Les conditions de production de l'art mondialisé

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alainD le Jeu 12 Mai - 20:00

Je veux pas tout mélanger, mais si on parle des conditions de production de l'art,
on doit aussi savoir de quoi vivent les artistes.
Or chaque fois que je voyais que tel artiste connu était prof dans un beaux arts, je me disais "ah ben tiens ..."

or je viens d'en dégotter pas mal d'un coup!!



Pascale Accoyer, Jean-Michel Alberola, Patrice Alexandre, Pierre Alferi, Jacques Aumont, James Blœdé,
Farid Boulechlouche, Marie José Burki, Sabine Cassard, Elsa Cayo, Claude Closky, Jean-François Chevrier,
Philippe Comar, Hélène Delprat,
Daniel Dobbels, Élie During, Tim Eitel, Sylvie Fanchon, Patrick Faigenbaum,
Dominique Figarella, Dominique Gauthier, Gilgian Gelzer, Bernadina Haas, Ann Veronica Janssens,
Monique Jeudy-Ballini, Jean-Yves Jouannais, Tadashi Kawamata, Carole Leroy,
Guitemie Maldonado, François-René Martin, Guillaume Paris, Aurélie Pagès, Marc Pataut,
Bernard Piffaretti, Éric Poitevin, Nathalie Polge, Carole Quettier, Anne Rochette, Emmanuel Saulnier,
Julien Sirjacq, Valérie Sonnier, Djamel Tatah, Patrick Tosani,
Clélia Zernik



sont tous des enseignants de l’Ensba
En savoir plus sur
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/11/non-m-cazeneuve-nos-etudiants-n-ont-pas-a-payer-votre-derive-securitaire_4917607_3232.html#uDvBY7WBJ5VPzGxJ.99

avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  alain le Jeu 7 Déc - 12:06

je sais plus si on a ceci ici
https://www.youtube.com/watch?v=p3uH8NdXJYg



L’art dévoré par l’argent. Entretien avec Nathalie Quintane

C'est P Durand qui me l'avais montré , il avait écrit:

pd a écrit:Dans le second écrit, compilant les expériences de plusieurs personnes («L'école des classes»), un élève en art raconte son épouvantable parcours au sein d'un établissement incompétent, pontifiant, jargonnant et suiveur de modes. Il peine à y devenir «une force de proposition». «Les directeurs veulent des étudiants compétitif pour les lancer sur le marché.» Les années d'études, qui supposent un voyage formateur à financer, servent à lui pomper de l'argent. Le dernier mot qu'il entendra du responsable de l'école sera: «Seuls les étudiants riches m'intéressent.»

alain
Admin

Messages : 445
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 7 Déc - 20:14

alain a écrit:je sais plus si on a ceci ici
L’art dévoré par l’argent. Entretien avec Nathalie Quintane

Cette video vient de Médiapart et l'article est de Joseph Confavreux (ci dessous le texte d'introduction à l'interview de Nathalie Quintane daté du 19 août 2017). Je l'avais dans mes réserves depuis l'été dernier, je voulais lire le livre avant d'en parler, mais c'est passé aux oubliettes!!!!!
Il faut le lire, merci de me le rappeler!

Jean-Pierre Cometti & Nathalie Quintane (dir.), L’Art et l’argent, éditions Amsterdam, Paris, 2017.
Un livre collectif, L’Art et l’argent (aux éditions Amsterdam), rédigé par des artistes, des écrivains, des théoriciens et des membres d’écoles d’art examine le nouveau régime des rapports entre art et argent, qui achève de transformer les œuvres en objets spéculatifs et raconte le creusement abyssal des inégalités, dans l’univers artistique comme dans la société. Entretien avec sa co-directrice, l’écrivain Nathalie Quintane.
L’ouvrage collectif L’Art et l’argent, que viennent de publier les éditions Amsterdam, rassemble des contributions d’artistes, d’écrivains, de théoriciens et de membres d’écoles d’art, restés anonymes pour avoir une plus grande liberté de parole. Il est publié sous la direction de l’écrivain Nathalie Quintane et de Jean-Pierre Cometti, professeur de philosophie et d’esthétique à l’université de Provence, décédé l’an dernier.
Pour ce Jean-Pierre Cometti, les rapports entre art et argent, même s’ils ont toujours existé par le passé, se sont « passablement compliqués », parce que « les conditions qui assurent à ce nouveau Léviathan son pouvoir sont sans commune mesure ». En témoigne « non seulement le bond quantitatif des œuvres d’art sur le marché, qu’il s’agisse de l’évolution des prix ou du volume des transactions. [Cela se manifeste] également dans la place que l’art occupe dans le champ de la culture et dans les rapports qui l’associent à la mode et au luxe », juge le théoricien, selon lequel « l’évolution des prix sur le marché de l’art est concomitante des écarts qui se sont creusés entre riches et pauvres ».
Ce bouleversement d’échelle, dans lequel l’art contemporain devient l’art emblématique d’un monde où les inégalités sociales n’ont jamais été aussi fortes, affecte la création elle-même puisque, juge Cometti, le processus marchand prive désormais « l’art autonome de sa fonction critique et la critique de sa fonction autonome ». En effet, « les solidarités que l’art a nouées avec l’argent et le nouveau capitalisme devraient définitivement nous dissuader d’aborder les questions relatives à l’art comme si elles en étaient éternellement protégées. L’autonomie artistique dont nos discours se sont nourris, et se nourrissent encore inopportunément, peut désormais apparaître pour ce qu’elle est : une mascarade que nul ne peut plus prendre au sérieux ».
Un « tournant mécénal », qui propose des chefs-d’œuvre visibles dans des fondations privées à 14 euros l’entrée, a donc été pris « dans une société si inégalitaire que les mécènes sont les seuls à pouvoir faire ce type de cadeaux – cadeaux qui s’apparenteraient d’ailleurs plutôt à l’aumône ». En confondant spéculation et aide aux artistes, « cadeau » des grandes fondations et cadeaux fiscaux, industrie du luxe et processus de création, le triangle « Artiste – Institution – Capital » est entré, pour les auteurs, dans un nouveau régime où, « incorporées dans l’environnement néolibéral, les pratiques artistiques radicales servent en effet à donner un make-up démocratique au monde de l’art et à ses institutions, en se résumant à l’emprunt d’une esthétique “révolutionnaire” déchargée de sa signification historique ».
Face à ce « pognon monstrueux qui circule et disparaît lors de ces parties de bonneteau fiscal », l’ouvrage explore des pistes de repolitisation de l’art, par les œuvres, le langage ou la théorie, par exemple la « mobilisation de classe nécessaire de ce prolartariat dans une lutte pour la reconnaissance » et l’« institution d’un équivalent de taxe Tobin sur les transactions artistiques élevées, à des fins de redistribution plus égalitaire – quelque chose comme un tribut collectif sur la dépense somptuaire et sur l’enrichissement ».
Même si certaines figures du monde de l’art, tels Maurizio Cattelan, qui affirme avoir cessé de produire, ou Thomas Schütte, qui a décidé de garder ses œuvres dans son propre musée pour ne plus avoir à faire avec le marché, semblent prendre conscience des impasses d’un marché de l’art fait de délits d’initiés et qui « aime ce qui l’agresse, car il se glorifie de sa largesse d’esprit », sortir de cette situation où l’art a été dévoré par l’argent n’intéresse pas le seul monde artistique, tant ce qui se passe dans ce domaine n’est souvent que la partie émergée de l’iceberg…
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditions de production de l'art mondialisé

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Déc - 12:10

alain a écrit:je sais plus si on a ceci ici
L’art dévoré par l’argent. Entretien avec Nathalie Quintane

Oui, je l'avais déjà mis là en fait http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t311-sujet-central-le-marche-de-l-art#3972
C'est le problème des sujets proches qui font doublon: on ne sait plus ce qu'on a mis dans l'un ou dans l'autre...
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum