Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 26 Nov - 15:59

Pour info, il existe une autre version du Déjeuner sur l'herbe, peinte elle aussi par Manet.
Elle se trouve au Courtauld Institute de Londres, et elle est bien plus petite que le tableau du Musée d'Orsay : 116,5 x 89,5cm. http://www.artandarchitecture.org.uk/images/gallery/2454912b.html

Curieusement, elle fait penser à une étude, mais elle aurait été peinte après le grand oeuvre, vers 1863-68 ...



Le commentaire du musée ne dit pas grand chose sur le pourquoi de cette seconde version:
C'est la deuxième version de Manet d'une composition controversée qu'il a montrée lors d'une exposition d'œuvres rejetée par le Salon officiel de Paris. Il retravailla le thème d'un tableau de la Renaissance qu'il avait vu au musée du Louvre, représentant de beaux nus féminins écoutant des musiciens masculins. La peinture de Manet était choquante parce que son idylle pastorale faisait des références délibérées à la vie contemporaine. Les hommes portaient des vêtements modernes et la femme nue était considérée comme laide. En tant que tel, il semblait se moquer de l'art académique.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 26 Nov - 16:28

Extrait de l'excellent site "idixa.net" https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-0707201649.html  voici un texte qui situe bien, je crois, ce qui a pu déranger les spectateurs du tableau en 1863 :




On peut interpréter cette peinture sous l'angle de la discordance. Il y a les discordances les plus évidentes liées au sujet : cette femme nue avec ces hommes habillés, qui scrute le spectateur avec un air de défi, qui le dévisage et se confronte à lui au lieu de se laisser regarder passivement, ce personnage masculin qui semble, lui aussi, observer le spectateur quoiqu'avec détachement, ce beau parleur que les autres n'écoutent pas, cette jeune fille du second plan, en chemise, prenant un bain (le modèle était, paraît-il, une jeune juive de passage - elle semble effectivement s'adonner à un bain rituel plutôt qu'à une baignade dominicale), le désordre des vêtements, le contraste aigu des sexes auquel s'additionne l'écart entre la chair nue, sans ombre (plutôt mal peinte, diront les contemporains), et la nature morte (peinte avec plus de soin), l'indifférence aux conventions dans une scène de la vie sociale, l'absence d'émotion ou de culpabilité malgré le désir sous-jacent (Cézanne au contraire, dans ses Pastorales, metttra en scène l'angoisse du désir), l'absence de modelé en clair-obscur, qui a donné aux contemporains l'impression d'une peinture plate (Courbet et Daumier l'ont remarqué), la lumière crue et égale d'une verrière d'atelier posée dans une nature de convention, des teintes acides dans un paysage peint de façon hâtive, à peine naturelle. L'éclairage est hésitant, hétérogène entre un premier plan sombre et un second plan plus lumineux. Il n'y a pas de trouée vers le ciel ni de perspective; c'est une sorte de caverne, un décor de théatre, étrangement surplombé par un petit oiseau brun (un bouvreuil, méticuleusement peint) qui semble flotter, tout en haut vers le centre, au-dessus d'un abîme, et ponctué par une petite grenouille (rendue de manière hâtive), tout en bas à gauche - comme s'il fallait souligner le caractère éphémère de la scène.
Hubert Damisch (LJDP p60) fait remarquer qu'il s'agit d'un montage ou d'un collage. Michel Fried (LMDM p158), pour éviter l'anachronisme, préfère parler d'adjonction. En tous cas l'intérieur se greffe sur l'extérieur (peint en atelier), le groupe sur le sous-bois, la baigneuse (ou supposée telle) sur la clairière, la femme dévêtue est intercalée artificiellement entre des hommes habillés. Dans cette étrange juxtaposition, Manet se moque des goûts et des interdits de son époque. Il s'amuse à mélanger les genres (c'est un paysage, et aussi un portrait, et aussi une nature morte).
A une époque où l'art officiel (celui de Cabanel ou de Baudry) exploitait sans vergogne un érotisme équivoque, le tableau de Manet montrait avec franchise ce que la peinture pouvait faire d'un corps. Se moquant du beau idéal, il n'hésitait pas à parodier les oeuvres du passé. On pourrait considérer ce tableau célèbre, commenté par des myriades de critiques d'art, comme une simple blague de potache, s'il n'était l'héritier d'une longue tradition
Au Salon des Refusés de 1863, Manet a exposé trois peintures : Le jeune Homme en costume de majo, Mlle V en costume d'espada, et Le Déjeuner sur l'herbe. Les réactions très vives de Napoléon III (qui avait lui-même encouragé ce contre-salon), du public et de la critique se sont concentrées sur ce dernier tableau. Bien que sur un mode moins visible que dans La Musique aux Tuileries, Manet rompt avec le classicisme et l'académisme. En privilégiant les formes brutales et les couleurs chatoyantes, il se rapproche de la technique impressionniste. Mais la polémique porte moins sur le style de la toile que sur son sujet. Le Nu féminin était admis dans la peinture, sous certaines conditions dont aucune n'est remplie. Voici une jeune femme nue, en compagnie de deux hommes habillés en costume contemporain, qui fait face au spectateur sans aucune pudeur, et semble même l'inviter à venir dans le tableau partager leur conversation. Impossible d'interpréter ce tableau de manière allégorique, mythologique ou esthétique. Il s'agit bien de sexe - et c'est cela qui fait scandale et conduit le public soit à marquer son incompréhension, soit à rire de bon coeur, soit à s'indigner devant l'indécence de cette oeuvre.
Si Manet rompt avec les codes de la peinture, il le fait du dedans, en conservant partiellement ces mêmes codes. On peut dire que ce tableau symbolise la décrépitude de l'art académique, tandis que l'Olympia, présenté par Manet deux ans plus tard avec le même modèle Victorine Meurent, symbolise le commencement de l'art moderne.
Les historiens de l'art ont rapproché le Déjeuner sur l'herbe de deux oeuvres dont il est, si l'on peut dire, une traduction (pour employer le terme utilisé par Hubert Damisch) :
- le Concert champêtre, un tableau qui a peut-être été commencé par Giorgione et achevé par le Titien, et dont Manet possédait une copie réalisée par Fantin-Latour. Dans ce pique-nique champêtre, il y a aussi deux femmes nues et deux hommes habillés. Mais les muses appartiennent à un autre monde, elles ne s'occupent ni des musiciens ni du spectateur; et les hommes ne sont pas habillés banalement en costume moderne.
- un détail d'une gravure qui traînait à l'époque dans tous les ateliers, Le jugement de Pâris, produite par Marcantonio Raimondi à partir d'un dessin - lui-même perdu - de Raphaël, où l'on retrouve presque exactement la même posture. Ce dessin ayant été inspiré par un bas-relief hellénistique que Raphaël devait connaître, on assiste au déplacement et à la transformation progressive, sur 15 siècles, d'une chaîne de figures et de signifiants. Pourquoi Manet a-t-il choisi cette gravure comme source d'inspiration? Peut-être simplement à cause de la posture de la naïade - reprise pour la jeune effrontée; mais peut-être aussi pour d'autres raisons. Entre la volonté d'établir un lien avec l'art des maîtres anciens et une certaine ironie par rapport aux règles figées de l'Académie (parallèle à celle de son contemporain Offenbach dans La Belle Hélène), on peut imaginer que Manet était partagé.

D'autres bonnes lectures sur le même site et autour de cette idée d'emprunt chez Manet:
https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-0707172255.html
https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-1202171811.html
https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-1202092153.html
https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-0707182123.html

Et aussi ceci, très dense:
Archéologie des images et logique rétrospective
Note sur le « Manétisme » de Warburg1
Andrea Pinotti
http://imagesrevues.revues.org/3043?lang=en
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Dim 26 Nov - 17:47

merci Jean-Yves!
je vais explorer tes trucs.
Je suis heureux que le sujet t'active!
J'ai finalement écrit ce matin à mon ami-commanditaire.
Il m'a répondu par mail.
Faut pas qu'on se suicide si les gens n'ont pas le temps d'écrire ici ,
c'est comme ça , ça ne doit pas nous empêcher de faire le bon boulot qui nous plaît.
....
Alors , bon ,AlainB me dit que tout ça est super et que
"J'ai trouvé une version tout à fait par hasard hier au soir ... de Jean-Baptiste Boyer


alain
Admin

Messages : 464
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 26 Nov - 18:20

alain a écrit:merci Jean-Yves!
je vais explorer tes trucs.
Je suis heureux que le sujet t'active!

J'ai mis tous ces liens pour les partager, et aussi ne pas les perdre : pas eu le temps de tout lire, mais j'ai bien envie de revenir sur tout ça car je suis convaincu depuis longtemps que Manet est un peintre passionnant.

Mais avant que tu te perdes toi-même dans ces lectures, je voudrais te poser une question simple:
pourquoi AlainB, ton "commanditaire", et toi avez-vous choisi précisément cette oeuvre - le déjeuner - plutôt qu'une autre?

Et sur la lancée, j'aurais envie de demander à Trubs (tu nous lis toujours, Thierry?) s'il peut expliciter un peu mieux ce qui le fascine dans ce tableau?
J'ai longtemps été hypnotisé par ce tableau

Je vous dirai ensuite pourquoi je vous pose ces questions.


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Lun 27 Nov - 11:54, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Dim 26 Nov - 20:11

ah bin pour moi c'est facile de répondre.
AlainB a exposé 2 fois à Arts Poncin.Où je m'active depuis 2014.
Je mets pas son nom ici à cause de google search , mais il ne serait pas contre que je le cite ici, je suppose.
Je vais sans doute lui poser la question.
Et certainement ce serait plus simple pour nos échanges..
Alors on sympathise depuis 2014 et je suis même allé à Lyon voir une expo de lui ,chez lui, moi qui ne sors jamais,
et il y a un mois il me parle d'un rêve qu'il a fait croisant le Déjeuner de Manet et mes manips 3D.
Et il comprend mes manips "real to virtuel"!!

Depuis un moment il fait des autoportraits nu, donc voilà le rapport avec le Déjeuner de Manet,
mais s'il veut bien que je montre son boulot ici ( je vais le lui demander ) vous comprendrez mieux.

alain
Admin

Messages : 464
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Lun 27 Nov - 14:37

J'ai dit à AlainB que je ferai seulement le technicien.
mais en même temps je ne peux pas m'empêcher de chercher des pistes,
et ce qui n'est pas simple c'est qu'il veut une image, à partir d'un objet 3D.

Il est intelligent et je suppose que le défi l'intéresse.
Quant à moi je trouve que ce n'est pas simple héhé

ici en 3D , puis une image print

https://skfb.ly/6uLKG





alain
Admin

Messages : 464
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Mar 28 Nov - 9:57

allez , après ça j'arrête et j'attends AlainB

]



alain
Admin

Messages : 464
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Mar 28 Nov - 11:10

Damish a écrit:...Si Manet a fait scandale, ce n'est pas pour des raisons techniques (la qualité de sa peinture) ni même académiques (le non-respect des règles usuelles de composition); c'est parce qu'avec lui la beauté apparaissait comme un supplément facultatif dont l'artiste, après tout, pourrait légitimement se passer. Mais alors ce qui apparaissait indécent, sous cette beauté dévaluée, n'était pas tant la liberté de l'artiste que l'exhibition de la différence des sexes et l'excitation du désir, exhibition que Manet réitérera deux ans plus tard avec l'Olympia.

alors je vais être hors sujet plus ou moins et je dis iciun truc qui n'a rien à voir avec Damish mais que j'ai pensé ce matin au réveil,
à cause de l'actualité et des actualités au sujet du consentement sexuel de mineur(e)s :
pour faire scandale avec une femme nue ou un homme nu , ce n'est pas le plus facile à faire de nos jours.
Mais je crois que pour toucher le gros buzz scandaleux, mixer adultes et mineur(e)s ça devrait le faire!

alain
Admin

Messages : 464
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  trubs le Mar 28 Nov - 15:13

Il y a aussi pour moi dans ce tableau quelques chose du rêve. La scène est improbable, à la fois réaliste pour l'époque, et complètement surréaliste. Les personnages semblent juxtaposés, chacun existe indépendamment des autres, le poseur hébété, le beau parleur, la femme nue à l'érotisme diffus, la femme qui se baigne ou se lave (?). Le décor lui même est étrange. Il présente de multiples détails mais qui sont plus ou moins esquissés ou plus ou moins présent, qu'il faut deviner (comme la grenouille), comme les images fugaces d'un rêve. Bien sur le tableau n'est pas rentré dans les critères et les catégories artistiques de l'époque, c'est pas du nu ni de la peinture historique ni du paysage... ce qui l'a rendu d'emblée suspect mais en plus il suggère ou réveille des images subliminales, des fantasmes inacceptables pour la société bourgeoise du 19e... et bien plus planant pour moi. Un tableau qui se ressent plus qu'il ne se comprend.

trubs

Messages : 31
Date d'inscription : 28/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  trubs le Mar 28 Nov - 18:26

Et puis on a pas le droit de regarder les gens dans les yeux comme si de rien n'était quand on est une femme à poil! c'est indécent! Il y a un autre truc pas clair, c'est le jeu de pied au centre du tableau. Les corps ne se touchent pas mais ça se frôle de partout. Et le poseur hébété qui est à deux doigts de tomber sur la femme. On peut pas tenir dans cette position. Sur toutes les reconstitutions photographiques que j'ai regardées, le personnage se tient naturellement plus droit...

trubs

Messages : 31
Date d'inscription : 28/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum