Grégory Chatonsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grégory Chatonsky

Message  alain le Ven 9 Déc - 11:25




Je connais Grégory Chatonsky depuis 2001.
Essentiellement par internet mais il m'est arrivé de voir une exposition de lui, à Paris,
vers 2008,
dans une petite galerie qui était pionnière pour exposer ce genre de travail, et c'est d'ailleurs là que j'ai vu ma première œuvre imprimée3D!
Le galeriste accueillant nous avait expliqué que l'objet avait été fait au Canada , car c'était moins cher.




Chatonsky est le ( ?) un (?) des fondateurs de
http://incident.net/

et j'ai candidaté pour 4ou 5 de leurs appel à projet

Pour "portrait", "landscape", "drapé" , "nu" , "nature morte"...


http://www.incident.net/hors/landscape/

http://www.incident.net/hors/landscape/landscape/



Une de mes rares heures de gloire arriva quand j'ai trouvé via google que le Canada me connaissait !
En tout cas l'


http://lmp.uqam.ca/compte-rendu-fiction/landscape







Bon.. qu'on se rassure ..ce topo sera bien, passé ces préliminaires , sur

http://chatonsky.net/flux/

http://chatonsky.net/

exemple:
GC a écrit:2002
La révolution a eu lieu à New York est une fiction générée en temps réel à partir d’internet.
Un générateur de texte produit un roman infini dans le style de
Projet pour une révolution à New York écrit par Robbe-Grillet en 1970 :
Ben Saïd marche dans les rues de la métropole américaine et complote quelque chose.
Certains mots sont associés à des fragments de vidéo,
d’autres à des sons glanés sur le réseau, d’autres encore sont traduits automatiquement en image grâce à Google.
L’association structurée de ces éléments hétérogènes produit une narration à même le flux du réseau.


Dernière édition par alain le Ven 9 Déc - 17:22, édité 1 fois

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Ulice Amer le Ven 9 Déc - 14:29

Je ne connaissais pas Chatonsky !

Les appels à projets sont tous tournés vers l'art numérique ?

Mais en passant ; le laboratoire avec lequel je collabore à l'UQAM, le NT2, dont le travail est de répertorier les oeuvres hypermédiatiques, te fait aussi figurer dans son carnet d'adresse, Alain !

http://nt2.uqam.ca/fr/repertoire/landscape

Ulice Amer

Messages : 11
Date d'inscription : 03/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Ven 9 Déc - 15:10

ahahahahah!!!!
j'ai passé la matinée à vouloir me la péter avec mon truc Nineeleven.
Je me suis acharné parce que mes anciens liens étaient morts , je suis passé par webarchive , wayback je sais plus quoi ,
enfin je me suis super acharné en me disant "courage Alain, ya 25% de chances que Ulice soit à l'uqam!"

ahahaha banco, merci Ulice pour ce cadeau de Noël Smile

Bah ils m'ont trouvé en 2008 sans que je fasse rien, hein, c'est juste la notoriété d'incident.net ,
pas la mienne ,moi j'en ai pas lol.

Je vois que la rédactrice de l'article sur mon "landscape" est une nommée Emilie Houssa.
Si elle est toujours là-bas et que tu la croises fais lui des grosses bises de ma part , ahahahahah.

Bon, disons plus sérieusement que ces dernières années récentes je n'avais pas spécialement suivi Chatonsky.
Et là je vois qu'il y a 10 000 trucs à explorer!
Bah si tu as le temps , Ulice , vas voir , tu perdra pas ton temps hein,
pour moi c'est un des artistes majeurs du 21 eme siècle,
il est très intello, ( philosophe d'ailleurs) mais c'est pas du Jeff Koons à la coon.
J'en connais que 2 comme lui , question pionniers , le 2ème est Valery Grancher,
on en parlera si tu veux , mais lui est moins "littéraire", plus plasticien...

Alors que Chatonsky est surtout "hypermedia"

Je n'avais pas non plus suivi spécialement incident.net ces dernières années.
Primo parce que j'étais dans mes sphères 3D, et aussi parce que la technique 3D que j'utilisais
était plus ou moins obsolète et ça m'a coupé de pas mal de gens, entre autre ceux qui sont Mac ,
or c'est le cas de beaucoup d'artistes visuels, ils sont pas windows.


Je crois que incident.net ont arrêté leurs séries "hors" en 2011
http://www.incident.net/hors/

mais leur propos/demande était très clair , je vais chercher dans mes archives, le premier "appel"



alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Ven 9 Déc - 15:22

j'ai retrouvé par exemple l'appel pour le thème "Nature morte".

Le début du texte intéressera Jean-Yves. et la fin répond à ta question, Ulice

INM a écrit:La nature morte est situee au plus bas de la hierarchie des genres, bien
apres le portrait, le paysage - themes que nous avons deja traites - et le
grand genre qu'est la peinture d'histoire. La nature morte consiste en la
representation d'objets naturels ou non, denrees alimentaires, animaux,
fleurs, objets usuels, de telle sorte qu'ils sont le principal ou le seul
sujet.

Il est donc question de ces objets a portee de main, de la maniere dont
nous nous les approprions, de leur vie et de leur mort, parfois de leur
vanite. La banalite meme du referent de la nature morte en fait le genre
ontologique par excellence: qu'est-ce que les etants qui nous entourent et
l'etre, la presence et la represensation, l'art (ou la technique) comme
artifices qu'il n'y a pas, qu'il n'y a plus de nature? La nature morte
rejoue le grand conflit entre l'art et la nature.

Du XVIeme siecle, en passant par Chardin, le cubisme, le pop art avec
toutes ses descendances, courant jusqu'aux branchements enchevetres de
Miltos Manetas, la nature morte ne cessera d'epouser les problematiques de
l'histoire de l'art et continue encore aujourd'hui a travailler nos
systemes esthetiques. La nature est-elle morte? La nature du monde, de
l'etre humain, des objets industriels? A l'ere du numerique et des
biotechnologies, que nous reste-t-il de cette nature mise a mort?
Existe-t-il une nature des objets numériques? De quelle facon les reseaux
entre les objets deviennent a leur tour des objets? Comment pouvons-nous
comprendre notre environnement tout en étant attentifs aux objets, ces
details du monde?

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Ven 9 Déc - 15:24

au fait!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

wiki a écrit:Grégory Chatonsky est un artiste français né le 4 mai 1971 à Paris. Il vit et travaille à Paris et Montréal.

ahaha Smile

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Ven 9 Déc - 15:28

tiens, pour le détail!

encore plus clair: le début du topo

IGC a écrit:INCIDENT.NET / SERIES: LE DETAIL / THE DETAIL
Appel à contributions / Call for participation (2)

---

-> Jusqu'au 30 septembre 2006 / Until September, the 30th of 2006



Important:
-----------
Merci de bien vouloir nous envoyer vos projets de netart/videoart par
mél , accompagnés d'un texte explicatif et d'une
courte biographie.
Seules les oeuvres utilisant activement les technologies (interactivité,
générativité, flux du réseau, etc.) seront retenues.

http://incident.net
incident@incident.net

---

INCIDENT.NET / SERIES: LE DETAIL

Le détail: entre l'objet et le sujet, entre ce qui est perçu et ce qui
est à percevoir. C'est un jeu de regard et d'attention qui s'ouvre, un
changement d'échelle qui doit avoir un repère pour passer de l'ensemble
au détail ou l'inverse. On zoome. Un détail peut-il exister tout seul?
Est-il alors encore un détail? Et doit-on s'arrêter lorsqu'on est arrivé
au détail, ou le détail peut-il se fractaliser en d'autres détails,
indéfiniment? Peut-on même parler du détail au singulier, ou bien comme
d'un genre? Ne devrait-on pas parler "des détails"?

On va de la figure humaine au corps, à la main, la peau, la matière de
la peau, aux pigments, voire à un en deça de la matière? Un détail est
une promenade de la perception. Que voit-elle, la perception, dans un
détail? Se réfléchit-elle? Et un détail est-il jamais seul? Lorsqu'on en
est arrivé au détail, par ce chemin tortueux de la perception, n'est-on
pas de fait dans une multiplicité infinie? Cette dernière n'est-elle pas
une manière d'amener le regard vers..., de le faire cheminer de proche
en proche? Si la perception se déplace, c'est qu'elle a affaire à de
l'hétérogène. Comment décider alors ce qui relève du visible, de ce que
nous voyons, de ce qui nous regarde?

Les supports contemporains de la mémoire, en proposant de nouvelles
méthodes de navigation, de cheminement et de promenade, radicalisent la
question du détail et de cet autre auquel il fait nécessairement
référence. Un détail n'est jamais seul et quand il l'est, il témoigne
alors de son isolement puisque quelque chose lui manque. Qu'est-ce qu'un
détail sur Internet? Comment hiérarchiser ce qui relèverait du détail ou
du tout? En partant d'un moteur de recherche pour trouver une
information, une autre, puis une autre? Et si le dernier détail (celui
derrière lequel il n'y a plus rien) n'existe pas sur Internet, comment
parler même de détail?

Et pourtant, nous avons le sentiment de n'avoir plus affaire qu'à des
détails fragmentaires. L'ensemble fait défaut, comme la raison. Nous
passons d'un détail à un autre, d'une perception à une autre. Nous
pouvons nous y arrêter. C'est une pause. Il n'y a, il n'y aura plus de
raison dernière. Le monde est disloqué.

Le détail est tout aussi bien une question qui concerne l'esthétique que
la pensée. Le mot même présuppose tout un régime hiérarchique: un détail
c'est ce qui est particulier, un ornement, une affaire sans importance
et futile, quelque chose qui peut même toucher au néant. Mais c'est
aussi le précis, la sophistication, pour ne pas dire la subtilité. C'est
encore la partie de quelque chose, un morceau, un déchet. Le détail
n'est pas le concept.

Walter Benjamin élaborait "une pensée du détail": souvenons-nous de ce
jardin, de cette herbe, de ces brindilles d'herbe, chaque brin est
singulier et a autant de rapport avec un autre brin qu'avec n'importe
quoi d'autre. C'est par une facilité de la pensée, qui est son
irrémédiable vulgarité, que nous y voyons un genre, "l'herbe", pour
oublier la singularité de chaque détail.

Comment les dispositifs contemporains peuvent-ils, par les cheminements
interactifs, par la stratification des données, par la faculté de
déplacement incessant, rendre compte de cette autre de la pensée qu'est
l'esthétique des détails? Pouvons-nous élaborer une perception de
détails qui ne fassent pas référence, sous le signe du manque, à une
totalité première? Un détail, mais sans nostalgie.

Grégory Chatonsky

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Ulice Amer le Ven 9 Déc - 16:09


J'aime beaucoup sa manière de problématiser les rapports entre un thème choisi et les supports artistiques contemporains à la lumière de toute une tradition intellectuelle !

Ulice Amer

Messages : 11
Date d'inscription : 03/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Jean-Yves Amir le Dim 11 Déc - 11:33

"Mémoires de la déportation" sous forme de DVD. Surement intéressant, mais peut-on encore se le procurer? Où le voir?

http://chatonsky.net/deportation/
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1494
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Dim 11 Déc - 11:54

Dans mon état normal je boycotte Amazon.
Mais ma librairie préférée n'avait pas disponible  "Silence" de John Cage,
que je voulais offir à mon musicien préféré.
( non, pas pour qu'il la boucle Smile

Alors j'ai découvert que Amazon vendait des livres d'ocase,
j'ai eu "silence" pour 60 euros ( Sad ...)
mais yavait des dingues qui vendaient leur bouquin pour 104 euros voire 200 je me souviens plus.

bon.......à vérifier:


amazonquipayepassesimpots a écrit:Mémoire de la deportation cdrom Partition – 20 mars 2000
de collectif (Auteur)

   Partition
   à partir de EUR 40,00
   1 d'occasion à partir de EUR 40,00

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Dim 11 Déc - 11:58

j'en profite pour archiver ce lien, c'est long et touffu , je vais essayer de lire

https://www.scart.be/?q=fr/content/entretien-avec-gr%C3%A9gory-chatonsky

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alain le Dim 11 Déc - 12:02

je sais bien que je suis lourd , comme toujours, mais ce type est passionnant

GC a écrit: j'ai vécu des expériences personnelles de perte de mémoire informatique ; c'est-à-dire que j'ai perdu définitivement des travaux stockés sur des disques durs trop fragmentés, en particulier dans le cadre du projet Sur Terre4 réalisé pour Arte. Non seulement cela m'a posé des problèmes et ça a aussi été pour moi une expérience sensible, proche de la dépression, dans le sens où j'avais perdu une partie de ma mémoire que j'avais déléguée à la machine

alain
Admin

Messages : 328
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Jean-Yves Amir le Dim 11 Déc - 12:12

alain a écrit:
amazonquipayepassesimpots a écrit:Mémoire de la deportation cdrom Partition – 20 mars 2000
de collectif (Auteur)

   Partition
   à partir de EUR 40,00
   1 d'occasion à partir de EUR 40,00
Merci d'avoir regardé, Alain. Mais c'est le même problème d'"obsolescence" qui se pose: ce cdrom, même si on le trouve, peut-il encore se lire sur le matériel actuel? Les cdrom que j'avais achetés vers la fin du 20ème siècle sont tous devenus illisibles...
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1494
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Jean-Yves Amir le Dim 11 Déc - 12:14

alain a écrit:je sais bien que je suis lourd , comme toujours, mais ce type est passionnant

Oui, très intéressant. Je regarde aussi de plus près.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1494
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alainD le Dim 11 Déc - 12:22

Jean-Yves Amir a écrit:
Merci d'avoir regardé, Alain. Mais c'est le même problème d'"obsolescence" qui se pose: ce cdrom, même si on le trouve, peut-il encore se lire sur le matériel actuel? Les cdrom que j'avais achetés vers la fin du 20ème siècle sont tous devenus illisibles...

houlààààààà me sape pas mes fête de Noël!! j'ai 4mètres22 de CDs gravés de mes archives depuis 1994 ou 95, je sais plus,
la longueur quand ils sont empilés sur une étagère,
et yen a peut-être que 3 qui rament pas à cause des problèmes de vitesse de nos lecteurs actuels , voire à cause des 10 000 version de windows depuis win 95

pfff
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alainD le Mer 14 Déc - 11:42

Ulice Amer a écrit:
J'aime beaucoup sa manière de problématiser les rapports entre un thème choisi et les supports artistiques contemporains à la lumière de toute une tradition intellectuelle !

oui l'idée était sympa:




avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 15 Déc - 12:21

alain a écrit:j'en profite pour archiver ce lien, c'est long et touffu , je vais essayer de lire

https://www.scart.be/?q=fr/content/entretien-avec-gr%C3%A9gory-chatonsky

Oui, très intéressant. Je le lis aussi petit à petit.

y en a peut-être que 3 qui rament pas à cause des problèmes de vitesse de nos lecteurs actuels , voire à cause des 10 000 version de windows depuis win 95
Chatonsky parle très bien de ce problème de la conservation des oeuvres numériques, de leur matérialité et de leur valeur marchande.

Extrait:
La deuxième raison, c'est que j'ai vécu des expériences personnelles de perte de mémoire informatique ; c'est-à-dire que j'ai perdu définitivement des travaux stockés sur des disques durs trop fragmentés, en particulier dans le cadre du projet Sur Terre4 réalisé pour Arte. Non seulement cela m'a posé des problèmes et ça a aussi été pour moi une expérience sensible, proche de la dépression, dans le sens où j'avais perdu une partie de ma mémoire que j'avais déléguée à la machine. J'ai donc vu là une nouvelle situation arriver qui n'était pas seulement artistique mais qui concernait chacun d'entre nous, parce qu'il s'agit d'une nouvelle situation déterminée par la transformation numérique de la mémoire. Cela m'a sensibilisé à cette question, au fait que l'art est une mémoire qui a un support matériel, et qu'il ne faut pas se laisser avoir par le discours de l'immatériel, qui à mon avis n'a pas beaucoup de sens.

C'est la troisième raison. Depuis longtemps je suis frappé par le discours de l'immatérialité dans le numérique et je m'en suis toujours senti très loin. Dès qu'on pose la question de la matérialité dans l'art numérique on se pose la question de la mémoire et de l'inscription de la mémoire. Des lectures comme celles de Bernard Stiegler m'ont sur ce sujet depuis longtemps inspiré. Donc c'est vrai que je ne pose pas la question de l'archivage comme étant "après coup", c'est à dire où l'artiste fait l'œuvre et seulement ensuite elle est conservé mais comme un processus continu. Je travaille sur une mémoire qui n'est pas la mienne, celle des gens, celle d'Internet. Qu'est ce que c'est que cette mémoire que j'ai sur un support chez moi, un disque dur, une carte SD, etc. Et après qu'est ce qui va se passer dans une institution, que fait-on de cette mémoire ?

Suis heureux d'y lire "je suis frappé par le discours de l'immatérialité dans le numérique et je m'en suis toujours senti très loin" car j'avais également beaucoup de doutes sur ce discours. Le sentiment d'un tour de passe-passe dont je devais me méfier: comment un art pouvait-il se dématérialiser, alors que la matérialisation de la pensée - ou, à rebours, l'inscription d'une pensée dans une matière - est la définition même de l'art?
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1494
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grégory Chatonsky

Message  alainD le Jeu 15 Déc - 16:36

les coupures de courant d' EDF ou les destructions de mes  livebox par des orages
m'ont éloigné à jamais de l'idée d’immatérialité du numérique.
centrales nucléaires, cables, composants électroniques, éléments chimiques dans les terres rares, plateformes GAFM ect ect
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum