Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 18:17

Pour introduire mon petit topo, j'emprunte quelques lignes au site du Centre Pompidou   http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-brancusi/ENS-brancusi.htm#haut

Constantin Brancusi est né en Roumanie en 1876, dans un petit village d’Olténie aux pieds des Carpates, au sein d’un monde rural et archaïque. Très jeune il quitte son village natal et, en 1894, entre à l’Ecole des arts et métiers de Craïova où il est admis l’année suivante dans l’atelier de sculpture puis dans celui de sculpture sur bois. En 1898, il entre à l’Ecole des Beaux-arts de Bucarest. En 1904, il traverse une partie de l’Europe pour rejoindre Munich, où il s’arrête quelque temps à la Kunstakademie, avant d’arriver à Paris le 14 juillet .

Dès son arrivée à Paris, il poursuit sa formation à l’Ecole des Beaux-arts dans l’atelier d’un sculpteur académique reconnu : Antonin Mercié. En 1906-1907, diplômé des beaux-arts, il expose au Salon d’Automne. Auguste Rodin, président du jury, remarque son travail et lui propose de devenir metteur au point dans son atelier. A cette époque Rodin jouit d’une reconnaissance internationale et près de cinquante assistants travaillent pour lui.

Un mois dans l’atelier de Rodin lui suffit pour estimer qu’« il ne pousse rien à l’ombre des grands arbres ». Suit une période difficile pour définir son propre engagement d’artiste : « Ce furent les années les plus dures, les années de recherche, les années où je devais trouver mon chemin propre ».

Brancusi ne croise donc Rodin que durant un mois. Il va développer une esthétique et une pratique de la sculpture radicalement différentes de celles du maître. Et pourtant, en observant de près l'évolution de son oeuvre, on se rend compte qu'il n'a cessé de penser à lui et de lui répondre. Cette relation prend la forme d'un extraordinaire dialogue posthume. C'est ce que nous allons tenter de montrer à travers quelques exemples. Le cas le plus connu est celui du Baiser, mais il y en a bien d'autres...
Dans la métaphore de Brancusi, on ne retient habituellement que son besoin de s'écarter du "grand arbre". Elle suggère pourtant aussi son contraire: c'est près de son pied, ou tout autour de lui, que viendront germer ses graines. Brancusi en est conscient, lui qui a fait de la graine, de l'oeuf, du nouveau né... l'un de ses thèmes essentiels.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 21 Oct - 16:38, édité 9 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 18:22

BRANCUSI 1907 LE BAISER


RODIN 1881 82 LE BAISER


avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 18:41

RODIN 1903-04 TETE DE LA DOULEUR


BRANCUSI 1907 LE SUPPLICE I


BRANCUSI 1907 LE SUPPLICE III



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 19:09, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 18:47

Au "Sommeil" de Rodin (1890 94)





Brancusi répond par le "Sommeil" (1908) puis par la "Muse endormie" (1910)







avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Dim 16 Oct - 19:12

RODIN 1878 ETUDE DE TORSE POUR ST JEAN BAPTISTE (qui deviendra le torse de l'Homme qui marche en 1900-1907)


BRANCUSI 1917 TORSE DE JEUNE HOMME


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 21 Oct - 17:33, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Mer 19 Oct - 19:25





avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Mer 19 Oct - 19:26

wait
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Mer 19 Oct - 19:28

RODIN LA PORTE DE L'ENFER


BRANCUSI LA PORTE DU BAISER (1938 ensemble monumental de Tirgu Jiu)












Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 21 Oct - 17:39, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dialogue de Brancusi avec Rodin : quelques superbes plantes ont bel et bien poussé à l'ombre du grand arbre!

Message  Jean-Yves Amir le Mer 19 Oct - 19:33

La Colonne sans fin, oeuvre monumentale la plus ambitieuse de Brancusi, s'inspire des kopjafak traditionnels roumains, ces piliers funéraires taillés dans des poutres de bois. Mais l'idée de cette structure répétitive ascensionnelle lui est venue de la vis de pressoir en bois qu'il conservait précieusement dans son atelier depuis 1914 (voir images et texte ci-dessous). Vis sans fin qui fait elle même écho à la spirale de la Tour du travail imaginée par Rodin en 1898 (pour l'exposition universelle de 1900), projet monumental qui n'a jamais été réalisé.

BRANCUSI 1918 COLONNE SANS FIN VERSION 1


KOPJAFA DE ROUMANIE (pilier funéraire)


BRANCUSI 1938 COLONNE SANS FIN DE TIRGU JIU


BRANCUSI 1938 ENSEMBLE MONUMENTAL DE TIRGU JIU


VIS SANS FIN DE PRESSOIR AYANT APPARTENU A BRANCUSI


PHOTOS DE L'ATELIER DE BRANCUSI




Man Ray arrive à Paris en juillet 1921 et conseille aussitôt Constantin Brancusi pour l’achat d’une chambre noire tout en lui donnant une formation technique. Une photographie de 1922 environ prise par Brancusi nous montre l’intérieur de son atelier, situé à cette époque 8 impasse Ronsin, avec la Vis sans fin de pressoir . A côté se dresse une Colonne sans fin. Cette proximité n’est pas le fait du hasard. Marcel Mihalovici, compositeur français d’origine roumaine
et ami du sculpteur, répondait le 23 juin 1979 aux questions de Friedrich Teja Bach au sujet de l’œuvre sculpté de Brancusi des années 1921 et 1922. Ses propos nous confirment que la Colonne sans fin et la Vis sans fin de pressoir
sont liées : “Friedrich Teja Bach : Les proportions du modèle pour la Colonne sans fin sont 1, 2, 4. Croyez-vous que Brancusi avait un intérêt, disons ésotérique, pour les nombres ? Marcel Mihalovici : “Non, je crois que chez lui c’était
instinctif, presque mécanique. Au reste, il ne m’en a jamais parlé. Il a certainement calculé, mais les nombres n’avaient pas chez lui, je crois, un sens profond, philosophique, ésotérique. Il m’a parlé d’ailleurs de sa Colonne sans fin. Les gens,
surtout les Roumains, disent toujours qu’il a fait la colonne en s’inspirant de certains éléments sculpturaux décoratifs qu’on trouve en Olténie, la province dont Brancusi est originaire. Cependant, il a eu longtemps une vis de pressoir dans son atelier - unique objet de cet atelier qui ne fut pas fait de sa main - et c’était en parlant de cet objet que Brancusi me disait :“Voilà, cette idée de la Colonne sans fin m’est venue du mouvement de cette vis”, qui se répétait à l’infini. D’ailleurs on en trouve des traces dans des socles (Adam), L’Esprit de Bouddha et Le Premier Pas. On trouve dans d’autres socles des éléments qui développés donneront la Colonne sans fin.”
La vis de pressoir faisait partie de l’adolescence de Brancusi en Roumanie. Il avait nettoyé les tonneaux chez des marchands de vin et en avait gardé des souvenirs suffisamment précis et amusants pour s’en être entretenu plusieurs fois avec Alfred Manessier.
C’est aussi son amour du bois qui lui fit aimer la vis de pressoir. “Le bois est si beau”, il est “une chose vivante”
rapportait Michel Seuphor après une visite de l’atelier de Brancusi. Le sculpteur aimait particulièrement les grosses
poutres qui portaient les traces du temps avec leurs craquelures et leurs fentes. Le bois était son matériau de prédilection ; il l’utilisa pour les socles qu’il considérait comme des œuvres d’art au sens plein du terme, et pour ses sculptures, essentiellement entre 1914 et 1924. Quelques-unes d’entre elles apportent une indication intéressante sur la présence de la Vis sans fin de pressoir dans l’atelier dès 1914. En effet, Le Premier Pas, également appelé Petite Fille française, exécuté entre 1914 et 1918, représente une enfant dont le cou (ou la colonne vertébrale ?) est constitué d’une succession de cylindres annelés. L’influence de la vis de pressoir est là évidente. Elle faisait donc partie de l’atelier. Par ailleurs, Brancusi avait proposé à John Quinn d’acheter la Petite Fille française, une Colonne sans fin (la première) (fig.4) et une Coupe, les trois sculptures ensemble. La Colonne sans fin, sculptée en 1918, confirme donc la présence de la vis de pressoir dans l’atelier dès cette époque. La Vis sans fin de Pressoir resta dans l’atelier de Brancusi jusqu’en 1948, date à laquelle il en fit cadeau à Natalia Dumitresco et Alexandre Istrati lors de leur installation rue Sauvageot. Il leur avait dit ceci : “Voici l’esprit de votre atelier”. C’était les inviter dans son intimité créatrice.
Source  http://www.artcurial.com/pdf/2010/1932.pdf


RODIN 1898 DESSIN POUR LA TOUR DU TRAVAIL


RODIN 1898 MAQUETTE EN PLATRE DE LA TOUR DU TRAVAIL
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1422
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum