Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  Jean-Yves Amir le Dim 9 Oct - 19:21

trubs a écrit: Mettre de la vie et de la proximité dans les pratiques artistiques, ne pas monter en épingle des noms "d'artiste" au détriment des potentiels créatifs, ça me parle. En zappant sur le forum, j'ai vu le superbe dossier sur les églises norvégienne en bois debout. Y a pas le nom de l'architecte dessus! Et pourtant les bâtiments sont magnifiques. Je trouve juste dommage qu'il n'y ait que des églises qui aient subsisté. Ils habitaient bien quelque part les bâtisseurs? Je poserai peut-être la question à l'auteur du dossier si le sujet n'est pas clos. Sinon ,il faudra qu'il y retourne pour continuer l'enquête!


Salut Thierry
Il n'y a pas de "sujet clos", on peut revenir sur tout par de nouvelles questions, commentaires, compléments d'informations, critiques etc...
Pour ce qui concerne les "Eglises norvégiennes", Northman, l'auteur du dossier, est un ami. Si tu le relances avec ta question, il y sera surement sensible. Regarde ce qu'il me dit lui-même dans un mail récent au sujet d'un chantier qu'il fait dans sa maison:

"Je ne me reconnais absolument pas dans cette division intellectuels-manuels - la plupart du temps au détriment des manuels-, qui existait tant dans les années 70 et qui existe toujours. Il y a une culture aussi dans le travail manuel. La culture, ça n'est pas que la littérature, le théâtre, la peinture et la musique. Il existe aussi une culture scientifique, une culture technique, une culture des métiers manuels. Je connais un compagnon charpentier qui travaille avec les Monuments Historiques : Passionnant."

Les années 70, ça te rappelle quelque chose comme moi, nous avons le même âge. J'ai connu, dans mon cursus de collégien, ce dont il parle. Et maintenant, quarante ans après, sur ce cloisonnement des cultures artistiques, littéraires, manuelles, technologiques et scientifiques, rien n'a changé. Je trouve que c'est même encore pire! affraid
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1834
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  alainD le Mar 11 Oct - 23:00

je connais un artiste qui sort des Beaux-Arts mais a bossé un bon moment comme maçon et son père était maçon.
Je lui ai offert ceci il y a quelques jours:

https://vimeo.com/183056989

alainD
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  alainD le Mer 12 Oct - 15:08

OBC a écrit:Samedi 15 octobre de 10h à 18h, des bidouilleurs et makers de tous âges se réuniront à la Maison des Jeunes et de la Culture de Bourg-en-Bresse pour vous faire découvrir et partager leurs savoir-faire : une journée où il sera interdit de ne pas toucher !

Venez les rencontrer, manipuler, expérimenter, bidouiller et surtout partager !!
Mécanique, robotique, cuisine, jardinage urbain, initiation à la dentelle ou à la fonderie…

L’OBC vous propose un large panel d’ateliers où vous pourrez prendre le temps de manipuler et d’échanger avec des bidouilleurs passionnés qui vous feront découvrir leur savoir-faire et leurs compétences.

Entrée libre et gratuite
C’est quoi un Open Bidouille Camp ?

Largement inspiré des valeurs du « do it yourself » (faites-le vous-même) et de l’Open Source, l’Open Bidouille Camp est une foire des savoir-faire partagés ludique, gratuite et ouverte à tous, qui privilégie la transmission par la pratique : ici, il est interdit de ne pas toucher. Autrement dit, à vous de mettre la main à la pâte !

En bref, un Open Bidouille Camp c’est :

Un rendez-vous de la créativité technique, scientifique et de la création artistique participative,
L’occasion d’une réappropriation des savoir-faire quotidiens (mécanique, bricolage, sciences participatives, cuisine, jardinage urbain, recyclage, logiciel, électronique libre…)

Le mouvement Open Bidouille Camp est national.
alainD
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  Jean-Yves Amir le Dim 25 Fév - 18:54

Sur un forum, ce n'est pas parce qu'on ne répond ou ne développe pas que pour autant on n'y réfléchit pas. Ton topo, Thierry, j'y pense depuis que tu l'as posté en me demandant comment poursuivre. Tu as mis tellement de choses dès le départ!

Revenons sur ce point:
trubs a écrit:Avec toute l’admiration que j’ai pour les réalisations de Gaudi, pourquoi n’y a-t-il aucune mention des artisans qui ont travaillé par exemple sur les 17 hectares du Parc Guell ? A peine ai-je trouvé le nom d’un ou deux céramistes qui l’ont secondé. Il suffit pourtant de regarder un mètre carré d’une des multiples mosaïques pour comprendre que ce n’est pas Gaudi en personne qui l’a posé, ni même conçu. Un ouvrier a choisi les morceaux et leur a donné une orientation particulière, les a collés. Bien-sur, il était capable, en plus, de respecter les consignes générales.

C'est un peu comme en cinéma, on connait -et encore pas toujours! - le nom du réalisateur et des acteurs vedettes, mais on ignore ceux des décorateurs, des opérateurs, des éclairagistes, des ingénieurs du son, des monteurs, etc... toute l'équipe qui fait le film.

Pour ce qui concerne Gaudi, on sait quand même qu'il connaissait de longue date ses collaborateurs artisans
Dans sa période étudiante, Gaudí a fréquenté différents ateliers d'artisans, comme ceux de Eudald Puntí, Llorenç Matamala et Joan Oñós, et il y a appris les bases de toutes les professions en liaison avec l'architecture, comme la sculpture, la charpente, la ferronnerie, la verrerie, la céramique, le moulage en plâtre61, etc. C'est ainsi qu'il a su assimiler les nouvelles avancées technologiques, incorporant dans sa technique la construction en fer ou en béton armé. https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoni_Gaud%C3%AD#Conception_et_artisanat

On peut, en cherchant un peu, trouver les noms des fabuleux artisans, ingénieurs et architectes qui ont bossé avec lui
Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Antoni10https://www.dosde.com/fr/biographie-illustree-gaudi-visual.html
Mais je suis d'accord, ce serait mieux s'ils étaient mentionnés lorsqu'on visite les architectures de Gaudi.

Par exemple, qui a réalisé cet extraordinaire "poele-cheminée" de la casa Battlo?

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Pict0411

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Pict0410

Bon, je sais que ce n'est pas non plus exactement ton propos... On va essayer d'y venir.... Very Happy
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1834
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  alain le Mar 26 Fév - 14:53

trouvé cet article dans l'huma du 21 février 2019

Laurent Etre a écrit:


La Vie solide. La charpente comme éthique du faire Arthur Lochmann Éditions Payot, 2019, 203 pages

Afin de gagner son pain, Arthur Lochmann a quitté les bancs de l’université pour les toits et les chantiers. Plus qu’un métier, il a trouvé de quoi s’orienter.

Après cinq années d’études universitaires, Arthur Lochmann a rejoint un centre de formation de la Fédération compagnonnique, pour y apprendre la charpenterie. Il le souligne lui-même : un tel changement de parcours n’a « rien d’exceptionnel » à notre époque. Face à l’accélération sans précédent des modes de vie, en particulier sous l’effet des innovations techniques constantes, le retour aux rythmes de l’artisanat séduit de plus en plus. Arthur Lochmann met ses pas dans ceux de nombreux auteurs, parmi lesquels Zygmunt Bauman, le penseur critique de la « modernité liquide », et Matthew Crawford, qui, en 2010, avait déclaré sa flamme au travail manuel dans un très remarqué Éloge du carburateur (éditions La Découverte). S’il ne revendique pas d’originalité, Arthur Lochmann excelle à transmettre sa passion aux non-initiés. Son livre ouvre à la redécouverte des vertus pédagogiques et morales de la confrontation à la matière, le bois en l’occurrence. Il dévoile la virtuosité condensée dans les gestes apparemment les plus simples, comme celui de scier. Il convoque tout un vocabulaire imagé : par exemple, on apprend qu’en charpenterie, une « sauterelle » est un type d’équerre, ou bien, encore, que l’on dit des pièces bien alignées qu’elles « dégauchissent ». Arthur Lochmann décrit les rites initiatiques des compagnons charpentiers, et le sens de l’honneur attaché à l’artisanat du bâtiment. Sans repli, mais avec la volonté de faire se rencontrer savoirs anciens et méthodes modernes, afin de redonner épaisseur et perspective au présent. Cet ouvrage permet d’entrevoir ce qu’une discipline manuelle peut apporter à quiconque cherche à reprendre sa vie en main, dans des temps incertains. L’essayiste l’assure : il a trouvé dans l’apprentissage de la charpenterie « une sorte de boussole pour agir ».


Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Bois10

alain
Admin

Messages : 597
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère - Page 2 Empty Re: Pour un art populaire de la sensibilité et de l’éphémère

Message  alain le Mar 26 Mar - 11:34

https://www.villagillet.net/evenements/l-intelligence-de-la-main

villagilet a écrit:
mercredi 27 mars 2019 de 19h30 à 21h00
Chambre de Métiers et de l'Artisanat

En Occident, l'activité manuelle est souvent perçue comme opposée au monde des idées et des concepts.
À l’heure où les trajectoires professionnelles sont de moins en moins linéaires, le choix d’un métier d'art
peut répondre à une quête de sens. Arthur Lochmann et Hugues Jacquet viendront expliquer comment le geste
technique et créatif libère aussi de l’intelligence.

Animé par Julie Gacon / France Culture

Dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d'Art (JEMA)
La 13e édition des JEMA mobilisera les acteurs des métiers d’art et se déroulera du 1er au 7 avril 2019. Elle s’attachera à promouvoir des savoir-faire d’exception détenus par des professionnels des métiers d’art. Cet événement sera l’occasion de dévoiler le génie français actuel incarné par les métiers d’art, hérités d’hier, réinventés aujourd’hui et maîtrisés par des artisans de talent. Les JEMA sont organisées par l’Institut National des Métiers d’Art (INMA) et mis en oeuvre par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

alain
Admin

Messages : 597
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum