Voyage au coeur du verre et de sa coloration.

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

XIIe siècle : Le fameux moine Théophile et les vitraux.

Message  Northman le Mer 30 Mar - 22:42



Varions un peu les plaisirs, avec un peu d'exploration historique médiévale après ces quelques posts un peu scientifiques. Commençons par cet article : Le chapitre XXVIII de la Schedula du moine Théophile: technique et esthétique du vitrail roman.

Source :  Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, article de Louis Grodecki.

http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1976_num_120_2_13258

Extraits choisis, en début d'article :

"Tous les historiens de la technologie médiévale, et tous les historiens de l'art, connaissent la Schedula diversarum artium d'un moine Théophile, texte conservé en six manuscrits anciens, répartis entre les bibliothèques d'Europe. Ils datent du XIIe siècle (Vienne, Wolfenbùttel) au XVe."

"[Les] historiens qui sont, maintenant, plus ou moins d'accord pour reconnaître qu'il s'agit d'un écrit du début ou de la première moitié du XIIe siècle (et non du Xe comme on l'a pensé) et qu'il est de provenance germanique, ainsi que le montrent certains germanismes du vocabulaire latin de l'écrivain."

"le second livre — incomplet — concerne la fabrication du verre, des vases creux, du verre plat et, à partir de celui-ci, de la confection des vitraux. Les indications technologiques de Théophile sont, en général, d'une valeur exceptionnelle : on peut (et on l'a fait) construire les fours de fusion, de refroidissement et de recuisson du verre en suivant les données du texte [ là il faut trouver des exemples de réalisations de tels fours, et des données sur les températures obtenues] ; il est plus malaisé de l'utiliser pour « composer » la matière du verre, en raison des difficultés du vocabulaire et de ses lacunes [ Dommage...]. Par contre, les chapitres sur la composition et l'application de la « grisaille » — c'est-à-dire de la peinture vitrifiable au four de recuisson — et ceux sur la mise en plomb, sont d'une exactitude parfaite."



Et ici : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-le-moine/ :


"On a tenté de deviner la personnalité de Théophile à partir de son œuvre : on sait que Théophile, de son vrai nom Rogerus, était moine, sans doute bénédictin, et prêtre, qu'il vivait dans le nord-est de la Germanie, durant la première moitié du XIIe siècle, peut-être en relation avec le milieu de la cour impériale. Bien qu'il comporte une part de compilation, son livre révèle un homme d'un grand sens pratique, ayant une connaissance personnelle des techniques qu'il décrit et remettant en question ses connaissances à la lumière de sa propre expérience."


Là on a donc de sérieuses pistes à creuser. Alors à plus tard pour la suite !

avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum