Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Dim 19 Juin - 17:30

181
Duchamp précise avec insistance la nature du dispositif qu'il envisage, il en souligne même les termes: il s'agira d'un "tableau de charnière (Mètre pliant, livre...)", d'un "principe de charnière" articulant plan et espace. (fin de la note 1)

Dans la note 4, il emploie le terme de "collision" qui semble traduire la même idée : "Cette collision est la raison d'être du tableau."

Or, nous en avons déjà parlé, cette charnière - ou même cette collision - sont bien le principe même de la composition de Tu m'.

Elle se présente sous des formes multiples:
- la déchirure, évidemment;
- l'articulation entre le plan de la toile souligné par le losange jaune et le plan perpendiculaire du rectangle blanc en perspective;
- l'érection de l'écouvillon dans ce plan;
- le faux raccord étrange entre l'ombre de la poignée du tire bouchon et le poignet de la main.



Dans "La ressemblance par contact" p245, Didi Huberman écrit:
"La procédure d'empreinte irait donc de pair, chez Duchamp, avec l'idée d'une déchirure servant de charnière, de cheville dialectique, entre un "positif" et un "négatif" (entre la lumière et l'ombre, ou entre une surface concave et une surface convexe, par exemple)"

Cette "cheville dialectique" opère, dans Tu m', entre deux systèmes perspectifs, deux séquences colorées inversées et deux parties dont les éléments formels se répondent, s'engendrant l'une l'autre comme dans une boucle.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mar 21 Juin - 18:50, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mar 21 Juin - 18:49

182
Ce "principe de charnière" étant posé, il suffit de lire la description que Duchamp donne de son projet, ou plutôt de chacune de ses parties: "d'un côté..." puis "de l'autre côté...".
Mais afin de faciliter l'ordre de cette lecture, qu'on me permette d'user d'un artifice : le retournement horizontal, gauche/droite de l'oeuvre, qui correspond mieux à celui des notes.

D'un côté la "machine à 5 coeurs" , de l'autre "l'enfant phare"...

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mar 21 Juin - 19:10

183
D'un côté:
La machine mère

"La machine à 5 coeurs"
"D'un côté, le chef des 5 nus sera en avant des 4 autres nus "
"Les 5 nus, dont le chef, devront perdre, dans le tableau, le caractère de multiplicité. Ils doivent être une machine à 5 coeurs, une machine immobile à 5 coeurs. Le chef, dans cette machine, pourra être indiqué au centre ou au sommet, sans paraître autre chose qu'un rouage plus important (graphiquement). "




"le chef des 5 nus sera en avant des 4 autres nus "
Dans sa "machine", Duchamp distingue bien "un chef" et "4 autres nus". Ces 4 nus sont les 4 groupes de 3 stoppages étalon (un noir, un rouge et un jaune, peu visible sur la reproduction) qui partent des 4 angles du rectangle blanc. Le rectangle blanc est "le chef".
Mais où sont ces "nus",  demandez-vous?
Il n'y a pas plus de "nus" ici, au sens de "nudité", qu'entre le Roi et la Reine traversés par des nus en vitesse. Dans le langage duchampien, "nu" désigne des sortes de filaments en mouvement qui prennent la forme des stoppages étalons après 1913, comme, par exemple, dans les 9 Moules malics.
Pourquoi "nu"?
"nu" est une lettre grecque utilisée en physique pour désigner la fréquence des ondes: " ν (nu minuscule) désigne une fréquence, tant d'une onde que la fréquence propre d'un objet (corde par exemple)" . N'oublions pas que les stoppages, avant d'être transposés graphiquement, étaient des cordelettes!
Et ça, c'est trop beau, je ne puis m'empêcher de le citer:
"Il est supposé que le nom de la lettre phénicienne (nun) correspondante signifierait « serpent »."
source https://fr.wikipedia.org/wiki/Nu_(lettre_grecque)



Quant au "chef", il est de même nature que les autres "nus", mais d'un rang supérieur si on peut dire Very Happy, puisqu'il est en deux dimensions et non plus une seule comme les stoppages.



En somme, le chef est un piston de courant d'air, de la même nature que les trois formes semi rectangulaires qui flottent dans la voie lactée chair du Grand Verre.



Page 15 de son ouvrage, Gerstner note:
"Richard Hamilton offers an interesting insight for those looking for signs:"The Stoppages are random distorsions of lines. And the Draft Pistons (in the Milky Way of the Large Glass) are the same thing, transposed onto the flat surface."

"Richard Hamilton offre un aperçu intéressant pour ceux qui cherchent le sens des signes: «Les Stoppages sont des distorsions aléatoires de lignes et les Pistons de courant d'air (dans la Voie Lactée du Grand Verre) sont la même chose, transposés sur la surface plane."

Duchamp 1914 Piston de courant d'air


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 23 Fév - 18:22, édité 11 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mar 21 Juin - 19:19

184
De l'autre côté:
L'enfant phare

"l'enfant pur, de nickel et de platine"
"De l'autre côté, l'enfant-phare sera l'instrument vainqueur de cette route Jura-Paris."
"Cet enfant-phare pourra, graphiquement, être une comète, qui aurait sa queue en avant,"
"Il sera l’épanouissement divin de cette machine-mère. (...) Il devra rayonner de gloire."





Dans l'oeuvre peint de Duchamp, où dominent les camaïeux de bruns ou de gris, cette succession de losanges multicolores est un des morceaux les plus dynamiques, les plus "tonitruants" aurait-on envie de dire dans un registre sonore. On y entend tambours et trompettes! Pour reprendre le jeu de mot sur lequel brode Kerian Lyons dans sa lecture des notes "Jura-Paris": l'enfant phare arrive en fanfare et rayonnant de gloire!

L'image d'une "comète qui aurait sa queue en avant" est assez surprenante. Elle évoque effectivement le phare d'une automobile dont le faisceau balaie la route devant lui, "la queue en avant". Pour comprendre l'importance de cette image, il faut avoir en tête que ce parcours "Jura-Paris" s'est fait en bonne partie de nuit, vues la durée du trajet et la période d'octobre où les journées raccourcissent. Dans Tu m', elle subsiste sous la forme des losanges en perspective, le plus lumineux d'entre eux, le jaune, venant en avant.



Elle réapparaît dans la fameuse tonsure réalisée en 1919, soit peu de temps après Tu m'




Note 2:
"Et les moyens graphiques pour obtenir cet enfant-machine, trouveront leur expression dans l'emploi des plus purs métaux servant à la construction basée (en tant que construction) sur l'idée qui se dégage d'une vis sans fin. (Accessoires de cette vis sans fin, servant à unir ce phare enfant-Dieu à sa mère machine. 5 nus."

Difficile, à la lecture de cette note, de ne pas associer cette "vis sans fin" à l'ombre du tire-bouchon. L'enfant-phare serait aussi "enfant-machine", machine constituée non seulement de la comète de losanges mais aussi de l'ombre du tire-bouchon et de celle de la roue. La pointe du tire-bouchon rejoint l'essieu de la roue, celle de la comète son périmètre extérieur dans l'angle du tableau. Leurs axes sont parallèles, ce ne peut être un hasard. Very Happy



servant à unir ce phare enfant-Dieu à sa mère machine. 5 nus
C'est effectivement par l'autre extrémité de l'ombre du tire-bouchon que se fait le lien avec la "machine mère": la main dont l'index pointe vers le chef des 5 nus. Very Happy


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Sam 25 Juin - 19:41, édité 6 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mar 21 Juin - 19:34

185

Entre les deux:
La route Jura-Paris

"La route Jura-Paris, devant être infinie seulement humainement, ne perdra rien de son caractère d'infinité en trouvant un terme d'un côté dans le chef des 5 nus, de l'autre dans l'enfant phare.
Graphiquement, cette route sera peu à peu tendra vers la ligne pure géométrique sans épaisseur (rencontre de 2 plans me semble le seul moyen pictural d'arriver à une pureté).
Mais à son commencement (en le chef des 5 nus) elle sera très finie en largeur, épaisseur,etc..., pour petit à petit, devenir sans forme topographique, en se rapprochant de cette droite idéale qui trouve son trou vers l'infini dans l'enfant-phare."




Duchamp précise que la route Jura-Paris trouve "un terme d'un côté dans le chef des 5 nus, de l'autre dans l'enfant phare". Il le répète même : elle a "son commencement (en le chef des 5 nus)" puis se rapproche "de cette droite idéale qui trouve son trou vers l'infini dans l'enfant-phare."
Si l'on admet les deux interprétations précédentes concernant la machine-mère et l'enfant-phare, on est nécessairement amené à considérer que la route Jura-Paris est figurée par la déchirure. Celle-ci commence effectivement dans le rectangle blanc et se termine en venant frôler le losange jaune.
Comment la "rencontre de deux plans" dans une surface pourrait-elle se traduire autrement que par une coupure ou une déchirure?




L'itinéraire de la route Jura-Paris reconstitué par Kieran Lyons
source http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/05/military-avoidance-marcel-duchamp-and-the-jura-paris-road#footnote43_mpn5i1l

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 25 Juin - 19:58

186
Fin de la note 1:
"Peut-être à introduire dans le pendu femelle".

Est-ce un hasard si, dans la Boîte en valise, Tu m' vient se glisser aux côtés de la Voie Lactée chair et du Pendu femelle? Very Happy  



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 26 Juin - 18:50, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 25 Juin - 20:31

187
A la lumière des notes "Jura-Paris", Tu m' devient limpide, non? Smile

Dans le tableau ci-dessous, Tu m' est revenu à l'endroit, et pour lire les notes, il faut sauter de droite à gauche.

Bien sûr, tout ne colle pas, mais il y a quand même beaucoup de correspondances si l'on accepte les décodages ci-dessus. En tous cas beaucoup plus qu'avec le Grand Verre.






Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 2 Mai - 19:11, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 1 Juil - 10:42

188
Pour mieux comprendre le fonctionnement de la "machine-mère", il me faut ajouter un point dont je n'ai pas encore parlé. C'est le livre de Gerstner qui a attiré mon attention sur lui car il est très peu visible sur les images de Tu m' dont je dispose, même sur le document de Yale University.

A partir de chacun des angles du Piston de courant d'air, Gerstner dessine 3 Stoppages, un noir, un rouge et un JAUNE



Or, sur le tableau, seuls le noir et le rouge sont visibles.



Même sur un document de très bonne qualité, ce 3ème Stoppage est presque invisible. Il est pourtant tracé, le voici pointé par des flèches jaunes:



On pourrait penser que la teinte utilisée par le peintre s'est mal conservée et s'est effacée avec le temps. Mais l'observation des Stoppages de la partie gauche du tableau montre que c'est bien volontaire: un stoppage noir, un rouge et un "transparent".



avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 1 Juil - 11:16

189

Ce point n'a l'air de rien, il permet pourtant de comprendre que la structure de la "machine mère" ne doit rien au hasard.

En retraçant en jaune, autant que faire se peut, les stoppages invisibles, on obtient ceci:



Où il apparait que chaque bande multicolore en perspective part précisément de chaque intersection entre deux stoppages.
(Gerstner en fait la remarque p17 de son ouvrage)



avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 1 Juil - 11:33

190

En revenant à l'image de la corde vibrante, on pourrait dire que chaque "noeud" entre deux "ventres" engendre une bande multicolore en perspective...



Les "ventres" de la "machine mère".... Haha sacré Duchamp! Very Happy

https://fr.wikipedia.org/wiki/Onde_stationnaire#/media/File:Standing_wave_2.gif


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 11 Fév - 19:32, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum