"Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Jeu 8 Juin - 17:41

archivons

http://1libertaire.free.fr/MFoucault442.html


google a écrit:Résultats de recherche
Trouer la membrane. Penser et vivre la politique par des gestes
https://appareil.revues.org/1546
Des gestes politiques. Penser le geste avec Pierre Rivière. Typologie et logique des gestes de contre-conduite. L'éclipse des gestes politiques. Lectures de ...
Philippe Roy, Trouer la membrane, penser et vivre la politique par des ...
https://appareil.revues.org/1495
de J Dupuis - ‎2013 - ‎Autres articles
12La première partie, si l'on excepte la lettre à Pierre Rivière, est le déploiement progressif de la notion de geste, avec son milieu, le diagramme, son site de ...
[PDF]Extrait du livre PDF
livre.prologuenumerique.ca/telechargement/extrait.cfm?ISBN=9782296492875...
11. Penser le geste avec Pierre Rivière. P......



alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Jeu 8 Juin - 18:44


alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Jeu 15 Juin - 18:57



Jai fini de lire le livre "Moi, Pierre Rivière..."
Le dernières pages sont surtout centrées sur les questions des rapport entre medecine et magistrature ,
entre mededecine généraliste et psy naissante... Fou , pas fou ect..
Tout cela abordé au gré de l'évolution des lois , des "circonstances atténuantes" ou pas.
Sans même parler de la question , qui peut sembler bizarre de nos jours ,mais pas en 1835 .. "régicide - parricide"..
Je tiens cela à la disposition de ceux-celles qui seraient intéresséEs.


Mais je ne peux oublier le potentiel émotionnel de cette triste affaire , quasi "poétique"..
alors même que le "petit Grégory" réapparaît ces jours-ci.

Je ne peux me détacher ce qui me touche en tout ça : des affaires de FAMILLE !
Je n'en ai rien à dire , je constate.

De tous les cas que j'ai cités plus haut , Roman et consorts ,je suis comme tout le monde,
je ne peux pas imaginer que cela aurait pu m'arriver , mais je reste ébahi.


l'Est Républicain, a écrit:L'oncle et la tante septuagénaires et la grand-mère ont été arrêtés dans le village d'Aumontzey
et la belle-soeur à Arches, dans les Vosges, pour des faits de «complicité d'assassinat, non-dénonciation de crime,
non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d'empêcher un crime»,

]

]

]


alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Jeu 15 Juin - 19:00

et je vais relire Duras

"Sublime, forcément sublime, Christine V"


MD a écrit:« L’enfant a dû être tué à l’intérieur de la maison. Ensuite il a dû être noyé. C’est ce que je vois. C’est au-delà de la raison. Je vois ce crime sans juger de cette justice qui s’exerce à son propos. (…) Personne n’a vu jouer l’enfant devant la maison. La fermière qui est la première voisine n’a pas vu l’enfant ce soir-là, alors qu’elle le voyait tous les soirs lorsqu’elle ramenait ses vaches à l’étable. D’ailleurs ce tas de sable pour jouer il n’existe pas. » Ces phrases signées Marguerite Duras ont été publiées le 17 juillet 1985 dans le quotidien Libération, la une barrée par Le droit à l’innocence. L’article en pages intérieures est titré Sublime, forcément sublime, Christine V.  Nous sommes au 273e jour d’un fait divers qui va bouleverser la France et transformer durablement la relation entre les médias et le pouvoir judiciaire : l’affaire du petit Gregory.

https://simbuisson.wordpress.com/2012/11/13/marguerite-d-ou-le-paradoxe-de-lecrivain-journaliste/

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Ven 16 Juin - 12:52

Michel Foucault nous manque

lemonde16juin2017 a écrit:De mai 1981 à mai 1983

Un mystérieux corbeau a harcelé Albert Villemin, le grand-père de Grégory, de centaines d’appels malveillants évoquant des secrets de famille.

16 octobre 1984

Le corbeau s’est ensuite tu, jusqu’au 16 octobre 1984 où, il a appelé Michel Villemin, oncle de Grégory, pour revendiquer l’assassinat du petit garçon moins d’une heure après sa disparition : « Je me suis vengé. J’ai pris le fils du “chef”. Je l’ai mis dans la Vologne. »


Une lettre du corbeau arrivera le lendemain chez Jean-Marie Villemin, le père de Grégory : « J’espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n’est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance, pauvre con. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/06/16/affaire-gregory-l-enquete-cible-le-clan-laroche_5145498_1653578.html#fo33lwy4YQLq32GF.99

En fait je réfléchis à ces histoires de famille qui sont AUSSI des histoires de pognon :
Pierre Rivière et sa mère rapace , Roman et ses dettes , Grégory...

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Mer 21 Juin - 10:40

Puisqu'il est question de familles ( et rapports sociaux)  je suis allé chercher qui étaient ces Jacob de l'affaire Grégory.




La petite Muriel n'apparaît pas , j'ai cherché












Toujours des cars de ramassage scolaire ! comment ne pas penser à L'Humanité de Dumont ?

https://vimeo.com/222476310


alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Mer 21 Juin - 13:15

bon , je vais peut-être finir ici avec la dernière page du recueil sur PierreR

voilà :

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Mer 28 Juin - 16:55

toujours ce car scolaire


ce qu'il serait bon de savoir (???)
c'est si Dumont s'est inspiré de cette histoire de car scolaire


Âgée de 15 ans au moment des faits, 1984,, Murielle Bolle a commencé par raconter aux gendarmes
qu’elle était repartie, ce jour-là, du collège en autocar.
Avant de « craquer » et d’avouer qu’elle est, en réalité, rentrée en voiture avec Bernard Laroche,
son beau-frère, que celui-ci a embarqué Grégory, qu’il est descendu avec lui « près d’une petite place »
avant de revenir seul « un peu plus tard ».


Mais après avoir confirmé ses déclarations, à plusieurs reprises,
devant les gendarmes puis le juge d’instruction de l’époque,
Murielle Bolle était rentrée chez elle et s’était finalement rétractée de ses accusations à l’encontre de Bernard Laroche.
Depuis, « elle s’obstine à nier sa présence dans la voiture de [Bernard Laroche] »,
indique un arrêt de la cour d’appel de Dijon, de 1993, qui explique cette attitude par les possibles pressions de ses proches.

*********

Murielle Bolle confirme d’abord l’emploi du temps de Bernard Laroche : cet après-midi-là, elle a pris le bus pour rentrer chez Louisette depuis le lycée Jean-Lurçat. Son beau-frère les a rejoints, ils ont regardé la télé.
Cependant, la description qu’elle donne du chauffeur ne colle pas.
Empêtrée dans ses contradictions, elle finit par concéder : «Je vous ai menti.»
«Lorsque je me rendais au bus, j’ai été appelée par mon beau-frère, Bernard Laroche.
Sur le moment j’ai été surprise, car c’est la première fois que mon beau-frère venait me chercher à la sortie de l’école»,
précise-t-elle, selon les procès-verbaux.
Par la suite, ils roulent jusqu’à Lépanges-sur-Vologne et s’arrêtent devant chez les Villemin.
«Lorsque Bernard est revenu, il était accompagné d’un petit garçon», dit-elle.
Elle reconnaîtra Grégory. «Nous sommes arrivés dans une localité que je ne connaissais pas.
C’est simplement le lendemain que j’ai appris qu’il s’agissait de Docelles.»
A ce moment-là, Bernard Laroche descend avec le garçonnet et Murielle reste dans la voiture.
Elle ignore ce qui se passe mais «une chose est sûre, Bernard est revenu seul».
Ensuite, ils rentrent chez la tante Louisette.
«Je n’ai rien dit les jours qui ont suivi le drame, car j’avais peur d’en parler», confie l’adolescente.

******************

]
.
]

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Sam 1 Juil - 10:25

Dumont s'attache à montrer le monstrueux dans l'homme.
Avec Pierre et Murielle on se demande de quoi les ados ou post ados peuvent être capable.

Par ailleurs je tisses les 2 car on voit bien que meurtre et suicide sont liés.

Pierre réclame sa propre mort, et Murielle :

lapresse a écrit:Bernard Laroche arrive le 5 novembre 1984 au tribunal d'Epinal,
escorté par les gendarmes qui viennent de l'arrêter.

Ce soir-là, on ne sait pas ce qui s’est passé pour Murielle quand elle rentrée à la maison, à Laveline-devant-Bruyères.
Des voisins assureront lors de l’enquête l’avoir entendue crier.
Dans la nuit, l’adolescente s’enfuit, puis est rattrapée près de la voie ferrée.
Elle aurait tenté de se suicider, dira sa mère, plus tard.

Le 6 novembre, la jeune fille se rétracte.

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère , ma soeur et mon frère ..."

Message  alain le Sam 1 Juil - 12:44

lapresse a écrit:Les participants à cette soirée se souviennent surtout des sanglots de Murielle Bolle. Et aussi des remontrances qui lui ont été faites. La tension qui régnait ce soir-là n'est donc en soi pas une révélation. «Tout le monde pleurait, précise une de ses sœurs, interrogée en 1991. Je sais que ma soeur (NDLR : Marie-Ange, l'épouse de Bernard Laroche) a attrapé Murielle par le col et l'a secouée tout en lui demandant : Pourquoi tu as dit ça ? Pourquoi tu as dit ça ? Murielle pleurait.»



«Lorsque Marie-Ange questionnait Murielle, celle-ci a fait une crise de nerfs. On a appelé le médecin, qui lui a fait une piqûre», ajoute une autre sœur. L'adolescente, alors âgée de 15 ans, est dans une telle détresse qu'elle s'enfuira de la maison parentale, songeant à se jeter sous un train. Elle passera la nuit chez sa sœur et son beau-frère dans l'ouest du département. Le lendemain, accompagnée de plusieurs membres de sa famille, Murielle se rétractera.

alain
Admin

Messages : 555
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum