Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 1 Juil - 21:19

191

Il est étrange ce Stoppage invisible, quand même! Duchamp rend illisible la structure de la "machine mère", en la faisant paraître aléatoire alors qu'elle est très rigoureusement construite. Et en même temps, il donne la clef de lecture à gauche du tableau en nous disant: les 3 stoppages sont bien là, mais l'un d'entre eux n'est pas visible.
C'est tout Duchamp, ça. Il crée un jeu de piste impossible à suivre tout en semant quelques petits cailloux pour qu'on ne perde pas totalement sa trace....
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mar 5 Juil - 14:16



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 7 Juil - 17:31, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 17:38

On sait maintenant d'où partent les bandes multicolores de la machine-mère, mais où finissent-elles?
Au premier regard, leurs extrémités, comme leur disposition, paraissent aléatoires. En fait, la plupart d'entre elles s'interrompent dès qu'elles atteignent l'une des ombres du porte-chapeau.







Il en résulte un effet surprenant: l'ombre du porte-chapeau est intégrée dans la structure de la machine-mère. Elle semble même flotter "entre deux eaux". Et une fois de plus l'espace perspectif se trouve contrarié puisque les extrémités "lointaines" des bandes multicolores se trouvent ainsi ramenées à la surface du tableau.

Ces bandes évoquent des antennes qui provoqueraient la vibration de l'ombre en entrant délicatement en contact avec elle.

De même que les ombres du tire-bouchon et de la roue font partie de l'enfant-phare, celles du porte-chapeau appartiennent à la machine-mère.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 18:00

wait
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 18:00

wait
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 18:20

Si on admet que Tu m' est la réalisation du projet énoncé par Duchamp dans ses notes de la route Jura-Paris, cela nous emmène assez loin. Cette oeuvre ésotérique s'en trouve alors plus clairement reliée aux autres oeuvres de cette période et surtout ancrée dans la vie de l'artiste, l'expérience singulière du voyage d'octobre 1912 à Etival.

Mais ce n'est pas tout, car de fil en aiguille, un autre aspect de Tu m' se dévoile grâce à ces trois phrases de la note 2:
"Cette machine à 5 cœurs devra enfanter le phare. Ce phare devra enfanter l’enfant-Dieu, rappelant assez le Jésus des Primitifs. Il sera l’épanouissement divin de cette machine-mère."(1912)
Leur connotation explicitement religieuse est a priori très surprenante de la part de Duchamp dont les relations à la religion étaient pour le moins distantes comme en témoigne cet extrait de lettre à André Breton: "La conclusion de Carrouges sur le caractère athée de la "Mariée" n'est pas déplaisante mais je voudrais seulement ajouter qu'en termes de "métaphysique populaire" je n'accepte pas de discuter sur l'existence de Dieu - ce qui veut dire que le terme athée (en opposition au mot croyant) ne m'intéresse même pas, non plus le mot croyant ni l'opposition de leurs sens bien clairs : Pour moi il y a autre chose que oui, non et indifférent - C'est par exemple l'absence d'investigations de ce genre." . source http://dadasurr.blogspot.fr/2011/08/marcel-duchamp-lettre-jean-crotti-style.html

Néanmoins, comme le dit Françoise Le Penven dans "Marcel Duchamp ou la pérennité des sources", son oeuvre est parsemée de références bibliques ou chrétiennes: "Dans la lignée de l’histoire de la peinture, une grande partie du terreau duchampien s’alimente de la culture biblique et chrétienne. Les signes d’un tel berceau sont repérables même s’ils sont cachés par le voile de l’implicite.Que l’œuvre majeure de Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, soit un vitrail du chant du monde biblique, cela peut paraître paradoxal! C’est si vrai que ce fait est voilé par une mise à nu qui peut être entendue comme une sorte d’«Annonciation»" https://www.cairn.info/revue-etudes-2002-12-page-651.htm

Mais plus que le Grand Verre, c'est Tu m' qui me semble montrer quelque parenté avec l'Annonciation, ou disons, son schème pictural. Que l'on me comprenne bien, il ne s'agit pas d'affirmer que Tu m' est un tableau religieux!








"L’index de Gabriel, tendu vers les cieux, Dieu le Père ou la Colombe, ou le paradis céleste ou le sein de Marie, les pointe et les désigne en autant de gestes symboliques standards[15], et insiste sur l’origine, le sens et l’importance de l’événement.
[15] « L’index pointé peut aussi indiquer un lieu où porter l’attention. Il devient déictique et donne alors à voir le sens de l’image. Il est toujours mise en ordre et constitution de sens - dans la double acception de direction (de parcours) et de signification. D’une manière générale, l’index pointé marque un discours d’ordre, ou l’acte inclus dans un discours performatif. » ARASSE, Ibid.. Ainsi, l’index pointé, au-delà de sa fonction de désignation et d’embrayeur de la narration, « renvoie à la cause transcendante et invisible de l’Histoire, au-delà de l’histoire. Son indication n’est plus narrative mais métaphysique ». ARASSE, Léonard de Vinci, Opus cité, p. 360".
Source  "Iconographie de l’Annonciation". Françoise Julien- Casanova.  
https://m.facebook.com/notes/lannonciation-de-rogier-van-der-weyden/iconographie-de-lannonciation-par-fran%C3%A7oise-julien-casanova-larchange-gabriel/261162907282975/






En retournant l'Annonciation de Cortone, de Fra Angélico, pour remettre à l'endroit la réponse de Marie à l'Archange Gabriel, on ne peut s'empêcher de remarquer qu'elle se termine par le mot "tuum"! (souligné ci dessous en jaune afin de le faire mieux apparaître)

"Ecce ancilla Domini ; fiat mihi secundum verbum tuum".
« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »




Quand à l'écouvillon qui transperce la toile...



comment ne pas le rapprocher du "bras de Dieu" qui transperce le ciel en direction de Marie dans tant d'Annonciations "primitives" (pour reprendre l'expression de Duchamp "Jésus des primitifs")?





Dernière édition par Jean-Yves Amir le Sam 28 Oct - 15:49, édité 5 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:05

Gabriële bien sûr!

Tu m' est un hommage hautement amoureux à Gabriële!
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:28

"Françoise Le Penven – Gabriële, dans ses souvenirs, décrit Marcel comme un être doué d’antennes grâce auxquelles il ressentait et enregistrait «avec la sensibilité d’un sismographe, dès leur formation, les premières ondes des évolutions humaines». Selon elle, «la matière même de l’œuvre de Duchamp est formée d’une élimination consciente du Moi Sensible, du Moi Émotion, du Moi Souvenir qui, rituellement, constituent et exaltent la raison d’être des arts».
Jacques Caumont – Elle l’appelait «l’archange aux pieds fourchus». Lui, comparait leur situation amoureuse à celle de La Porte étroite de Gide "
http://www.faune-etique.fr/dl/SystemeD.pdf    p 129

Et quand Gabriële surnommait Marcel "l’archange aux pieds fourchus", que croyez-vous qu'il lui répondait?  Very Happy
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:34

Et les voici dînant côte à côte en 1965, soit 53 ans après l'épisode d'Andelot et le séjour à Etival!

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1722
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  alainD le Ven 8 Juil - 17:39

je le voyais venir Smile
Mais bon, tu peux partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli.
**tu vas me dire... "attends , alainAdmin, c'est pas fini"

bah ça je m'en doute...Smile
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum