Les Kuerner, recherches biographiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Mer 8 Mar - 21:17



En introduction de ce nouveau sujet, je reprends un extrait du sujet sur le tableau Groundhog Day comme point de départ pour cette recherche sur les Kuerner :

... Pour la suite de la recherche [sur Groundhog Day], nous allons être aussi rigoureux et minutieux que Wyeth : Je vais ouvrir dès que possible [c'est fait !] un sous-sujet entièrement dédié aux Kuerner. J'ai déjà en réserve quelques avancées pour l'alimenter. Il semble qu'on ait peu d'informations sur eux, sur leur vie, sur leur histoire. Un vrai challenge. L'idée, rassembler d'abord le maximum d'informations hors tableaux de Wyeth, en grattant à fond le Net et en sollicitant nos neurones, façon enquête policière avec une faible base d'indices. Puis faire dans ce même sujet une mosaïque Kuerner de tableaux de Wyeth : Les Kuerner, mais aussi leur ferme.

Cela semble un peu dingue a priori mais je pense que nous pourrons aller beaucoup plus loin que nous l'imaginons.

Je vais donc à fond sur la contextualisation avant de revenir sur Groundhog Day. La relation d'Andrew Wyeth avec les Kuerner étant très importante, il est donc indispensable de s'intéresser à eux. Et avec un peu de chance nous continuerons aussi sur Spring le 20 mars prochain !  Smile

Si nous avions fait un tel travail sur les racines, le père et l'enfance d'Andrew Wyeth, je pense que nous aurions pu aller beaucoup plus loin sur certains tableaux en les contextualisant mieux. Rien n'empêche de le faire encore, mais c'est beaucoup de travail, surtout si nous voulons en faire profiter nos amis non-anglophones.



Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 10:43, édité 8 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Jean-Yves Amir le Mer 8 Mar - 21:47

Voici la mosaïque de ce que j'ai actuellement sur Karl Kuerner et sur sa femme Anna:


wait
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1434
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Mer 8 Mar - 23:03



Début de l'enquête, du "grattage" du Net, en attaquant très fort : Voulant vérifier l'information selon laquelle Karl Kuerner était originaire de la Forêt Noire, au sud-ouest de l'Allemagne, j'ai entré "Karl Kuerner Black Forest" dans le moteur de recherche Google. Et je suis rapidement tombé sur une précieuse mine, permettant une sérieuse avancée. Lisez très bien, certaines informations devraient déjà nous faire avancer sur les mystères de Groundhog Day  Cool ... et surtout sur la psychologie des Kuerner. A la lecture de ce texte parfois bouleversant, émouvant - en particulier la toute fin-, la mosaïque de Jean-Yves - finalement très bien placée juste ci-dessus- "s'éclaire" fortement, et des perceptions intuitives se confirment... Vous vous entendrez dire : " Bon (?) sang ! Mais oui ! Bien sûr !"...

Je reproduis l'intégralité du texte en anglais. Non-anglophones, n'ayez pas peur, nous allons faire au moins quelques efforts de traduction ensuite, juste après ce post ...


"The Neighbors Whisper About the Germans in the Icy White House Up On the Hill :

Kuerner Farm is listed as a National Historic Landmark but it is mostly important because it was the scene of so many Andrew Wyeth paintings. The house itself, all white like a “block of snow ice” against the green hills, was originally called the Ring Farm, built by Caleb Ring in 1814. The land before that watched the American Revolution pass by across from where the road is now. There was most likely no fighting on the land but they did find some cannon balls and other remnants from the soldiers’ gunfire nearby. To the side of the house, just out of shot, are the train tracks where N.C. Wyeth was killed, which only adds to the darkness that Andy found so inspiring here. And we cannot forget the barn. The barn is one of only four left of its kind in the United States. It’s a pre-fab construction ordered right out of a Sears catalog! Embers from the railroad burned the last barn down sometime in the 1800s and so they shipped a new one out to the farm as a replacement, now it’s rare and valuable. The entrance of the farm is framed by two pillars made from local pale green serpentine stone and built during WWII by German soldiers on loan from a POW camp near Philadelphia. The stones came from a burned out mansion nearby named Windtryst. The driveway is bordered by pines and trees planted by Karl Kuerner himself- in homage to the Black Forest he sorely missed. Andrew Wyeth, who we talked about not long ago here, painted Kuerner’s Farm repeatedly. The Kuerner’s and their home represented some of his favorite themes of war, brutality and death. In his imagination, the farm was Germany.


From The Black Forest :

Karl Kuerner was born in 1898 in a small southern German village. During WWI he was a machine gunner but before that he was a sheepherder. During the war he earned the Iron Cross for being wounded in the arm at the Battle of Verdun. But after the war Karl was sheepherding again and sometimes he ran into a local girl up in the mountain meadows. Her name was Anna Faulhaber. They would marry in 1921. Soon a daughter came along: Louise, and then a son who passed away as an infant. Germany after the war was a tough place to live and the Kuerners felt the strain like so many.

In 1923 Karl decided to leave his home behind for a new life in America. The story here follows all of the familiar lines. To afford the passage they sold all of their possessions and Karl arrived at Ellis Island with very little; just $25 leftover in his pocket. An uncle in Philadelphia found him a job in a slaughterhouse. Two years later he’d saved enough money to bring Anna and Louise over. Anna was miserable from the moment she landed on American soil. She would remain heartbroken and desperately homesick until the day she died. Eventually Karl found better pay by working as a machinist at a locomotive works but Anna insisted they move to the country; perhaps that would be a small balm to her homesickness for rural Germany. And so Karl secured work as a horse groom at a farm owned by the Governor outside the city in Chadds Ford, Pennsylvania. The next year they moved again, this time to their own farm where Karl worked off the rent by sheering sheep. Every day after work Karl stalked the perimeter of his property with a Winchester 70 rifle and shot at crows, groundhogs, possums and skunks. To keep track of his kills he nailed groundhog tails to the woodshed as an informal tally. Guns and hunting were Karl’s sole hobby. His collection of high-powered rifles hung from pegs in the house and his farm “rang with gunfire.” Sometimes he would choose a gun, walk out onto the porch and quickly shoot the heads off a few chickens. Then he would hang up his gun and yell for his wife to go collect the dead birds. “Killing is what we like and the city people, they think meat comes in a package,” Karl said.


German Roots :

Hard work on the farm extended to Karl and Anna’s five children now too. Louise, Karl Jr., Clara, Lydia and Elizabeth all worked like adult farmhands as soon as possible. Karl ruled with an iron fist and occasionally physical violence, sometimes he just hit them to release his frustrations over the farm. His daughter Lydia remembered: “If the cows did something wrong, we got it. The beatings I got – going to school with my thumb all bandaged up and I had to lie and tell the teacher that I hurt it, when he had actually done it. Well, I have forgiven [him]. But I haven’t forgotten.” The punishments he doled out were even worse when he was drunk. When inebriated he favored the strap and whipped their legs, but his favored punishment for Karl Jr. was forcing him to milk the cows without the restraints that stopped them from kicking the milker. With all their responsibilities, Andy Wyeth never had the opportunity to paint any of the children on the farm but his presence left a lasting impression on them anyway.

Life With the Great American Painter :

Andy was chiefly drawn to painting Karl and the farm because they were so isolated, and also they were so close to his own home. The community thought they were too German, too hard on their kids and during the war that they were Nazi sympathizers…it really didn’t help that Karl had German POWs working for him on the farm. When Karl died, Andy said the boys that hung out at the corner gas station said, “That’s the best fucking thing that has happened to him ever.” Karl wasn’t always cold. His love for Christmas thrilled his children as he played German carols on the Victrola and sang along with them. He built them a pond for the hot summers when he found their poor attempt at a makeshift swimming hole and by the time he had grandkids he was a more mellow man, always sweet to them. Andy Wyeth worked for a month on his portrait of Karl which would become famous. He painted him in a room with meat hooks dotting the ceiling. He loved the brutality of it and also because it was where it was rumored Karl had raped a woman, though there’s no evidence of this.

Anna :

[Anna would ring the bell to signify that supper was on the table, if you came more than 10 minutes after that announcement she’d already cleared your plate. No food for you.]

While Karl’s Germanic ways drew Andy Wyeth to the Kuerner farm initially it was Anna who was the center of all things. Usually when Andy was there Anna would ignore him when he spoke to her, especially when he would ask her to pose for him. He contented himself with painting the things around her like her blankets, her kitchen and the huge wardrobe upstairs that she once locked herself in in a fit of madness. She perpetually kept her head wrapped in a kerchief to contain her pounding headaches while she spent every moment cleaning something, anything. Her obsessive work ethic was a coping mechanism, a distraction from a homesickness that never subsided. Anna’s domestic chores only hid her mental instability to an extent. From the day she had arrived in America she had been intensely homesick and lonely. Their poverty, of course, did not make things any easier. Heavy, tiring farm work and bearing four children in five years was too much for Anna’s weakened mental state. In the early 1930s she could no longer control her moods. Though they were now making more money Anna was still forced to beg for money from Karl for the children’s Easter and Christmas gifts. His tightfistedness wore on Anna who already had focused her anger on him for forcing her to leave Germany. When Karl did not return on time from a moose hunt Anna took a pistol and shot herself in the head in a tantrum, grazing her skull. At a breaking point Karl had her taken, screaming and fighting, to the state hospital. Anna spent the next decade in and out of the hospital, so much so that their youngest, Elizabeth, was born there in the mental hospital. Sometimes when they would visit, Anna wouldn’t recognize them so when she came home permanently the housekeepers Karl had hired stayed on and as did Anna’s sister Matilda to care for her. When Andy Wyeth was nearly finished with his portrait of Karl, Anna woke up in the middle of the night and carried it away. Karl heard her footsteps and found her angrily talking to the painting; she was headed to the woodshed. “I’m going to chop you up!” she told him. In 1970 Anna unexpectedly agreed to finally pose for the famous artist who spent so much time at the Kuerner Farm that he had his own key and came and went as he pleased. She only sat briefly for one day before becoming angry with his slow method and her portrayal, Andy was forced to paint the rest from memory. When he was finished she said she didn’t like it. Andrew Wyeth also completed The Kuerners from memory which captured their frequent warring personalities, especially when he witnessed Anna walking into the line of fire from Karl’s rifle. You can see it here.

In the late 1970s Karl was diagnosed with leukemia. He insisted on staying at the farm with his wife so two nurses were hired to help their housekeeper care for him. One night he woke up suddenly to find Andy Wyeth sitting vigil at his bed. He thought he had heard a snapping noise. Andy explained that the noises he was hearing were just memories from WWI, his favorite story actually. A story Andrew loved to retell: During the war Karl heard a clicking sound one night. Without asking for orders, permission, or thinking much about it he unloaded his machine gun into the pitch black night. Initially he was in trouble with his commanding officer…that was until they found quite a few French soldiers dead on the wire. The noise he’d heard had been the sound of barbed wire being cut. Karl Kuerner died in 1979. Anna survived him by 18 years, passing in 1997. She is buried in Pennsylvania. Karl Jr.’s son would become an artist, just like Andy Wyeth.

Sources: 1, “Andrew Wyeth” by Richard Merryman, tour guide from Brandywine River Museum {tours of the Kuerner Farm are available through the Museum except in the winter months}"


Source : http://ashorthistoryblog.com/the-neighbors-whisper-about-the-germans-in-the-icy-white-house-up-on-the-hill/

Nous reprendrons donc immédiatement ci-dessous certains passages importants de ce texte ... en les traduisant au passage...  Smile




Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 10:43, édité 21 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les Kuerner, racines ...

Message  Northman le Mer 8 Mar - 23:03



Karl Kuerner naquit en 1898, donc à la charnière des XIXe et XXe siècles, dans un petit village du sud de l'Allemagne, en Forêt Noire, dans l'ancienne province de Wurttemberg, fusionnée dans le land Bade-Wurtemberg en 1952. Je n'ai pas encore trouvé le nom du village. Andrew Wyeth étant né en 1917 - le centenaire de sa naissance est donc fêté cette année, y compris ici, à notre façon  Smile -, Karl Kuerner avait donc 19 ans de plus que lui.



Karl Kuerner était berger. Puis vint la Première Guerre mondiale, voir post ci-dessous. En 1914, il avait donc 16 ans.



Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 17:42, édité 11 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Karl Kuerner mitrailleur en 14-18, guerre ...

Message  Northman le Mer 8 Mar - 23:03



Karl Kuerner a 16 ans en 1914, 20 ans en 1918. Tout jeune ! Et mitrailleur lors de la Première Guerre mondiale, dont on commémore aussi actuellement les cent ans, mais cette fois triste anniversaire dont les bougies sont ces milliers de monuments aux morts érigés partout, du moindre petit village à la grande ville... La mitrailleuse évoque immédiatement toute l'horreur de ce conflit, première grande "claque" du XXème siècle en ce sens que la science, portée très haut dans l'idéal de certains hommes à la charnière des XIXe et XXe siècles, la science sensée être au service du progrès de l'humanité, s'est mise en 14-18 au service d'une des pires manifestations de la connerie humaine, la guerre. La mitrailleuse, c'est l'irruption de "l'efficacité" technologique dans la guerre, une faucheuse "industrielle" qui a fait d'énormes hécatombes, face à des habitudes de guerre d'un autre âge. J'ai trouvé un très bon document sur la mitrailleuse et 14-18 :






Source : http://www.cndp.fr/crdp-rouen/images/pdf/centenaire/lamitrailleuse.pdf

La tristement célèbre mitrailleuse allemande MG08 :



Présentation froidement technologique de cette machine infernale avec son sinistre crépitement,
cauchemar des poilus, à 3'43" :




Kuerner a aussi vécu l'enfer de Verdun - et encore une fois, si jeune ! -puisqu'il fut décoré de la croix de fer suite à une blessure au bras lors de cette terrible bataille. C'est la version du long article en anglais ci-dessus. On ne sait pas s'il conserva des séquelles physiques de cette blessure, mais ce qui est certain, c'est que comme pour tant d'autres cette guerre dut laisser en lui de fortes séquelles psychiques.... Nous allons explorer un peu cela dans le post suivant. A l'époque, les psychologues ou les psychiatres, c'était "pour les fous", et il n'était pas dans l'air du temps d'aller faire tout un travail sur ses traumatismes psychiques de guerre... Ces pauvres types devaient se débrouiller seuls, et souvent les épouses et les enfants trinquaient beaucoup. On dit que les traumatismes psychiques de guerre ont des répercussions sur au moins trois générations... Les guerres larguent aussi des bombes psychologiques à retardement...



Dernière édition par Northman le Jeu 9 Mar - 19:55, édité 29 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Karl Kuerner, violence ...

Message  Northman le Mer 8 Mar - 23:03



Je vous livre une traduction (pas de) brute :

"Anna et les cinq enfants des Kuerner participèrent aussi aux durs travaux de la ferme de Chadds Ford. Karl Kuerner menait ce petit monde d'une main de fer, parfois avec violence, les battant parfois simplement pour se défouler de ses frustrations de fermier. Sa fille Lydia se souvient : " Si les vaches faisaient quelque chose de mal, c'est nous qui trinquions. Les coups reçus m'obligeaient à aller à l'école avec le pouce bandé et je devais mentir au professeur en disant que c'était moi qui m'étais blessée, alors que c'était mon père qui m'avait fait cela. Bon... je lui ai pardonné, mais je n'ai jamais oublié". Les punitions qu'il distribuait étaient pires quand il avait bu. En état d'ébriété il fouettait leurs jambes avec une sangle, mais ses punitions préférées étaient pour Karl junior en le forçant à traire les vaches après avoir ôté les protections contre leurs coups de pattes."

La ferme Kuerner, ça n'était pas vraiment la Petite Maison dans la prairie...

Nous devons être prudents, car nous ne connaissons rien de l'enfance de Karl Kuerner, mais la guerre 14-18 n'a certainement rien arrangé côté violence. Elle a rendu toute une génération alcoolique, car c'est avec l'alcool qu'ils pouvaient tenir dans les tranchées, et surtout en sortir face au feu mortel. Par contre, je pense que les chefs devaient veiller à ce que les mitrailleurs ne soient pas trop imbibés d'alcool : Ils devaient viser loin et juste...

Pour le mitrailleur la mort est mise à distance*, vu la portée de l'arme. Des dizaines et des dizaines de petites silhouettes humaines qui tombent au loin, à chaque charge, dans le no man's land, entre les tranchées ennemies. Banalisation de la mort dans une absurde et effroyable "logique de guerre". Mais quelles traces cela peut-il laisser dans le psychisme d'un tout jeune homme ?

Je me souviens d'un film sur des Casques bleus britanniques ayant assisté impuissants à des violences terribles en ex-Yougoslavie, puis ayant été suivis ensuite dans leur quotidien une fois de retour en Angleterre : Ils avaient tous parfois de terribles bouffées de violence verbale et/ou physique incontrôlées, explosant pour trois fois rien. Comme si un démon de la violence s'était emparé d'eux au cours de leur mission, resurgissant ensuite par épisodes violents et incontrôlables, comme s'ils en étaient possédés.

Je suis en désaccord avec l'auteur de l'article qui semble au vu du titre du paragraphe attribuer la violence de Karl Kuerner à ses racines germaniques.

Il serait quand-même bon d'avoir un recoupement des informations livrées ici sur la violence de Karl Kuerner, en les croisant avec d'autres sources.

* La plupart du temps, précision très importante s'agissant de Karl Kuerner, nous verrons pourquoi vers le ... 20 mars.

Où verriez vous la violence dans ce portrait de Karl Kuerner réalisé
par Wyeth en 1948 ? Jean-Yves ? Une analyse de cette oeuvre ?




Andrew Wyeth : Karl (1948)

Karl Kuerner a donc alors 50 ans.




Dernière édition par Northman le Ven 10 Mar - 22:42, édité 27 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les Kuerner émigrent aux USA ... déracinement

Message  Northman le Mer 8 Mar - 23:03



"Après la guerre Karl Kuerner fut à nouveau berger, toujours en Allemagne. Il rencontra Anna Faulhaber et l'épousa en 1921, donc à l'âge de 23 ans. Quel âge avait alors Anna ? Louise fut leur premier enfant, puis ils perdirent un garçon en bas âge. Après la guerre la vie était dure en Allemagne et les Kuerner l'éprouvèrent comme beaucoup d'autres. En 1923 Karl Kuerner décida de laisser cette vie allemande derrière lui et d'émigrer aux Etats-Unis. L'histoire suit ensuite les grandes lignes habituelles. Pour pouvoir traverser l'Atlantique ils vendirent tous leurs biens et Karl débarqua sur l'île Ellis avec juste 25 dollars dans sa poche. Un oncle de Philadelphie lui trouva un travail dans un abattoir. Au bout de deux ans il avait suffisamment épargné et Anna et Louise purent le rejoindre. Anna fut malheureuse dès qu'elle mit le pied sur le sol américain. Elle en eut le coeur brisé et jusqu'à sa mort souffrit terriblement du mal du pays.


Ellis Island se trouve à New-York. Point de débarquement de paquebots transatlantiques à l'époque :



Emotion ! J'ai trouvé la date d'arrivée de Karl Kuerner à New-York et même le nom du paquebot !

Source : http://libertyellisfoundation.org/passenger

Confirmation de l'année 1923 donnée par l'article : Bon recoupement ! Arrivée du paquebot Resolute à New-York le 31 août. Port de départ, Hambourg. Le nom du paquebot correspond si bien
à Karl Kuerner ! On a une confirmation de l'année de naissance de Karl, 1898, par son âge de 25 ans à l'arrivée aux USA en août 1923. Son dernier  village de résidence en Allemagne est Neuffen :




Il s'est déclaré célibataire alors qu'il est marié avec Anna, qui arrivera le 1er janvier 1925 - là encore, même année dans l'article- à New York à bord du paquebot Andania, elle aura alors 26 ans.
Elle était donc née en 1899 et avait un an de moins que Karl. Anna a été enregistrée sous son nom de jeune fille, Faulhaber :



Superbe recoupement : Leur fille Louise a traversé la même année et dans le même paquebot aussi sous le nom de Faulhaber :



Leur petite Louise avait donc trois ans à son débarquement aux USA, sur Ellis Island, à New York.



Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 21:13, édité 60 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Karl Kuerner, "hard worker"

Message  Northman le Jeu 9 Mar - 6:07



"Finalement Karl trouva un travail mieux payé [qu'à l'abattoir] comme mécanicien dans une usine de locomotives, mais Anna insista pour déménager à la campagne. Peut-être comme un petit baume au coeur pour essayer de soigner la profonde nostalgie de son Allemagne rurale. Du coup Karl trouva un travail de palefrenier dans une ferme appartenant au gouverneur, près de Chadds Ford en Pennsylvanie. L'année d'après ils déménagèrent encore, cette fois dans leur propre ferme, dont Karl payait le loyer avec l'argent de la tonte des moutons."





wait


Dernière édition par Northman le Ven 10 Mar - 9:31, édité 7 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Karl Kuerner, quelle "détente" ?

Message  Northman le Jeu 9 Mar - 6:09



Celle d'un Winchester 70 :



"Chaque jour après le travail, Karl rôdait dans le périmètre de la ferme* avec son fusil Winchester 70 et tirait sur des corbeaux, marmottes, opposums et mouffettes. Pour conserver une marque de ses proies tuées il clouait des queues de marmottes sur le hangar à bois, sorte de récit informel. Les armes à feu [décidément, on en sort pas ! Mais Karl Kuerner n'avait certainement pas été placé mitrailleur pas hasard] et la chasse étaient son seul loisir ... à suivre..."

La période du Groundhog Day n'était donc pas vraiment "bisounours" chez Karl Kuerner. C'était la fête des marmottes ... dans le sens cynique du mot : Les pauvres bêtes ne devaient même pas avoir le temps de faire de la météo... Sûr qu'il devait guetter leurs sorties des terriers ! Mais pas pour voir si elles allaient rester dehors où y retourner...  What a Face


En plus, un Winchester 70 à lunette :




* D'après l'article du New York Times ci-dessous, écrit suite à la mort de Karl Kuerner, sa ferme s'étendait sur 200 acres soit environ 81 hectares, un bon territoire de chasse ! L'acre anglo-saxonne est définie avec une chaîne de 66 pieds (soit 20,116 8 mètres selon les valeurs de compromis de 1959) et égale 66 × 660 = 43 560 pieds anglais carrés ou 40,468564224 ares ou encore 4 046,856422 m2.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Acre_(unit%C3%A9)

On arrondit à 4046,87 m² : 200 x 4046,87 = 80 9374 m² soit 81 hectares.

Je pense pouvoir déduire que Karl avait appris à chasser très jeune avec son père, en Forêt Noire, et que ce seul loisir qu'il avait le reconnectait avec ce passé-racine, tout en lui faisant prendre un peu de recul par rapport au lourd climat de la maison. Le fait qu'il fût placé mitrailleur en 14-18 n'est certainement pas un hasard. Lors de sa préparation militaire, bien que tout jeune il fut certainement repéré par ses supérieurs comme étant bon tireur, certainement aussi avec une bonne vue.



Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 16:47, édité 27 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Anna Kuerner, souffrance

Message  Northman le Jeu 9 Mar - 6:11



" Anna avait pour habitude de sonner la cloche pour prévenir que le souper était sur la table, et si vous arriviez plus de 10 minutes en retard, elle avait déjà ôté votre couvert : Rien à manger pour vous."




Grâce aux recherches sur les registres de débarquement de migrants, voir ci-dessus, j'ai pu déduire l'année de naissance d'Anna Kuerner, 1899, et donc son écart d'âge avec Karl, 1 ans, puisqu'il est né en 1898. Cela signifie qu'Anna avait 22 ans lorsqu'ils se marièrent en 1921.

" ... Généralement quand Andy [Wyeth] était là, elle l'ignorait quand il lui parlait, surtout s'il lui demandait de poser pour lui. Il se contentait de peindre les objets autour d'elle, comme ses couvertures, sa cuisine et sa grande garde-robe à l'étage, dans laquelle elle s'était une fois enfermée au cours d'un accès de folie. Sa tête était en permanence enserrée dans un foulard qui la soulageait de ses maux de tête lancinants. A tout moment elle astiquait quelque chose, n'importe quoi. Ce comportement obsessionnel était un mécanisme de défense, une distraction du mal du pays qui ne la quitta jamais. Ces corvées domestiques obsessionnelles d'Anna ne contenaient son instabilité mentale que jusqu'à un certain point. Depuis le jour de son arrivée en Amérique elle avait intensément souffert du mal du pays et de solitude. Leur pauvreté ne facilitait pas les choses. Le dur et fatigant travail de la ferme et quatre grossesses en cinq ans, [ avec perte d'un garçon en bas âge, ne pas l'oublier] c'en était trop pour le système nerveux affaibli et fragile d'Anna: Au début des années 1930 elle perdit le contrôle de ses mouvements d'humeur. Bien qu'ils gagnassent plus d'argent, Anna était encore obligée d'en quémander à Karl pour les cadeaux de Pâques et de Noël des enfants. Cette radinerie amplifia le ressentiment et la colère qu'elle focalisait sur lui du fait qu'il l'avait forcée à quitter l'Allemagne. Un jour, Karl ne revint pas à l'heure d'une chasse à l'élan. En rage, elle prit un pistolet et se tira une balle dans la tête, mais heureusement la balle ne fit qu'érafler sa boîte crânienne..."


Etait elle en rage simplement à cause du retard de Karl, ou imaginait elle quelque chose de caché derrière ce retard ? Vu la violence de son acte, on peut légitimement se poser la question. Allez donc savoir ce qui avait bien pu lui traverser la tête, ce que la balle fort heureusement ne fit pas... Un acte de grande détresse en tout cas.




" ... les bornes avaient été dépassées et suite à cela Karl l'emmena de force à l'hôpital public. Elle criait et se débattait. Anna passa les dix années suivantes à naviguer entre l'hôpital et la maison, au point que leur dernière enfant, Elisabeth, naquit à l'hôpital psychiatrique.  Quelques fois quand ils allaient lui rendre visite, Anna ne les reconnaissait même plus, de sorte que lorsqu'elle revint à la maison de façon permanente, Karl embaucha Matilda, la soeur d'Anna, pour prendre soin d'elle. Quand Andy Wyeth eut presque terminé son portrait de Karl, Anna se réveilla au milieu de la nuit et l'emporta. Karl entendit ses pas, se leva, et la trouva parlant avec colère au tableau, faisant face au hangar à bois. "Je vais te couper en morceaux" lui disait elle [au tableau/ à Karl sur le tableau]." De façon inattendue, en 1970 Anna accepta de poser pour le célèbre artiste qui avait passé tant de temps à la ferme qu'on lui en avait confié les clés et qu'il pouvait y venir à sa guise. Elle s'assit brièvement au cours d'une journée avant de s'impatienter et de se mettre en colère à cause des méthodes, trop lentes à son goût, de son portraitiste, et Andy dut terminer de mémoire. Quand il eut terminé elle lui dit qu'elle n'aimait pas le tableau. Andrew Wyeth dut aussi terminer de mémoire "The Kuerners"tableau juste ci-dessus à cause de leurs fréquents conflits, qui éclataient en particulier quand Anna marchait dans la ligne de mire du fusil de Karl.

PS : Si quelqu'un propose une meilleure traduction, aucun problème.



Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 17:50, édité 28 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Les enfants des Kuerner

Message  Northman le Jeu 9 Mar - 6:12

wait
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

La relation Wyeth - Kuerner

Message  Northman le Jeu 9 Mar - 6:13








wait


wait





Il doit être possible d'aller plus loin :






Dernière édition par Northman le Sam 11 Mar - 21:17, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Ven 10 Mar - 9:35

wait
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Jean-Yves Amir le Sam 11 Mar - 21:24

Très beau travail d'enquête, Northman! Chapeau!
Que tu aies retrouvé les noms des bateaux de ces "migrants" m'a impressionné!


Northman a écrit:
Où verriez vous la violence dans ce portrait de Karl Kuerner réalisé
par Wyeth en 1948 ? Jean-Yves ? Une analyse de cette oeuvre ?



Andrew Wyeth : Karl (1948)
Karl Kuerner a donc alors 50 ans.
[/justify]

Ce qui me frappe, en regardant ce tableau, c'est qu'il est dur, et que Wyeth ne faisait pas de cadeaux à ses amis. De même que dans le portrait de Christina Olson.

Karl Kuerner, montré en contreplongée, a un air "satisfait de lui-même" assez désagréable, un air dominateur même.
La lézarde au plafond, qui rejoint sa tête - ou part de son crâne peut-être? - est franchement inquiétante: ne serait-il pas un peu fêlé, cet homme?
Sans parler des deux crochets...
Je trouve que ce portrait fait peur, et il est très surprenant que Wyeth ait représenté de cette façon un homme qu'il considérait comme un ami.
Il en va un peu de même avec le double portrait d'Anna et de Karl. Il est dur et cru. Comment Wyeth pouvait-il montrer ces tableaux à ses modèles sans que ceux-ci les vivent mal?

Et je pense avoir compris que Wyeth lui-même n'appréciait pas la chasse ni les armes à feu... Sur quelles bases pouvaient s'établir leurs relations?
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1434
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Dim 12 Mar - 9:59



Jean-Yves Amir a écrit:Très beau travail d'enquête, Northman! Chapeau!
Que tu aies retrouvé les noms des bateaux de ces "migrants" m'a impressionné!

Merci. Un moment d'émotion avec ces paquebots transatlantiques, toute une époque, mais cela a surtout permis de trouver l'année de naissance d'Anna Kuerner.

Jean-Yves Amir a écrit:La lézarde au plafond, qui rejoint sa tête - ou part de son crâne peut-être? - est franchement inquiétante: ne serait-il pas un peu fêlé, cet homme?
Sans parler des deux crochets...  

Oui, fêlure, exactement ça... Ou encore, pas une araignée, mais des orages dans le plafond, qui occupe tout le haut du tableau et est écrasant, dominant la tête de Karl Kuerner, qui lui même dominait son petit monde d'une poigne de fer... atmosphère lourde. Crises de violence foudroyantes qui arrivent sans crier gare, en particulier sous l'emprise de l'alcool. L'éclair est comme canalisé par un des crochets de boucherie, Karl a vécu celle de 14-18 et ça a laissé des traces, que nous retrouverons dans Spring. Et à son arrivée aux USA son oncle de Philadelphie n'a rien trouvé de mieux que de lui trouver un emploi dans un abattoir. Pas très psychologue, l'oncle d'Amérique. Cela me rappelle aussi un petit ( dans les deux sens du mot) président qui disait vouloir pendre un de ses rivaux à un crochet de boucherie. Grande violence verbale trahissant un état d'esprit totalement indigne d'un président...



Jean-Yves Amir a écrit:Je trouve que ce portrait fait peur, et il est très surprenant que Wyeth ait représenté de cette façon un homme qu'il considérait comme un ami.
Il en va un peu de même avec le double portrait d'Anna et de Karl. Il est dur et cru. Comment Wyeth pouvait-il montrer ces tableaux à ses modèles sans que ceux-ci les vivent mal?

Et je pense avoir compris que Wyeth lui-même n'appréciait pas la chasse ni les armes à feu... Sur quelles bases pouvaient s'établir leurs relations?

C'est exactement la bonne question. Pour y répondre, nous devrons faire le même style de travail biographique qu'ici, mais sur les racines d'Andrew Wyeth, son enfance et la personnalité de son père. C'est un travail qui permettra aussi d'aller plus loin sur des tableaux que nous avons déjà commencé à analyser. Qui s'y colle ?  Smile



Dernière édition par Northman le Dim 12 Mar - 12:35, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Jean-Yves Amir le Dim 12 Mar - 12:34

Northman a écrit: Qui s'y colle ?  Smile

Je dois te dire, Northman, que j'ai toujours été réticent vis à vis de l'approche biographique des artistes... Suite de l'échange déplacé ici.



Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 12 Mar - 23:09, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1434
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Jean-Yves Amir le Dim 12 Mar - 18:57

Je tombe à l'instant sur ceci, qui croise bien (si je comprends) ce qui a été dit plus haut.

He liked the idea that figures might be implicit in the image. He suggested that “Christina’s World” might have been better had he “painted just that field and have you sense Christina without her being there.” Occasionally, as when he painted Christina head-on, he turned her face into a kind of landscape, the weathered features being a topography.
His subjects were family, friends and his immediate surroundings in Pennsylvania and in Maine, the reflections of the circumscribed existence he chose for himself. Repeatedly he painted, besides Christina, his friend Walt Anderson; Ben Loper, a black handyman, who posed for “A Crow Flew By,” and Karl and Anna Kuerner, neighbors whose farm became the Pennsylvania counterpoint to the Olson’s place in Maine. Karl was an avid hunter and a former German machine-gunner in World War I who died in 1979, at 80. There were rumors that he was a Nazi sympathizer, which drove Wyeth during World War II to search the Kuerner house for a wireless spy transmitter.
Wyeth said he was intrigued by the combination of cozy domesticity at the Kuerners’ and the knowledge that Karl had gunned down soldiers. One portrait of Karl shows him cradling a rifle. It was done in a room at the house with a moose rack on the wall. Wyeth recalled that while he was painting Anna walking into the room to summon her husband to dinner, the barrel pointing directly at her. He quickly rubbed out the antlers and painted her in. Wyeth’s wife later titled it “America’s Sweethearts.”
Wyeth described several other portraits of Karl as surrogate portraits of N.C., whom he had never painted. His father died in 1945 with a grandson, Newell, the four-year-old son of N.C.’s son Nathaniel and daughter-in-law Caroline, when their car stalled on a railroad crossing. It was struck by a train, an event that Wyeth linked to such melancholic and metaphoric pictures as “Winter,” of 1945. “The German,” a portrait of Kuerner in a helmet, was painted in 1975 when he was dying of cancer. Wyeth said he was painting cold eyes “that have looked down a machine-gun barrel, squinted great distances,” adding, “those are my father’s lips — cruel.”
Source http://biographiesii.blogspot.fr/2016_03_01_archive.html
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1434
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Mar 14 Mar - 10:51



Jean-Yves, as-tu pensé à nos amis non-anglophones ? Ton texte ci-dessus est important mais il faudrait le traduire pour mieux l'utiliser ensuite.

Le plafond semble écrasant, étouffant sur ce portrait de Karl : Il surplombe de très près la tête de Kuerner, effet augmenté par la vue en contre-plongée qui elle-même renforce le côté dominateur de Kuerner - voir plus haut ce qu'a écrit Jean-Yves-, qui effectivement menait, à la ferme, très fermement son petit monde :



Le "plafond"*, celui du ciel, la base des nuages, est bas et lourd, pesant. Après l'éclair, le tonnerre gronde...


Kuerner domine mais il est lui même dominé. J'ai eu l'intuition qu'il devait exister une expression idiomatique anglaise qui entrerait en pleine résonance avec ce tableau, et je l'ai effectivement trouvée :

Source : Harrap's, Dictionnaire des expressions anglaises, ISBN 978 8 81 8702178 ( 423 pages, 10 €, acheté hier) > Ceiling (plafond)> Une seule expression idiomatique proposée, et en plein dans le mille >
"To hit the ceiling. Langage familier : Sortir de ses gonds, piquer une crise, péter les plombs. Ex : When he saw the telephone bill, he hit the ceiling. Quand il a vu la note de téléphone, il a piqué une crise."

"Anna et les cinq enfants des Kuerner participèrent aussi aux durs travaux de la ferme de Chadds Ford. Karl Kuerner menait ce petit monde d'une main de fer, parfois avec violence, les battant parfois simplement pour se défouler de ses frustrations de fermier. Sa fille Lydia se souvient : " Si les vaches faisaient quelque chose de mal, c'est nous qui trinquions. Les coups reçus m'obligeaient à aller à l'école avec le pouce bandé et je devais mentir au professeur en disant que c'était moi qui m'étais blessée, alors que c'était mon père qui m'avait fait cela. Bon... je lui ai pardonné, mais je n'ai jamais oublié". Les punitions qu'il distribuait étaient pires quand il avait bu. En état d'ébriété il fouettait leurs jambes avec une sangle, mais ses punitions préférées étaient pour Karl junior en le forçant à traire les vaches après avoir ôté les protections contre leurs coups de pattes."

Revoir la suite plus haut, ici


Jean-Yves a écrit:Je trouve que ce portrait fait peur,...

Absolument ! Car il est comme un arrêt du temps juste à la fraction de seconde qui peut précéder un "pétage de plombs", un hiting the ceiling...

La contextualisation de ce tableau dans langue de l'artiste peut donc vraiment en approfondir notre compréhension.

* Je vais chercher si les aviateurs anglais utilisent le même mot, les mêmes expressions, comme "le plafond est très bas aujourd'hui"... oui :





avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Spring (1978)

Message  Northman le Dim 19 Mar - 10:17



C'est demain l'équinoxe de printemps, occasion de revenir sur le tableau Spring (1978) d'Andrew Wyeth, à la lueur des
découvertes biographiques sur Karl Kuerner, ci-dessus :



L'étymologie du mot spring évoque le surgissement, que l'on retrouve dans un second sens de ce mot, ressort. Je suis
quasiment certain que Wyeth a donné ce titre en laissant la possibilité de l'interpréter dans les deux sens. Nous allons
voir pourquoi...

avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Dim 19 Mar - 11:46



Jean-Yves Amir a écrit:J'ajoute tout de suite ce commentaire de Wyeth sur Spring car je crois qu'il répond très bien à ce que tu ressens.... Cette histoire tapie sous le sol, sous "l'ossature du paysage"....


WYETH 1978 SPRING

Voici une étrange image de Karl Kuerner (voisin et ami de Wyeth à Chadd's Ford) qui m'a emmené loin et profond. Elle a une bonne qualité qui vous "tire". (?) C'est venu quand je l'ai vu dans son lit, agé et de plus en plus malade. Il s'est brusquement réveillé et a dit : "Andy, tu as entendu ce claquement?". Il avait le regard lointain... Ce bruit sec était son souvenir des barbelés qu'on coupait sur le front pendant la première guerre mondiale. Une nuit, il avait entendu ce son et avait ouvert le feu avec sa mitrailleuse. Son supérieur l'avait incendié.  Quand le jour se leva, il y avait un bataillon entier de soldats français morts, sur les fils juste devant son poste de tir. Il a eu la Croix de Fer. Mon Dieu, j'avais l'impression d'être avec lui sur le front de l'ouest, assis à ses côtés. Cette histoire m'a emmené loin de là où j'étais - avec un vieil homme alité - et j'ai pensé "cet homme est hors du temps", et j'ai alors commencé à penser à ces monticules (amoncellements? tumuli?) là haut sur la colline et pourquoi ne pas le mettre dans l'un d'entre eux.
Il y a cet autre "monticule" là-bas et j'espère que les gens qui regardent ce tableau demanderont "Qui est là-dedans?"
(Merci à Slvbdx pour sa traduction)

Source: "Andrew Wyeth, Autobiography" Introduction by Thomas Hoving, ed Bulfinch Press, Hachette Book Group

Lien interne : http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t275-winter-quelque-chose-attend-tapi-dessous#3455

avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Kuerner, recherches biographiques

Message  Northman le Dim 19 Mar - 11:52



Karl Kuerner est décédé le samedi 6 janvier 1979 d'une leucémie. Le tableau a été peint en 1978. Il serait intéressant de savoir à quel mois. Karl Kuerner approche de la fin de sa vie et lui remonte, resurgit, du passé une scène de guerre sur laquelle il faut réfléchir un peu. En effet Karl Kuerner était mitrailleur, nous avons vu cela plus haut, et de jour, vu la portée de l'arme, les hommes qu'il abattait étaient loin, sur le no man's land. Avec cette histoire de tentative d'un bataillon français de passage de la ligne de fils barbelés protégeant la tranchée allemande, Karl Kuerner tire de nuit, au jugé, et voit au lever du jour le terrible "spectacle" des hommes qu'il a tués, cette fois de près. Difficile de dire combien d'hommes tués, il faudrait être certain de la précision du mot "bataillon", mais ce qui est sûr c'est qu'il aura pu alors réaliser de près ce qui se passait la plupart du temps de loin, voir de près les effets de sa redoutable faucheuse d'hommes. Cette scène de guerre traumatisante pourrait donc être, peu avant sa mort, comme un resurgissement, une remontée à sa conscience, un "effet ressort" du passé, et nous pourrions avoir là un second sens du titre Spring.  

Mais je propose de reprendre d'abord l'oeuvre à l'état brut, en dehors de toute contextualisation :

http://lartcommeonlaime.forumactif.org/t290-etude-de-spring-1978

Nous y reviendrons ensuite. 

avatar
Northman

Messages : 548
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum