"Christina's world" : la gravité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Christina's world" : la gravité

Message  Northman le Dim 5 Fév - 12:03



Christina Olson est donc "clouée" au sol par la paralysie motrice qui réduit son rayon de déplacement. Elle combat
péniblement la force de gravité, quasiment en rampant. Dans le tableau Christina's world, la perspective - traitée
plus haut pas Jean-Yves- mais aussi la proportion de terre par rapport au ciel renforcent cette sensation
"d'écrasement" :




De plus, dans la faible proportion restante de ciel, la maison, vers laquelle le corps comme le regard de Christina Olson
sont entièrement tendus, prend une place énorme :



Et cette maison, sombre et glauque, lourde, un peu inquiétante (à la Hitchcock comme vu plus haut par Alain) contraste
elle même avec la légèreté du ciel. Il n'y a donc pas beaucoup de place pour le ciel dans ce tableau un peu étouffant. Et
le chemin, évoquant le mouvement, va... aussi vers cette maison.

Gravité dans les deux sens du terme*, gravitation et gravité de l'atmosphère "plombée" par la maladie de Christina.

Nous y reviendrons, car cela me semble très important, on ne voit donc ni le visage ni les YEUX et le REGARD de Christina Olson sur ce tableau. On sait simplement que c'est vers cette maison qu'ils sont entièrement tendus. Quels sont les yeux, fenêtre sur l'âme de cette femme fortement entravée dans sa liberté de mouvement physiques ?

Son regard est puissant, intense, reflétant une force d'âme, comme on pouvait l'intuiter :



Et ... Le regard, les yeux de Wyeth ?






Il y en a qui adorent caser, enfermer les gens dans des catégories, leur coller des étiquettes ... Peintre réaliste, réalisme magique etc ...
Cela les rassure eux, mais quand je vois de tels yeux au fond d'un tel visage, je ne vois qu'une seule catégorie :

Andrew Wyeth...

La fenêtre de Wind of the sea, c'est, ce sont aussi... les yeux de Wyeth. Une fenêtre qui donne sur la profondeur de son esprit.


* Qui existent aussi en anglais. L'agent slvbdx 007 pourrait confirmer ?  Smile  Il serait même intéressant d'explorer l'étymologie du mot "grave", la tombe, en anglais. Car quand il n'y a plus aucun mouvement, aucun signe de vie, c'est là que beaucoup terminent..."tombent".



Dernière édition par Northman le Dim 5 Fév - 19:34, édité 3 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Jean-Yves Amir le Dim 5 Fév - 15:04

Northman a écrit:
* Qui existent aussi en anglais. L'agent slvbdx 007 pourrait confirmer ?  Smile  Il serait même intéressant d'explorer l'étymologie du mot "grave", la tombe, en anglais. Car quand il n'y a plus aucun mouvement, aucun signe de vie, c'est là que beaucoup terminent... "tombent".

J'ai consulté directement l'agent slvbdx 007 qui a vérifié dans son dictionnaire étymologique d'anglais : "gravity" et "grave" auraient des origines complètement différentes.
Ce sont ces glissements de sens auxquels invitent constamment les langues et leurs croisements.

Ceci dit, je ne puis résister à la tentation de te répondre par ces images: c'était ce que je voyais comme final de ce sujet. Je ne sais pas si tu as repéré ça dans tes recherches sur Wyeth: les tombes du peintre et des Olson sont les unes à côté des autres, et tout près de l'emplacement de Christina dans Christina's world.







C'est fou quand même!!!! Quelle extraordinaire histoire humaine et artistique!

Si tu souhaites développer davantage, je déplacerai ce message ensuite pour le garder pour la fin.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1459
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Northman le Dim 5 Fév - 18:02



Jean-Yves Amir a écrit:

Ceci dit, je ne puis résister à la tentation de te répondre par ces images: c'était ce que je voyais comme final de ce sujet. Je ne sais pas si tu as repéré ça dans tes recherches sur Wyeth: les tombes du peintre et des Olson sont les unes à côté des autres, et tout près de l'emplacement de Christina dans Christina's world.

Non je n'avais absolument pas repéré cela dans mes recherches, mais vu l'intensité que j'ai sentie dans Christina's World et Wind of the sea, qui renvoient aux fenêtres-yeux de Christina Olson et d'Andrew Wyeth, au puissant combat entre forces de vie et forces de mort chez ces deux amis, cela "tombe" (en tout cas pour moi) sous le sens. C'est comme une confirmation.

C'est fou quand même!!!! Quelle extraordinaire histoire humaine et artistique!

Oui, cela me procure aussi une belle émotion. Il y a de la profondeur, une tension dramatique, une humanité sans fard. Là, je peux te dire franchement que j'aime, alors que par exemple dans nos recherches sur la structure en filigrane du Tu m' de Marcel Duchamp, j'avais l'impression de rester dans les sphères de spéculations purement intellectuelles, dans "l'extra-terrestre".

Si tu souhaites développer davantage, je déplacerai ce message ensuite pour le garder pour la fin.

Non non, il "tombe" très bien ici, et nous avons encore beaucoup à explorer. J'aimerais continuer sur Christina's world (1948) / Wind from the sea (1947), puis faire des liens avec d'autres oeuvres telles que par exemple Winter (1946),  Dodges ridge (1947), November first (1950), puis Pentecost (1989), où l'on ressent un apaisement spirituel profond. Je n'ai rien trouvé de plus sur Pentecost pour le moment. Elle continue de m'interpeller, et vraiment pas seulement à cause de son nom.


Le rapport à la gravité et à la terre dans Winter, où la petite proportion de ciel est là aussi écrasée par celle de la terre :











Contexte de Winter ?

Winter : 1946, Dodges ridge 1947, Wind from the sea 1947, Christina's World 1948, November Fisrt 1950.

Dodges Ridge, 1947 :



November First (1950) :



Pentecost (1989) :








Dernière édition par Northman le Lun 6 Fév - 20:49, édité 2 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Jean-Yves Amir le Dim 5 Fév - 19:30

Dodges Ridge, 1947
Je remarque au passage que j'avais fait une erreur sur cette oeuvre, dans ma présentation générale. Elle est corrigée.
J'espère qu'il n'y en a pas beaucoup d'autres... Sad
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1459
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Northman le Dim 5 Fév - 19:36



Jean-Yves Amir a écrit:

Dodges Ridge, 1947
Je remarque au passage que j'avais fait une erreur sur cette oeuvre, dans ma présentation générale. Elle est corrigée.

Tu avais remplacé le titre Dodges Ridge par November First. A mon avis pas une erreur, mais un très beau "lapsus".

avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

personnage en tension

Message  Jean-Pierre Pyat le Jeu 2 Mar - 6:58

Tu parles de personnage en tension, Jean - Yves. Je développe quelques aspects spatiaux de cette tension.

Christina est crispée et tendue dans son effort pour rejoindre une maison pourtant absolument rébarbative, renfrognée, hostile et qui se découpe avec une inquiétante dureté sur le ciel quant, elle, est sur - éclairée et comme épinglée par un projecteur de théâtre. Or cette valeur foncée ne fait pas que la rendre sinistre, cette maison. Optiquement, elle la rapproche au moment où n'importe quel autre peintre réaliste aurait usé de la perspective atmosphérique afin la situer à son juste rang dans le paysage. Cette étrangeté cabre la prairie, en fait une paroi presque verticale où les phalanges crispées de Christina, s'enfoncent comme pour ne pas glisser hors - champ. La cabane, posée comme la maison juste sur la ligne d'horizon ( encore un facteur d'aplatissement ) devient une sorte d'accent circonflexe maléfique flottant au - dessus de sa tête tandis que la coupe de l'herbe forme une courbe répétant la ligne d'ombre de ses fesses. Tous ces détails enserrent le personnage dans un plan sans ouverture possible. D'autres aménagements perspectifs contribuent encore à ce basculement étouffant et inconfortable : alors que le corps est vu en légère plongée, l'étagement en hauteur des deux mains est très important, accréditant une vue de dessus.

Jean-Pierre Pyat

Messages : 9
Date d'inscription : 02/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Northman le Jeu 2 Mar - 10:17

Bonjour Jean-Pierre. Cela fait plaisir de voir que la participation augmente. Ton très bon post ci-dessus mériterait d'être placé plus proche de la série des commentaires sur Christina's World. Le sujet Wyeth devient long et on risque de commencer à s'y perdre. Jean-Yves  ne faudrait il pas réfléchir à créer un gros dossier Wyeth, avec des sous-sujet ?   scratch
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 55
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Christina's world" : la gravité

Message  Jean-Yves Amir le Jeu 2 Mar - 10:28

Salut Jean-Pierre! Je suis heureux de ton retour sur le forum, et merci pour ton message très pertinent sur Christina's World.

Oui, je pense que scinder le sujet en plusieurs parties, dans une rubrique dédiée (comme pour Duchamp), permettrait de mieux s'y retrouver et de revenir sur certains points si on en a envie. Il sera alors possible de déplacer le message de Jean-Pierre à la suite de ce que nous avons écrit sur Christina's World.
Mais pour cela, il faudrait faire une pause technique et ne plus ajouter de message, le temps que je fasse les manoeuvres nécessaires.... Very Happy Shocked
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1459
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum