Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Mer 2 Sep - 18:57

33   L'oeuvre de Duchamp a ceci de particulier qu'elle se ramifie à l'infini, s'éclate en une multitude de facettes interconnectées impossible à présenter de façon synthétique. Ce sujet étant consacré à l'étude de Tu m', j'ai donné quelques indications qui me paraissaient utiles à une première approche. Mais elles ne sont certainement pas suffisantes à une compréhension globale. Pour aller plus loin, j'invite à lire  http://arplastik-simoneveil.blogspot.fr/2015/04/marcel-duchamp-en-quelques-lecons-meme_12.html qui rassemble beaucoup de connaissances autour du Grand Verre.



RECAPITULONS affraid


Retour sur le point 4 STOPPAGES ETALON ci-dessus

Les Stoppages Etalons apparaissent partiellement dans l'angle inférieur gauche de Tu m' sous forme de surfaces ondulantes grâce à l'effet de perspective (j'y reviendrai)


Et dans la partie droite, ils sont à la base d'une structure géométrique complexe formée de cercles et de tronçons colorés, en perspective également.


Curieusement, dans les commentaires que j'ai pu lire, je ne trouve rien sur cette structure pourtant complexe, et très délicate à exécuter, techniquement parlant. A l'huile sur toile, il faut reconnaître que ces tracés sont une gageure, du même ordre que celle du Grand Verre.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mar 5 Juil - 16:57, édité 9 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Mer 2 Sep - 19:35

34 Retour sur le point 3  READY MADE ci-dessus

Deux ready made de Duchamp apparaissent dans Tu m', la Roue de bicyclette, à gauche, le Porte manteau à droite, sous forme d'ombres portées, projetées sur la surface du tableau.
Au milieu, une 3ème ombre projetée, celle d'un tire bouchon, ready made potentiel, envisagé? ( inachevé? Laughing ), qui n'est en tous les cas pas répertorié parmi les "ready made officiels de Marcel Duchamp".
Ces ombres sont dessinées à la mine de plomb sur la peinture.
Un petit effort d'imagination est nécessaire pour comprendre comment Duchamp s'y est pris.

La toile, écran de projection, était nécessairement préalablement peinte. Les ombres des ready made n'ont été dessinées qu'en fin de travail. Pour ce faire, Duchamp a placé ses objets l'un après l'autre, en plusieurs temps, devant sa toile. La roue sur son socle(?), le porte manteau suspendu, le tire bouchon suspendu sans doute lui aussi. Il a utilisé un projecteur, l'a déplacé pour chacun des trois objets, en changeant la distance du projecteur à l'objet et de l'objet à l'écran, produisant ainsi des variations d'échelles et des déformations.

Ainsi, l'artiste a créé un véritable théâtre d'ombres dans son atelier  ( Voir à ce sujet Jean Clair "Sur Marcel Duchamp et la fin de l'art" p180 à p184).
Il décrit lui même son projet dans une note de la Boîte blanche:
"Faire un tableau par ombres portées
1 d'objet sur un plan,
2 sur une surface à telle ou telle courbure,
3 sur plusieurs surfaces transparentes (...).
L'exécution du tableau au moyen de sources lumineuses et dessin des ombres sur ces plans en suivant simplement les contours réels projetés" (cité par Jean Clair p184)

Cependant, chaque ombre est traitée différemment.
Et chaque projecteur instaure un nouveau point focal (voir ci-dessous la question de la perspective)

La roue de bicyclette est représentée à peu près à taille réelle légèrement de biais. Le projecteur et l'objet devaient donc être placés tout près de la toile. Son ombre est montrée partiellement, elle sort du cadre.
Elle n'était pas montée sur son socle et son tabouret, mais suspendue comme les autres objets.



Le tire bouchon est démesurément agrandi et étiré comme une anamorphose. Il est néanmoins visible entièrement. Le projecteur était donc placé obliquement, à droite, par rapport à l'objet et à la toile, et assez loin pour obtenir cet étirement de l'ombre.



Le porte chapeau est montré lui aussi en entier, ou presque. Il est suspendu à l'envers par rapport à sa version "ready made" et il bouge. Il tourne sur lui-même, le flou des ombres suggère ce mouvement.



Il me semble intéressant de souligner que les suspensions des 3 objets ne sont pas représentées et qu'ils apparaissent ainsi, à travers leurs ombres, comme en lévitation. Shocked


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:10, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Mar 8 Sep - 21:09

35 Retour sur le point 5 PERSPECTIVES LINEAIRES ci-dessus

Pour ce qui concerne la perspective, Tu m', c'est folie douce...
Alors que la perspective renaissante visait à construire un espace géométriquement cohérent, unifié en fonction du point de vue du spectateur, Duchamp utilise ce système librement pour multiplier les points de vue et faire éclater l'espace.
On peut identifier 5 systèmes perspectifs fonctionnant indépendamment les uns des autres.
- la pile de losanges converge vers l'angle supérieur gauche du tableau en un point A,
- en B, les lignes de fuite aux extrémités des lignes ondulantes des stoppages étalons semblent parallèles et donc relever de la perspective cavalière,
- les lignes de fuite du rectangle blanc et de l'étrange structure qui l'accompagne convergent vers un point C situé sur le bord inférieur du cadre,
- l'anamorphose de l'ombre du tire bouchon produit sa propre perspective qui converge approximativement en D,
- quant au point E, je vais y revenir un peu plus loin en étudiant de plus près la partie droite de l'oeuvre.



Le tableau, placé au dessus de la bibliothèque de Mme Dreier, n'était donc pas destiné à être contemplé frontalement mais à être parcouru par des spectateurs - des regardeurs - adoptant des points de vue multiples.

"Observons encore une fois Tu m' : si l'on se place dans l'axe du tableau, à gauche s'étirent les ombres portées des "ready made", à droite les arêtes "flottantes"du parallélépipède; au centre, le goupillon, en tant qu'objet réel, se réduit à un point puisqu'il perce la toile à la normale de son plan. Que l'on se place maintenant non plus dans l'axe mais latéralement : les ombres des ready madeet la figure du parrallélépipède se redressent; en même temps, le goupillon tend  à se dégagerde la toile. Si l'on se place enfin dans le plan même de la toile, celle-ci finit par se réduire à n'être plus qu'une ligne; inversement, le goupillon surgit dans toute son incongruité d'objet perçant la toile. Et bien sûr il est là au même titre que la fameuse tête de mort dans Les Ambassadeurs de Holbein. Pour dénoncer la vanité de la peinture. Mais cette fois de toute peinture." (Jean Clair "Sur Marcel Duchamp et la fin de l'art", p102)

 

Comme le relève Roberto Giunti dans son étude http://www.toutfait.com/issues/volume2/issue_4/articles/giunti/giunti4.html
la structure "parallélépipédique" à droite de Tu m' constitue un véritable paradoxe perspectif puisqu'elle combine perspective convergente et perspective axonométrique dans une même construction.



Pourquoi un paradoxe?
Parce que Duchamp traite ses Stoppages Etalon comme des objets réels (ready made) résistant à la réduction perspective.
Les arêtes souples du "parallélépipède" restent de longueur égale, en premier plan comme en arrière plan, alors que la perspective convergente devrait réduire cette longueur. Les extrémités de ces arêtes souples, à droite, forment donc un nouveau quadrilatère, identique au quadrilatère blanc à gauche, mais ses arêtes convergent, elles vers le point de fuite E.

Un autre phénomène du même ordre complète ce paradoxe.
Alors que les bandes colorées, perpendiculaires aux sinusoïdes, et les cercles qui les entourent sont traités en perspective convergente (vers le point D), leurs segments colorés restent de longueur constante et égales (au lieu de diminuer avec la distance comme le voudrait la perspective. Ces segments constituent donc une sorte de "grille" plane qui se superpose aux lignes de fuite.



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:10, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Ven 11 Sep - 10:40

36 On comprend alors que les "bandes multicolores", dont les couleurs des segments paraissaient disposées aléatoirement, obéissent en fait à une même séquence colorée.

Voici cette séquence reportée en dessous du tableau:


Duchamp a donc conçu sa structure perspective comme si elle traversait de part en part une série de bandes colorées planes
Quelque chose en transparence comme ceci:


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:11, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Ven 11 Sep - 10:52

37 On a bien entendu envie de comparer cette séquence avec les couleurs des losanges de la partie gauche ! Very Happy

Procédons de la même manière en reportant les couleurs de chaque losange dans une grille de mêmes dimensions que la précédente:



On découvre alors que ces deux séquences sont quasiment identiques, elles sont simplement présentées dans un ordre inverse.

Voici ce que l'on obtient en les juxtaposant dans le même ordre: Shocked  Very Happy



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:11, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Ven 11 Sep - 19:14

38 J'entends déjà les esprits pointilleux me dire:
"ah mais, elles ne sont pas strictement identiques, ces deux séquences..."

Je leur répondrai que les différentes nuances que l'on peut constater entre les deux séries tiennent à des raisons évidentes:
- il s'agit d'une peinture, elle a pu travailler avec le temps;
- je travaille à partir d'un document photographique qui, bien que de bonne qualité, peut présenter des distorsions,
- j'ai utilisé la pipette de photoshop; selon le pixel où je la pointe, la couleur de la surface peut ne pas être correctement rendue,
- la partie droite reçoit l'ombre du porte manteau, ce qui ternit certains segments de couleurs....

Cependant, statistiquement, la correspondance entre les deux séquences est telle qu'on peut affirmer que Duchamp les a traitées à l'identique en ordre inverse.
Si quelqu'un en doute, je l'invite à refaire l'expérience de ce double séquençage par lui même. Very Happy

(ça a été pour moi, je dois le dire, une expérience forte de découvrir segment par segment, l'un après l'autre, que leurs teintes correspondaient Idea )


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:12, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Ven 11 Sep - 19:44

39 Ces deux séquences colorées en ordres opposés me fondent à formuler l'hypothèse que, même si Duchamp a tout fait pour brouiller les cartes, Tu m' est construit sur un mode spéculaire, en miroir entre la partie gauche et la partie droite.

- à la séquence colorée de gauche répond la séquence colorée de droite;
- à la structure perspective de gauche répond la structure perspective de droite;
- aux stoppages étalon de gauche répondent ceux de droite;
- à l'ombre de la roue de bicyclette répond celle du porte manteau.

Mais entre ces deux parties, ce n'est pas un axe de symétrie qu'il a placé, c'est une véritable déflagration. Elle comprend l'ombre du tire bouchon en anamorphose qui s'articule avec la main, la première pointant à gauche, la seconde à droite. Elle comprend également la déchirure de la toile transpercée par le goupillon et rafistolée par 3 épingles de sureté, ces derniers éléments étant des objets réels fixés sur le plan du tableau.



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:12, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 11:05

40 Retour sur le point 1 COMMANDE ci dessus

Cette structure tripartite centrée n'apparait pas avec évidence car son format très allongé porte à lire le tableau plutôt comme une frise.
Pourtant, si on replace l'oeuvre dans le lieu pour lequel elle a été conçue, la logique de sa construction saute aux yeux.

Le losange jaune tombe (presque) exactement au centre de la pièce et les obliques de ses côtés correspondent aux obliques des poutres au plafond. Les trois parties du tableau correspondent aux trois parties de la bibliothèque.
L'intégration d'une peinture dans un espace domestique n'était guère dans les préoccupations de Duchamp, mais bien dans celles de Katherine Dreier, commanditrice de l'oeuvre. On peut imaginer qu'elle ait donné au peintre quelques consignes dans ce sens.
Dans cette optique, on peut se demander si les bandes colorées verticales (cf ci dessus) n'a pas été inspirée par la succession des livres de la bibliothèque.





Madame avait dans son séjour, en vis à vis, deux oeuvres majeures de Duchamp, Tu m' et le Grand Verre dont elle a été la première propriétaire. Cela laisse rêveur...


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:12, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 11:25

41 Retour sur le point 7 EROS C'EST LA VIE! ci dessus

Ce type de structure n'est pas nouveau chez Duchamp. On en trouve bon nombre d'exemples dans ses dessins et peintures antérieurs.

Dans les Joueurs d'échec de 1911, il s'agit de deux bustes opposés entre lesquels se dispute la partie d'échecs.

1911 Etude pour les joueurs d'échec


i]Jeune homme et jeune fille au printemps [/i]suggère discrètement une scène d'éveil à l'érotisme de part et d'autre d'un "arbre de vie", sur une structure symétrique qui peut faire penser à Adam et Eve de Cranach.

1911 Jeune homme et jeune fille au printemps


[Deux personnages et une auto fait allusion au voyage Jura Paris effectué en 1912, en automobile, en compagnie d'Apollinaire, de Picabia et de Gabrielle Buffet-Picabia (la femme de Picabia dont Duchamp est follement amoureux...), souvenir fort pour Duchamp qu'il retranscrit dans ce dessin en plaçant l'auto obliquement entre un personnage féminin à gauche et un personnage masculin à droite.

1912 Deux personnages et une auto


Les personnages masculins et féminins sont ensuite remplacés par des pièces d'échec : un roi et une reine.
Entre eux circule un fluide que Duchamp nomme parfois "nus vite", ou bien "automobiline", ou bien encore "magnéto désir"

1912 Le roi et la reine entourés par des nus vite


Dans les dessins suivants, le caractère sexuel de ce "fluide" est montré sans aucune ambiguité.

1912 Le roi et la reine traversés par des nus en vitesse


1912 Le roi et la reine traversés par des nus vite


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:13, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 15:54

42 Il est alors bien tentant, n'est ce pas, d'envisager Tu m' comme une version étirée en longueur de ces Roi et reine traversés par des nus vite, le porte manteau prenant la place du Roi, la roue de bicyclette celle de la Reine (la petite reine, Very Happy , ou "La reine bicyclette" selon l'ouvrage de Pierre Giffard, en 1891). Le rôle des "fluides" parcourant l'espace qui les sépare étant tenu dans Tu m' par le tire bouchon, la main et la déchirure.





Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:14, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 16:57

43   Retour sur le point 8 SCIENCE OU MAGIE? ci-dessus

Dans son livre "Duchamp in context", Linda Dalrymple Henderson replace l'artiste dans le contexte des débats et des inventions scientifiques de son époque. Dans un texte très intéressant, elle aborde Roi et Reine traversés par des nus vite sous l'angle de l'électromagnétisme et interprète les "anneaux" à travers lesquels passent les "fluides" selon des principes de physique électrique.

https://weberstudies.weber.edu/archive/archive%20B%20Vol.%2011-16.1/Vol.%2014.1/14.1Henderson.htm

Voici un extrait de ce texte:

"If "electric" flames and sparks served as models for Duchamp's iconography of electricity in the final painting of The King and Queen Surrounded by Swift Nudes, he had already included another, more literal scientific sign for electricity in his drawing The King and Queen Traversed by Swift Nudes (fig. 6).

figure 6:

Marcel Duchamp,The King and Queen Traversed by Swift Nudes,1912, pencil on paper, Philadelphia Museum of Art,

 figure 10:

 Corkscrew Rule,  from Silvanus P. Thompson, Leçons élémentaires  d'électricité et de magnétisme, Paris, 1898, fig. 108.

Here the flamelike stream of electrons is surrounded by a succession of circles suggesting the magnetic field that is generated around a wire carrying a current. Images such as figure 10, which illustrate the "Corkscrew Rule" or "Right-Hand Rule," were (and are) a standard element of any discussion of the reciprocal relation between electric current and magnetism. Thus, whether the straight arrow represents current flow and the circle the direction of magnetic force around it (as it would seem in fig.6), or the arrow represents a metal rod with a wire spiraling around it in the direction indicated by the circle, "the direction of the current and that of the resulting magnetic force are related to one another, as are the rotation and the forward travel of an ordinary (right-handed) corkscrew" (Thompson, lesson 16). Similar
circular or spiraling imagery would continue to serve Duchamp in several subsequent works as an indicator of the presence of electricity or electromagnetism.
23"


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 27 Nov - 17:03, édité 4 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 17:47

44

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tire-bouchon_de_Maxwell
La règle du tire bouchon de Maxwell s'énonce ainsi:
"En tournant le tire-bouchon dans le sens du courant parcourant la spire celui-ci se « visse » dans le sens de l'induction."

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gle_de_la_main_droite
La règle de la main droite est un moyen de se rappeler comment sont liées diverses directions. Elle utilise les doigts de la main
En appliquant la règle de la main droite afin de représenter ce produit vectoriel dans l'espace, on obtient :
pouce = mouvement du conducteur
index = champ magnétique
majeur = sens de la force
Autre moyen mnémotechnique :
pouce = sens de la force ("pousse")
index = sens de déplacement du courant (I comme Index)
majeur = direction du champ magnétique (M comme Magnétique)
Les anglophones utilisent plutôt la règle de la main gauche de Fleming.

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gle_de_la_main_gauche
Dans cet autre cas, le pouce indique une translation, l'index une autre translation et le majeur encore une autre translation. Les trois doigts forment alors un trièdre dans l'espace.
Exemple, la Règle des moteurs (pour les machines) :
index = sens du flux magnétique
majeur = sens du courant
pouce = sens de la force de mouvement
ou la Règle du générateur (pour les machines) :
index = sens du courant
majeur = sens du flux magnétique
pouce = sens du mouvement

:DC'est simple!
Disons que cette règle de la main est affaire de convention et peut s'utiliser de différentes façons en attribuant aux 3 doigts différents vecteurs.

Toujours est-il que, grâce à Mme Henderson, ces deux éléments centraux et assez incongrus de Tu m', le tire bouchon et la main, prennent enfin sens!  Laughing


http://www.larousse.fr/archives/grande-encyclopedie/page/4667



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:15, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Dim 13 Sep - 19:05

45 Difficile, dès lors qu'on envisage Tu m' sous l'angle de l'électromagnétisme, de ne pas associer le tire bouchon pointant vers le centre de la roue de bicyclette



à ce schéma:


De ne pas associer cette main gauche pointant vers le prisme à droite


à cette main électromagnétique:


De ne pas voir ces figures


comme des solénoïdes:


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:15, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Lun 14 Sep - 19:16

46
Les esprits attentifs n'ont pas manqué de remarquer que la main peinte par Duchamp indiquait deux vecteurs, celui du pouce et de l'index, mais qu'il manquait le troisième, celui du majeur. Question

J'ai posé la question à mes collègues physiciens, à qui j'ai soumis mes hypothèses et demandé s'ils pouvaient me donner des éclaircissements selon un angle scientifique.

Ils m'ont répondu l'autre jour à la cantine du bahut, en choeur et avec une unanimité confondante, comme s'il s'agissait d'une évidence :
" le troisième doigt, c'est l'écouvillon!" bounce


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:16, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Lun 14 Sep - 21:37

47
Je voudrais revenir sur cette zone centrale, elle me travaille au point que j'en rêve la nuit!



Je sais que le pathos n'est guère de mise chez Duchamp, et pourtant, quel chaos! quelle tension! quelle violence!
Ce centre de Tu m', je le ressens comme un cri.
Mais un cri muet.
Mute...

L'équivalent, dans l'ordre Duchampien, de ceci:


ou de cela:


Car enfin, quand même, il faut s'en souvenir : 1918, date de Tu m', c'est la fin d'un désastre de civilisation!
En 1918, Duchamp perd son frère, Raymond Duchamp Villon, sculpteur majeur du cheval majeur!
En 1918, c'est aussi la mort de l'ami Apollinaire, des suites de cette guerre, immense poète!

Pourquoi est-ce la dernière peinture de Duchamp?
Pourquoi n'est-il plus possible pour lui de peindre ensuite?


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:16, édité 4 fois (Raison : T)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Lun 14 Sep - 22:14

48
Faut-il le rappeler, peindre, c'est caresser la toile du bout des poils du pinceau.

C'est un acte extrêmement sensible, du même ordre que la touche d'un pianiste,
qui fait que tel peintre, à partir des mêmes couleurs, du même sujet, n'obtiendra pas le même résultat que tel autre.

L'histoire de la peinture occidentale offre de multiples variations de cette caresse, des plus douces aux plus agressives.

Mais au point de déchirer et transpercer la toile, de la pointe d'un pinceau / écouvillon, à ma connaissance, en 1918, c'est du jamais vu.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:16, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  alainD le Lun 14 Sep - 22:32

49
Evidemment je suis ce feuilleton palpitant et j'ai souvent envie d'intervenir,
mais je ne veux pas déranger.
Toutefois la règle des 3 doigts me va droit au coeur, et peut-être aurait-elle aussi intéressé Marcel,
alors je me permets:

. a écrit:Le mot "3D" vient de l'abréviation de "trois dimensions",
ainsi la 3D se fait sur trois axes,
je suis sur que vous en avez entendu parlé.
Il s'agit des axes X, Y et Z.
Voici une petite image pour mieu comprendre

(et les 3 fautes en 2 lignes sont magnifiques, je les ai gardées car Marcel ne manquait pas d'humour)

J'avais ce petit brouillon sous le coude depuis 2 jours , mais les "2 doigts plus écouvillon" me décident à intervenir

belle image quand même hein ?

avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Lun 14 Sep - 22:55

50
alainAdmin a écrit:Toutefois la règle des 3 doigts me va droit au coeur, et peut-être aurait-elle aussi intéressé Marcel,

Tu interviens au bon moment, mon ami, et j'espère t'avoir un peu intéressé à ce satané Marcel.
Oui, les 3 doigts concernent aussi bien l'électromagnétisme que les 3 dimensions : le 3ème doigt est bien celui qui vient vers toi et te dit: mais toi là, ici présent, c'est à toi que je m'adresse....
Dans l'art, la suite, je vais y venir, Rauschenberg, Johns, etc.....


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:17, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  alainD le Lun 14 Sep - 23:06

51
un jour que mon informaticien de fils m'aidait 3 minutes  sur un codage 3D,
genre
. a écrit:
Transform { rotation 1 0 0 -1.571
translation 10 20 30
 children [

il a sorti ses 3 doigts pour voir comment c'était Smile

Par ailleurs, curieux comme une belette qu'il était, je crois certain que Marcel se serait intéressé aux logiciels 3D
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Mar 15 Sep - 19:43

52
alainAdmin a écrit:Par ailleurs, curieux comme une belette qu'il était, je crois certain que Marcel se serait intéressé aux logiciels 3D

Je n'osais pas te le demander, mais puisque tu me tends la perche...  Very Happy

Alain, toi qui es un virtuose de la 3D virtuelle et de la gif animation, il y aurait un truc sympa à faire, qui pourrait peut être nous faire un peu avancer dans la compréhension de Tu m': mettre en 3D le volume complexe à droite du tableau (les 4 filaments qui partent du rectangle blanc, avec leurs solénoïdes), et voir aussi ce que donnerait une animation gif de ces 4 filaments .

Idéalement: faire les deux en même temps! Laughing Shocked Idea Question


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:18, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  alainD le Mar 15 Sep - 19:54

53
houlààààà!!! ça me semble compliqué à faire Sad
tu préférerais pas que je te fasse "feuille de vigne femelle" en 3D ?
ça me semble davantage jouable

avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Mar 15 Sep - 20:12

54
alainAdmin a écrit:houlààààà!!! ça me semble compliqué à faire Sad
tu préférerais pas que je te fasse "feuille de vigne femelle" en 3D ?
ça me semble davantage jouable


Tu es un malin, Alain Admin!!!!!!

Et ben je te réponds: oui d'accord, fais nous "feuille de vigne femelle" en 3D!
Je me demande depuis longtemps ce que ça pourrait donner, car je crois que ça ne ressemble pas tellement à ce qu'on en dit d'habitude (le moulage du sexe d'une femme...)! Very Happy

Mais réfléchis aussi un peu quand même à ce que je t'ai demandé: j'ai regardé comment le faire avec mes modestes moyens, et j'ai calé assez vite, car oui, c'est compliqué.

Mais ça aurait du sens par rapport au tableau puisqu'il nous suggère partout de changer d'angle de vue....


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 28 Oct - 15:18, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 17 Sep - 19:23

55
alainAdmin a écrit:Evidemment je suis ce feuilleton palpitant et j'ai souvent envie d'intervenir,

Alain (ou quiconque  Very Happy ), si tu as des idées et des envies d'intervenir, vas-y!

Pour ma part, je cale un peu. J'ai quelques idées pour avancer encore dans la compréhension de Tu m', mais j'ai besoin auparavant de faire le point et d'approfondir quelques connaissances, en particulier entre autres en lisant les notes de Duchamp....

En attendant de pouvoir poursuivre, je passe la main... Cool


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 12 Nov - 17:01, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  alainD le Jeu 17 Sep - 22:59

56 La tempête d'hier m'a empêché de t'apporter "La ressemblance par contact", de Didi Huberman, et j'avais feuilleté rapidement sans trouver "Tu m'" évoqué, mais notre amie spécialiste doit savoir si ça y est évoqué ou pas.
Par ailleurs, non, je trouve pas les "notes" sur le web
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 2

Message  Jean-Yves Amir le Ven 18 Sep - 19:12

57
alainAdmin a écrit:Par ailleurs, non, je trouve pas les "notes" sur le web

Ne t'inquiète pas pour les notes, je me suis procuré Duchamp du signe qui rassemble les notes de travail de Duchamp, et je lis également la biographie de Judith Housez.
Y trouverai-je de quoi aller plus loin dans l'analyse de Tu m'? Question


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 12 Nov - 17:01, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1516
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum