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Lun 21 Mar - 19:51

Revenons encore à Wim Delvoye, et écoutons bien ce qu'il dit dans cet interview emprunté, je crois, à Médiapart (journal, soit dit au passage, pour lequel j'ai grande estime).
(interview cité déjà quelque part par Alain, mais chais plus où)



Que dit-il au juste?
Essayons de décrypter son discours.

wait Il me faut un peu de temps pour le faire, mais c'est consternant quand on regarde de près!!!

- En ouverture, Delvoye déclare "On peut remplacer le mot "art" par le mot "gaspillage", je crois"
De quoi parle-t-il au juste? Tout art aurait, de tout temps, été un "gaspillage"?
Etonnant raccourci quand même.
Qu'est ce qu'un gaspillage? Le côté économique apparait tout de suite: gaspiller, c'est perdre de l'argent.
La définition de l'art, en résumé, serait une perte d'argent!
Hallucinante définition d'un point de vue ethnologique ou sociologique. Quid des liens entre art et magie, ou art et religion, dans des contextes sociaux où le caractère d'échange économique n'existe quasiment pas? Je pense aux peintures rupestres des grottes de Lascaux, aux fresques des églises romanes, ou dans un registre totalement différent, aux artistes de l'art brut : le mot "gaspillage" résonne étrangement...
En fait, cette définition centrée sur la valeur / non-valeur marchande de l'oeuvre, ne vaudrait-elle pas que pour la production de Delvoye lui même? Mon "art" n'est que "gaspillage".... "c'est mon thème dans mon travail" dit-il.

- "je suis une très bonne marque" "mais pas mon pays, la Belgique"

- 1mn 30s  
"Je me sens petit... comme un artisan" "Le Louvre est plus intéressant avec l'art contemporain que sans"
La juxtaposition des deux formules est étrange. Modestie feinte d'un côté, immense prétention de l'autre. Ne vient-il pas à l'idée de Delvoye que c'est, au contraire, l'environnement du Louvre qui valorise ses productions, comme pour Koons à Versailles?

- 2mn 15s "quand je débutais, l'art était expressionniste, tachiste..."
Là on est dans le gros mensonge. Delvoye avait 20 ans en 1985, or en 1985, ce n'était certainement plus le tachisme qu'on enseignait dans les écoles d'art! Dix ans auparavant, nous y étions, le tachisme ou l'expressionnisme abstrait étaient déjà loin en arrière.. Delvoye triche sur ce qui lui a été enseigné, ou alors il a manqué quelques cours.... Du temps où il était en école d'art, ce qui s'enseignait c'était plutôt le Warhol ou Beuys, le minimal et le land art.


wait


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 1 Avr - 18:17, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Mar 22 Mar - 9:04

Jean-Yves Amir a écrit:
A qui penses-tu, Alain?

bin...mon ennemi c'est la finance, j'avais été clair:

alainAdmin a écrit:

Plus sérieusement je dirai que dans le jeu cynique qui lie les financiers à certaines stars du marché, Abedessemed, Delvoye, etc je suis souvent du coté de l'artiste dont je veux croire qu'il profite du pognon pour faire son œuvre et une œuvre critique.
Avec de gros doutes néanmoins, bien sûr.

Je vais prendre l'exemple de Cloaca, exposé en 2003 à Lyon, capitale de la bonne bouffe.
Et bonne place de l'industrie du tourisme et du tourisme culturel.
Eh bien le MAC de Lyon invite des "grand chefs" de la place à donne à manger à la machine des plats succulents.
Qui devrait avoir honte?

Marrant d'ailleurs, on retombe sur la notion de gaspillage... Oui, je l'avoue, j'accorde une portée critique au cynisme de Delvoye.

Et un manque d'estime certain pour l'industrie culturelle de la merde, même si tous ces acteurs se tiennent par la barbichette.


ps je n'ai ^pas le temps de lire ces 71 pages, mais c'est certainement intéressant:

"
L'inutile dans l'art, La Cloaca de Wim Delvoye

Réflexion sur la notion de l'inutile dans l'art, avec l'analyse de l'oeuvre de l'artiste Belge Wim Delvoye, Cloaca.
"

https://issuu.com/audrey.bertacchini/docs/l_inutile-dans-l_art-web
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Dim 27 Mar - 19:18

alainAdmin a écrit:Oui, je l'avoue, j'accorde une portée critique au cynisme de Delvoye.


Et moi j'ai de gros gros doutes sur cette portée critique. Crying or Very sad

https://news.artnet.com/art-world/leila-heller-dubai-alserkal-avenue-363185

Galerie Leila Heller à Dubai .... Sans commentaire.

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Ven 8 Avr - 17:30

ah bin ça ça devait arriver:)

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20160408.OBS8127/panama-papers-l-affaire-du-modiagliani-revele-les-magouilles-du-monde-de-l-art.html

barbich a écrit:"Dans cet univers-là, tout le monde se tient par la barbichette. Les enjeux sont colossaux. .."
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Avr - 18:52

alainAdmin a écrit:ah bin ça ça devait arriver:)


On pouvait s'en douter. Cela m'intéresserait beaucoup de savoir le détail de ce que peuvent révéler ces "Panama papers" sur le marché de l'art. Mais par définition, c'est un monde opaque. Difficile d'aller fouiner là dedans. scratch
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Mar 12 Avr - 9:09

Beaucoup d'informations dans ce mémoire de recherche intitulé "La financiarisation du marché de l'art":

http://fr.slideshare.net/paulmarie/financiarisation-du-march-de-lart

(je ne parviens pas à trouver le nom de son auteur)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Mar 12 Avr - 9:46

ça me donne l'idée que tu/on pourrait chercher chez Pinçon et Charlot.
Ils ont forcément un chapitre sur l'art quelque part.
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Mar 12 Avr - 9:51

ex
http://www.bastamag.net/Monique-Pincon-Charlot-La-violence


PPC a écrit:A côté de la richesse économique, il y a la richesse culturelle : c’est le monde des musées, des ventes aux enchères, des collectionneurs, des premières d’opéra... Jean-Jacques Aillagon, président du comité des Arts décoratifs, vient d’être remplacé par un associé-gérant de la banque Lazard. Dans l’association des amis de l’Opéra, on retrouve Maryvonne Pinault (épouse de François Pinault, 6ème fortune de France), Ernest-Antoine Seillière (ancien président du Medef, 37ème fortune de France avec sa famille) [2]...
et en suivant la note 2
http://www.louvrepourtous.fr/Ces-personnalites-qui-siegent-dans,654.html
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Mar 12 Avr - 18:33

Je cite à partir de ton lien ci-dessus http://www.louvrepourtous.fr/Ces-personnalites-qui-siegent-dans,654.html


Dans les conseils d’administration des grands musées, on croise de grands noms, des gens célèbres, des proches du pouvoir, des représentants de grandes entreprises mécènes, des banquiers, des avocats collectionneurs, de gens de l’art stricto sensu finalement peu... Il est loin le temps des origines où le Muséum d’après Révolution était dirigé par les artistes eux-mêmes, déjà il est vrai sous autorité politique. Pas forcément une bonne idée quand le musée du Louvre naissant devait vivre sous le fanatisme d’un Jacques-Louis David. En revanche imaginer Hubert Robert ou Fragonard présider à ses destinées fait rêver... On ne trouve plus guère aujourd’hui que le musée Rodin pour exiger par ses statuts la présence d’un sculpteur à son conseil d’administration - actuellement Didier Vermeiren -, sans doute par volonté testamentaire de l’artiste donateur. En vrac, on notera la présence de Jacques Attali au musée d’Orsay, d’Anne Sinclair au musée Picasso, présence justifiée, paraît-il, par le fait qu’elle est la petite-fille d’un galeriste du peintre, de Maryvonne Pinault, épouse de qui l’on sait, au Château de Versailles, de Louis Schweitzer au Quai Branly, de dirigeants des groupes Total, LVMH, AXA ou Wendel. Quand nous disposons d’informations qui peuvent expliquer la présence de tel ou tel dans un CA de musée qu’à première vue on ne peut comprendre par ses seuls titres officiels, nous l’indiquons en note, entre parenthèses ou renvoyons vers un autre site par lien hypertexte.

On imagine que la nomination de ces personnalités est le résultat d’entremises ou de mondanités dont est exclu le péquin moyen - sociologiquement, on reste dans cet entre-soi si bien décrit par les Pinçon-Charlot, ce couple de sociologues de la haute société [1] -, de remerciements pour services rendus, voire tout simplement de copinages, certaines noms quand l’on consulte leur bio se démultipliant dans tellement de CA qu’on en a le tournis. Cela n’empêche qu’il y a aussi parmi elles des personnalités dont les musées méritent certainement l’assistance et, dans le principe, il nous parait de toutes façons sain qu’un établissement public culturel puisse profiter du regard extérieur d’amateurs, le seul hic demeurant le caractère souverain et non débattu des nominations, ce qui fait très Ancien Régime comme beaucoup de choses en République française.

C'est dingue! Un vrai réseau! Une mafia? affraid
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Mar 12 Avr - 20:04

.. a écrit:’Anne Sinclair au musée Picasso, présence justifiée, paraît-il, par le fait qu’elle est la petite-fille d’un galeriste du peintre

dès que je parle, en société, du film " Welcome to New York" d' Abel Ferrara avec Gérard Depardieu, on me traite comme si j'avais pété.
NON! il FAUT le voir!
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum