Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 16 Juin - 16:02

171
Revenons à Tu m'  Smile

Pour mon anniversaire  Very Happy m'a été offert le livre de Karl Gerstner "Marcel Duchamp: Tu m', puzzle upon puzzle" publié en 2003 par Hatje Cantz Verlag.

Je suis heureux de constater qu'il recoupe largement mes propres analyses. On va me dire que j'aurais mieux fait de commencer par le lire... D'une part je ne connaissais pas son existence en me lançant dans cette entreprise, et lorsque je l'ai apprise, j'ai cru qu'il s'agissait d'un jeu, d'un simple puzzle. D'autre part, la lecture préalable de cet ouvrage m'aurait privé du plaisir de la découverte.



Le livre de Gerstner est très bien fait. Il développe une analyse plastique rigoureuse, précisément illustrée, mais ne débouche - c'est un choix affirmé par l'auteur - sur aucune interprétation globale de Tu m'.
Je ne me permettrai pas de dévoiler outre mesure son contenu. Je vais simplement lui emprunter quelques pages qui pourront utilement compléter, conforter ou corriger notre exploration ci-dessus.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mar 5 Juil - 15:22, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  alainD le Jeu 16 Juin - 16:35

172
wow!!!!!

Smile
bah tu peux virer mon message hein, menfin, belle histoire tout ça Smile
c'est du vivant Smile
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 16 Juin - 16:36

173
Commençons par le commencement, c'est à dire par notre fameuse "structure en filigrane". Gerstner la mentionne à la toute fin de son ouvrage, page 28.
J'espère que cela confirmera son existence à qui pouvait encore en douter. Mais il ne l'élucide pas lui non plus... Sad



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 17 Juin - 9:55, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 16 Juin - 17:03

174
Pour ce qui concerne la partie droite, Gerstner aboutit aux mêmes conclusions que les nôtres. Il s'agit d'une structure paradoxale fondée sur des données perspectives contradictoires.
Il repère le phénomène des bandes verticales de largeur régulière, mais ne mentionne pas les deux séquences colorées inversées.

Mais il précise aussi que le sens de cette structure complexe reste totalement énigmatique: "What Duchamp had in mind or imagined in creating this structure is a secret that accompagnied him to his grave".



Gerstner évoque la piste de l'électromagnétisme à propos des cercles de cette structure.



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 10 Nov - 21:42, édité 3 fois (Raison : .)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 16 Juin - 19:08

175
L'auteur note que l'écouvillon fonctionne comme le style d'un cadran solaire, son ombre s'orientant selon l'éclairage qu'il reçoit. Il signale que la pièce de Mme Dreier où l'oeuvre était installée était éclairée par plusieurs lampes. La position de cette ombre portée était donc apparemment aléatoire. Cette précision n'infirme pas mon hypothèse que la projection de cette ombre sur l'écran blanc en perspective soit sa position "optimale", celle qui articule toutes les autres pièces du puzzle.

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 18 Juin - 18:54

176
Gerstner observe, comme nous l'avons fait, que l'index de la main pointe vers le rectangle blanc...



...ou bien vers l'ombre du goupillon (écouvillon), mais ne relie pas les deux, la projection de cette ombre SUR le rectangle blanc.
Il clôt son analyse par cette remarque amusante - et peut-être riche de sens, nous y reviendrons... - sur le double sens du mot "goupillon" qui, outre le rince-bouteille, désigne aussi l'outil de bénédiction des prêtres, et par extension, l'église catholique.
Goupillon: Petit bâton de métal garni de poils ou, le plus souvent, d'une boule de métal creuse et percée de trous, dont on se sert pour asperger d'eau bénite. source http://www.cnrtl.fr/definition/goupillon



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 15:38, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Tu m' et les notes de la "route Jura-Paris"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 14:53

177
L'analyse formelle de Tu m', confortée par celle de Gerstner, ne nous permet pas d'élucider son sens, mais elle offre un bon point d'appui pour aller plus loin.

D'ores et déjà l'oeuvre apparait comme une étonnante machine de déconstruction de la représentation. Mais la phrase de B. Marcadé me reste en tête: " Très rapidement je me suis aperçu que toutes les œuvres de Duchamp sont complètement liées à sa vie. Elles sont inscrites dans son mode de vie, jusque dans les moindres détails de sa vie quotidienne. Il n'existe pas une œuvre qui ne lui soit pas directement chevillée au corps."

Comme annoncé plus haut, je voudrais tenter de confronter Tu m' aux notes de la route Jura-Paris.

Pour rappel:
Nous avons d'un côté une oeuvre complexe qui ne semble pas avoir fait l'objet de notes préparatoires de la part de Duchamp, sinon celle intitulée "ombres portées" (p111 Duchamp du signe).
De l'autre nous avons un projet d'oeuvre autour de la route Jura-Paris, sur lequel portent 4 notes assez précises, mais qui ne semble pas avoir vu le jour (voir ci-dessous l'extrait du texte de Kieran Lyons). Ou bien ces 4 notes sont attachées au projet du Grand Verre (voir ci-dessous l'extrait du texte d' Elie During) sans qu'on parvienne à voir ce qui les relie à cette oeuvre.

Je forme donc l'hypothèse que ces 4 notes sur la route Jura-Paris ébauchent le projet de Tu m' et peuvent éclairer son intention.


Kieran Lyons "L'enfant phare et la route Jura-Paris"




Elie During, Mondes virtuels et quatrième dimension : Duchamp, artiste de science-fiction, revue Alliage n°60

“Tout commence par un voyage mémorable : une automobile roulant à tombeau ouvert sur la route du Jura à Paris. Nous sommes en 1912. Dans cette voiture, se trouve Duchamp, en compagnie de Gabrielle Buffet, d’Apollinaire et de Picabia. De cette expérience cinétiquo-érotique où la puissance virginale de la Mariée (« l’automobiline, essence d’amour ») se conjugue avec le désir cylindré des célibataires (les « moteurs à explosion »), l’artiste tire l’exigence impérieuse d’une œuvre. Il faut en faire quelque chose. Cela le conduit au Grand verre, qu’il est juste d’aborder, dans un premier temps, comme la transposition plastique d’une expérience de pure vitesse. Voyage intensif, instantané et immobile, qui trouve son expression rigoureuse dans l’idée du déplacement invisible des formes dans un espace « sans orientation », mais à quatre dimensions (…) Il fallait que la ligne soit autre chose qu’un tracé, ou une trajectoire. Il fallait qu’elle fende pour ainsi dire l’espace lui-même. D’où l’idée de l’engendrer activement à partir d’une fiction d’espace, au lieu de se donner l’espace tout fait pour le sillonner en tous sens.”


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mar 5 Juil - 14:20, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 15:26

178

Voici ces 4 notes:

1 Duchamp du signe p 46,47,48

1912
La machine à 5 coeurs, l'enfant pur, de nickel et de platine, doivent dominer la route Jura-Paris.
D'un côté, le chef des 5 nus sera en avant des 4 autres nus vers cette route Jura-Paris. De l'autre côté, l'enfant-phare sera l'instrument vainqueur de cette route Jura-Paris.
Cette Cet enfant-phare pourra, graphiquement, être une comète, qui aurait sa queue en avant, cette queue étant appendice de l'enfant-phare qui, appendice qui absorbe en l'émiettant (poussière d'or, graphiquement) cette route Jura-Paris.
La route Jura-Paris, devant être infinie seulement humainement, ne perdra rien de son caractère d'infinité en trouvant un terme d'un côté dans le chef des 5 nus, de l'autre dans l'enfant phare.
Graphiquement, cette route sera peu à peu tendra vers la ligne pure géométrique sans épaisseur (rencontre de 2 plans me semble le seul moyen pictural d'arriver à une pureté).
Mais à son commencement (en le chef des 5 nus) elle sera très finie en largeur, épaisseur,etc..., pour petit à petit, devenir sans forme topographique, en se rapprochant de cette droite idéale qui trouve son trou vers l'infini dans l'enfant-phare.
La matière picturale de cette route Jura-Paris sera le bois qui m'apparaît comme la traduction affective du silex effrité.
Peut-être, chercher s'il est nécessaire de choisir une essence de bois. (Le sapin, ou alors l'acajou vernis).
Détails d'exécution.
Dimensions = Plans.
Grandeur de la toile.
Peut-être faire un tableau de charnière. (Mètre pliant, livre...)
Faire valoir le principe de charnière dans les déplacements 1°dans le plan; 2° dans l'espace.
Trouver une description automatique de la charnière.
Peut-être à introduire dans le Pendu femelle.



2 note 109, p68 de "Notes "

Traduction picturale. Les 5 nus, dont le chef, devront perdre, dans le tableau, le caractère de multiplicité. Ils doivent être une machine à 5 coeurs, une machine immobile à 5 coeurs. Le chef, dans cette machine, pourra être indiqué au centre ou au sommet, sans paraître autre chose qu'un rouage plus important (graphiquement).
Cette machine à 5 cœurs devra enfanter le phare. Ce phare devra enfanter l’enfant-Dieu, rappelant assez le Jésus des Primitifs. Il sera l’épanouissement divin de cette machine-mère. Comme forme graphique, je le vois machine pure par rapport à la machine-mère, plus humaine. Il devra rayonner de gloire. Et les moyens graphiques pour obtenir cet enfant-machine, trouveront leur expression dans l'emploi des plus purs métaux servant à la construction basée (en tant que construction) sur l'idée qui se dégage d'une vis sans fin. (Accessoires de cette vis sans fin, servant à unir ce phare enfant-Dieu à sa mère machine. 5 nus.

3  note 110, p68 de "Notes"

Le chef des 5 nus obtient peu à peu l'annexion de la route Jura-Paris.
Le chef des 5 nus annexe à ses états, une lutte (idée de colonie)

4  note 111, p68 de "Notes"

Titre.
Le chef des 5 nus étend peu à peu son pouvoir sur la route Jura-Paris.
Il y a un peu équivoque: Ce chef semble, après avoir conquis les 5 nus, agrandir ses possessions, ce qui donne un sens faux au titre. (Les 5 nus et lui forment tribu à la conquête par la vitesse de cette  route Jura-Paris)

Le chef des 5 nus peu à peu augmente son pouvoir sur la route Jura-Paris.
La route Jura-Paris, d'un côté, les 5 nus dont le chef, d'un autre côté, sont les deux termes de la collision. Cette collision est la raison d'être du tableau. Peindre 5 nus statiquement, me semble sans intérêt, pas plus d'ailleurs que de peindre la route Jura-Paris même en élevant l'interprétation picturale de cette entité à un état tout à fait dénué d'impressionnisme. Donc l'intérêt du tableau résulte de la collision de ces 2 extrêmes, les 5 nus dont le chef et la route Jura-Paris. Le résultat de cette bataille sera la victoire peu à peu obtenue par les 5 nus sur la route Jura-Paris.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Lun 2 Avr - 16:38, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 15:30

179

En première lecture, c'est assez hermétique ! Very Happy



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 2 Mai - 17:57, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 15:54

180

Duchamp donne sur son projet des indications techniques assez contradictoires.

Certaines d'entre elles laissent entrevoir un assemblage de matériaux tels que le bois et divers métaux
(rappelons au passage que le Grand Verre est un assemblage de plaques d'étain et de fils de plomb entre deux vitres):
"La matière picturale de cette route Jura-Paris sera le bois (...)
Peut-être, chercher s'il est nécessaire de choisir une essence de bois."
"l'emploi des plus purs métaux" "de nickel et de platine" "poussière d'or"

Mais d'autres indications semblent évoquer plus simplement une peinture sur toile de grand format:
"Tableau""Grandeur de la toile.""Traduction picturale"
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1777
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum