Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 18:00

wait

Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Mer 6 Juil - 18:20

Si on admet que Tu m' est la réalisation du projet énoncé par Duchamp dans ses notes de la route Jura-Paris, cela nous emmène assez loin. Cette oeuvre ésotérique s'en trouve alors plus clairement reliée aux autres oeuvres de cette période et surtout ancrée dans la vie de l'artiste, l'expérience singulière du voyage d'octobre 1912 à Etival.

Mais ce n'est pas tout, car de fil en aiguille, un autre aspect de Tu m' se dévoile grâce à ces trois phrases de la note 2:
"Cette machine à 5 cœurs devra enfanter le phare. Ce phare devra enfanter l’enfant-Dieu, rappelant assez le Jésus des Primitifs. Il sera l’épanouissement divin de cette machine-mère."(1912)
Leur connotation explicitement religieuse est a priori très surprenante de la part de Duchamp dont les relations à la religion étaient pour le moins distantes comme en témoigne cet extrait de lettre à André Breton: "La conclusion de Carrouges sur le caractère athée de la "Mariée" n'est pas déplaisante mais je voudrais seulement ajouter qu'en termes de "métaphysique populaire" je n'accepte pas de discuter sur l'existence de Dieu - ce qui veut dire que le terme athée (en opposition au mot croyant) ne m'intéresse même pas, non plus le mot croyant ni l'opposition de leurs sens bien clairs : Pour moi il y a autre chose que oui, non et indifférent - C'est par exemple l'absence d'investigations de ce genre." . source http://dadasurr.blogspot.fr/2011/08/marcel-duchamp-lettre-jean-crotti-style.html

Néanmoins, comme le dit Françoise Le Penven dans "Marcel Duchamp ou la pérennité des sources", son oeuvre est parsemée de références bibliques ou chrétiennes: "Dans la lignée de l’histoire de la peinture, une grande partie du terreau duchampien s’alimente de la culture biblique et chrétienne. Les signes d’un tel berceau sont repérables même s’ils sont cachés par le voile de l’implicite.Que l’œuvre majeure de Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, soit un vitrail du chant du monde biblique, cela peut paraître paradoxal! C’est si vrai que ce fait est voilé par une mise à nu qui peut être entendue comme une sorte d’«Annonciation»" https://www.cairn.info/revue-etudes-2002-12-page-651.htm

Mais plus que le Grand Verre, c'est Tu m' qui me semble montrer quelque parenté avec l'Annonciation, ou disons, son schème pictural. Que l'on me comprenne bien, il ne s'agit pas d'affirmer que Tu m' est un tableau religieux!








"L’index de Gabriel, tendu vers les cieux, Dieu le Père ou la Colombe, ou le paradis céleste ou le sein de Marie, les pointe et les désigne en autant de gestes symboliques standards[15], et insiste sur l’origine, le sens et l’importance de l’événement.
[15] « L’index pointé peut aussi indiquer un lieu où porter l’attention. Il devient déictique et donne alors à voir le sens de l’image. Il est toujours mise en ordre et constitution de sens - dans la double acception de direction (de parcours) et de signification. D’une manière générale, l’index pointé marque un discours d’ordre, ou l’acte inclus dans un discours performatif. » ARASSE, Ibid.. Ainsi, l’index pointé, au-delà de sa fonction de désignation et d’embrayeur de la narration, « renvoie à la cause transcendante et invisible de l’Histoire, au-delà de l’histoire. Son indication n’est plus narrative mais métaphysique ». ARASSE, Léonard de Vinci, Opus cité, p. 360".
Source  "Iconographie de l’Annonciation". Françoise Julien- Casanova.  
https://m.facebook.com/notes/lannonciation-de-rogier-van-der-weyden/iconographie-de-lannonciation-par-fran%C3%A7oise-julien-casanova-larchange-gabriel/261162907282975/
















Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 5 Jan - 10:37, édité 2 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:05

Gabriële bien sûr!

Tu m' est un hommage hautement amoureux à Gabriële!
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:28

"Françoise Le Penven – Gabriële, dans ses souvenirs, décrit Marcel comme un être doué d’antennes grâce auxquelles il ressentait et enregistrait «avec la sensibilité d’un sismographe, dès leur formation, les premières ondes des évolutions humaines». Selon elle, «la matière même de l’œuvre de Duchamp est formée d’une élimination consciente du Moi Sensible, du Moi Émotion, du Moi Souvenir qui, rituellement, constituent et exaltent la raison d’être des arts».
Jacques Caumont – Elle l’appelait «l’archange aux pieds fourchus». Lui, comparait leur situation amoureuse à celle de La Porte étroite de Gide "
http://www.faune-etique.fr/dl/SystemeD.pdf    p 129

Et quand Gabriële surnommait Marcel "l’archange aux pieds fourchus", que croyez-vous qu'il lui répondait?  Very Happy
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:34

Et les voici dînant côte à côte en 1965, soit 53 ans après l'épisode d'Andelot et le séjour à Etival!

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  alainD le Ven 8 Juil - 17:39

je le voyais venir Smile
Mais bon, tu peux partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli.
**tu vas me dire... "attends , alainAdmin, c'est pas fini"

bah ça je m'en doute...Smile
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Ven 8 Juil - 17:50

alainAdmin a écrit:
Mais bon, tu peux partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli.
**tu vas me dire... "attends , alainAdmin, c'est pas fini"

Oui, je me sens comme soulagé! Je rumine tout ça depuis des mois et n'aurais pu partir en vacances en gardant ces secrets pour moi. Very Happy
Mais c'est vrai que j'ai encore deux ou trois trucs à ajouter, par exemple sur les ombres et lumières dans les Annonciations. C'est un argument important. Et puis sur le sens du mot "absorption" chez Duchamp. Et puis peut-être aussi quelques mots sur Gabriële et son intérêt pour les ondes et les vibrations car j'ai l'impression que tout est parti de là.
Et il ne faut pas que j'oublie de parler de l'ancienne chapelle d'Etival... !!!



avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 19 Nov - 18:50

Jean-Yves Amir a écrit:
Et il ne faut pas que j'oublie de parler de l'ancienne chapelle d'Etival... !!!

J'imaginais que quelqu'un, après avoir lu toutes ces discussions alambiquées sur Tu m' me poserait la question " Mais c'est quoi, cette histoire de l'ancienne chapelle d'Etival?"

Ben c'est quand même extraordinaire!

Dans la maison de la famille Buffet, à Etival, où se sont retrouvés Marcel, Francis, Guillaume, Gabriële, sa maman et son frère, lors de ce fameux voyage de 1912, je dis bien DANS la maison, il y avait une chapelle, ou plutôt les vestiges d'une ancienne chapelle. Et c'était une chapelle de l'Annonciation...

Cette chapelle fut aménagée en habitation par la tante de Gabrielle Buffet Picabia, Alphonsine de Challié (soeur de Laurence de Challié, mère de Gabrielle).
"Alphonsine de Challié : peintre issue de l'atelier de Charles Chaplin et amie de Berthe Morisot, encouragea son neveu Jean Challié à développer son talent d'artiste peintre. Elle acquit l'ancienne chapelle de l'Annonciation qui était déjà devenue une grange, elle y fit de gros travaux et y vécut quelques années avant de mourir en 1904."
Source http://www.jura-paris-centenary.com/fr/home-of-artists.html




"La chapelle est contiguë de la maison familiale Buffet-Picabia. On voit encore un ancien contrefort quand on descend le chemin qui va vers le cimetière, ainsi que l'arrondi des fenêtres (voir photo jointe).
La chapelle d'Etival a été construite en 1414, surmontée d'un campanile à claire-voie où était suspendue la cloche. Elle a été remaniée plusieurs fois, agrandie notamment en 1776, et transformée en église paroissiale en 1780, puis convertie en usine de fabrication du salpêtre pendant la Révolution, rendue au culte sous Napoléon, avant d'être enfin transformée en maison d'habitation en 1830, après la construction et la mise en service de la nouvelle église."
(Merci à Joseph Romand, natif d'Etival et grand connaisseur de son histoire, pour la photo et les précisions ci-dessus)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 19 Nov - 20:10

Imaginez deux minutes ce qui se passe lorsque Gabriële fait visiter la maison à ses hôtes, la super équipe Apollinaire / Picabia / Duchamp.
Vous croyez que la connexion Gabriële / Annonciation a pu échapper à ces gens malins et cultivés?

Tu m' vient six ans plus tard seulement. Six ans dans la vie d'un homme - et d'un homme amoureux qui plus est - ce n'est pas grand chose.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 20 Nov - 13:21, édité 3 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Sam 19 Nov - 22:05

Donc voilà, si on fait la synthèse de tous ces éléments éparpillés:
- l'importance de cette date 1912 pour Duchamp, qui fait rupture dans son oeuvre
- les notes énigmatiques qu'il a écrites sur ce voyage Paris/Jura/Paris
- la concordance de ces notes avec le schéma général de Tu m'
- son amour profond pour Gabriele Buffet Picabia
- le prénom de cette femme et l'existence de cette chapelle à Etival
- la permanence des thèmes d'origine chrétienne dans son oeuvre
- l'importance symbolique de la lumière dans la peinture chrétienne et dans les Annonciations en particulier
- son intérêt pour la lumière, l'électromagnétisme comme métaphores de l'amour et du désir
- et pour finir le caractère pudique de Duchamp, son goût pour les messages codés, les secrets...

En assemblant toutes ces pièces, on parvient peut-être à situer le sens profond de Tu m'

Le titre, je n'en ai pas parlé, mais je crois qu'à la suite de tout ce que j'ai écrit, il devient évident:
Tu m' = tu aimes / tu m'aimes.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 5 Jan - 10:26

Grand bravo aux habitants d'Etival!

Les 30 et 31 juillet 2016 s'y tenait une fête dédiée à Marcel Duchamp, judicieusement intitulée "Duchamp abAde".
https://duchamp-abade.jimdo.com

Ah la Broyeuse de Chocolat sur la place du village!!!! cheers





Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 5 Jan - 15:21, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Duchamp, analyse de "Tu m'", partie 5

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 5 Jan - 11:22

"Abade"?

Je ne connaissais pas ce mot, mais je trouve qu'il lui va bien, à Duchamp, à l'escapade Paris-Jura et à ces journées d'Etival 2016.

Je cite le site https://duchamp-abade.jimdo.com

Et nous souhaitons poursuivre !… avec Marcel Duchamp.

Sa démarche artistique bouleverse radicalement l’art du 20e siècle. Il exerce une influence majeur sur les grands courants de l’art contemporain : art conceptuel, fluxus, art language, art minimaliste, body art, pop art, happening, performance…). Nous retiendrons particulièrement, son esprit frondeur, son humour subtil, provocateur et poétique.

En bref, un homme à l’abAde.

Def. - abAde : mot  patois, exprimant la liberté présente et concrète, en excluant toute surveillance, contrôle ou contrepartie éventuels.

abAde est une liberté retrouvée. Il implique donc, pour nous la notion d'un effort réalisé pour sortir de la soumission et arriver à l'expression libérée.

Une variante :

ABADER (S') verbe pronominal
Région. ,,Terme des campagnards. Prendre son essor, prendre sa course, courir les champs, s'affranchir de toute entrave et de toute gêne, se sauver, s'enfuir. Il faut nous abader, car voici la pluie. Leurs vaches s'étaient abadées dans les blés. Notre petite Marguerite commence à s'abader; c'est-à-dire, commence à faire quelques pas seule.`` (J. Humbert, Nouveau glossaire genevois, 1852, p. 2).
ÉTYMOL. ET HIST. − Terme région., francisation de abada « donner le large au bétail, en le faisant sortir des étables pour le mener paître », terme fr.-prov. (Savoie, Dauphiné, Lyonnais, Forez, Bresse) passé en Suisse : Genève, Valais, Fribourg, Vaud, voir Gauchat, Jeanjaquet, Tappolet, Gloss. des patois de la Suisse romande s.v. abada; fr.-prov. abada, dériv. de l'a prov. badar « ouvrir, bailler » (Elucidari de las proprietaz de totas res naturals, fol. 248 ds Rayn. Badan, la boca recuelh ayre), du lat. batare « être ouvert »; voir bayer. Appliqué seulement au bétail à l'orig., abader (s') a élargi ensuite son champ [cf. sém. et aussi FEW s.v. batare, Grenoble : « faire sortir, mettre dehors » d'où « enlever la vanne (d'un canal), sortir de son lit (rivière), sortir de chez soi, sortir du nid (oiseau) »], dans la région du Sud-Est.
source http://www.cnrtl.fr/definition/abader
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum