Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Sam 16 Déc - 21:48

Le naturisme, autrefois gymnosophie, est né en France, sous la plume et dans l’entourage du géographe Élisée Reclus, (deuxième moitié du xixe siècle). Élisée Reclus y voyait à la fois un moyen de revitalisation physique, un rapport au corps complètement différent de l’hypocrisie et des tabous qui sévissaient alors, une conception plus conviviale de la vie en société, et une incitation à respecter la planète. En France, sous l'influence notamment d'Élisée Reclus, il se développe notamment fin xixe siècle et début xxe siècle au sein des communautés anarchistes issues du socialisme utopique.

Le texte d'Elisée Reclus qui suit est daté de 1905, mais il ne faut pas perdre de vue que l'auteur avait le même âge que Manet ( tous deux nés vers 1830, Manet décédé bien plus jeune en 1883). Ces idées écrites en 1905, à la fin de sa vie, étaient sans doute bien antérieures. Elles éclairent, je crois, le sens profond du Déjeuner de Manet.

La question des vêtements et de la nudité est certainement celle qui a le plus d’importance à la fois au point de vue de la santé physique, de l’art et de la santé morale : aussi est-il nécessaire de préciser ce que l’on pense à cet égard, car le temps est venu de ne plus reculer devant aucune discussion. C’est là une conquête récente de la liberté humaine : il y a peu d’années on eût repoussé d’avance comme attentatoire à la morale toute proposition où la nécessité des vêtements eût pu être contestée. Sous l’influence de cette idée d’origine immémoriale, consacrée par la religion, indiscutée par la morale, on se laissait aller à croire dans la société actuelle, dite civilisée, que les « convenances » se trouvent chez les différents peuples en proportion directe avec les vêtements. La dame élégante affecte de ne pas même voir celui qui marche pieds nus ; les mains, qui sont par excellence les organes de l’action, les metteurs en œuvre de la pensée humaine, sont fréquemment revêtues de gants ; la plupart des femmes chrétiennes non obligées au travail physique vont jusqu’à voiler leur visage, à la façon des mahométanes, sans y être forcées par d’autres tyrans que la mode : ainsi la tête même ne se montre pas librement, un brouillard de tulle ou de crêpe s’interpose entre le regard et la nature ; même les pois noirs ou rouges brodes sur l’étoffe semblent jeter une laie sur les yeux ou parsemer des boutons sur la joue. Les conventions le veulent ainsi, comme aussi en d’autres circonstances les mœurs de la société exigent que la femme apparaisse en pleine lumière les épaules et les seins nus. A l’entrée de Charles Quint dans sa bonne ville d’Anvers, les dames des plus nobles familles se disputaient l’honneur de paraître nues dans le cortège du maître, de même que sous le Directoire, il fallait se vêtir d’étoffes transparentes pour satisfaire aux exigences du bon ton. Toutefois, il faut le dire, la religion, la morale officielles n’approuvent point ouvertement ces écarts de la coutume et s’accommodent beaucoup mieux des vêtements traditionnels qui, en certains pays comme le Tirol, la Bretagne, recouvrent absolument le corps et en rendent la forme méconnaissable. Tel était bien le but de la « Sainte Eglise », qui voyait dans la femme la plus grande incitatrice au péché.(...)
L’équilibre de la santé, le fonctionnement normal du corps ne peuvent se rétablir complètement, les maladies provenant des alternatives du froid et du chaud continueront de menacer l’individu civilisé aussi longtemps que la statue humaine ne sera pas « délivrée de ses linceuls », tant que l’homme ne sera pas redevenu « entièrement face », comme le disait un indigène de la côte du Chili[2]. Mais c’est au point de vue de la santé morale surtout que la restitution de la beauté nue serait nécessaire, car l’artifice du costume et de la parure est de ceux qui, par la sotte vanité, le servile esprit d’imitation et surtout par les mille ingéniosités du vice, entraînent le plus à la corruption générale de la société.
On peut en juger facilement dans les Ecoles des Beaux-Arts où les jeunes hommes, souvent dépravés, dessinent religieusement d’après le modèle féminin, avec un parfait respect de la forme humaine, et ne se laissent aller aux pensées libertines que plus tard, au contact de femmes revêtues de leurs atours et colifichets : la mode a donné aux habits la coupe faite spécialement pour exciter les convoitises. La beauté nue ennoblit et purifie ; le vêtement, insidieux et mensonger, dégrade et pervertit.

Or la mode règne encore, de même que règnent toujours le Seigneur Capital et les antiques survivances de l’Eglise et de l’Etat. Il n’est donc point à espérer que la mode, qui représente les intérêts d’innombrables fournisseurs et qui répond à un ensemble infini de petites passions personnelles, abdique de gré ou de force devant un régime nouveau d’art et de bon sens. On peut l’espérer d’autant moins que la mode est l’héritage de tout le passé. Elle change de siècle en siècle, de saison en saison, mais cependant beaucoup moins qu’on se l’imagine d’ordinaire : elle saute brusquement d’un extrême à l’autre, mais en prenant toujours des formes précédemment connues. Aucune des anciennes manières de se parer et de s’embellir n’a complètement disparu, même dans nos sociétés élégantes. Nombre d’hommes se tatouent encore, et, parmi les amiraux actuels, on pourrait en voir dont les gants de cérémonie cachent une ancre marquée en bleu à la racine du pouce. La femme européenne ne se passe pas d’anneau dans la narine, comme l’Hindoue, mais elle le suspend à son oreille ; elle garde le collier de la sauvagesse et porte le bracelet de la captive, reste de la chaîne qui l’attachait au poteau de la tente. Le soldat, qui dans la société actuelle représente le primitif, l’homme de vanité guerrière et de combat, s’orne d’épaulettes, de franges, de galons aux couleurs voyantes, de plaques, de croix en émail ou en métaux étincelants, de plumes multicolores, au risque d’attirer dans la bataille les regards et les balles de l’ennemi[3]. Mais si, chez les classes riches qui veulent à toute force se distinguer du commun des hommes, l’amour du luxe maintient la séparation des classes ou même cherche à l’augmenter encore à force de dépenses, les foules démocratiques tendent à se ressembler de plus en plus par le costume : c’est déjà un progrès. En nombre de pays, on ne distingue plus guère entre le riche et le pauvre, car l’homme de goût, même opulent, s’habille avec simplicité, et la propreté est de règle chez tous, même pour les peu fortunés. De plus, le vêtement des femmes laborieuses se rapproche de celui des hommes : celles qui veulent conquérir la liberté pleine de leurs mouvements trouvent le moyen de se débarrasser des robes lourdes, des corsets étroits, des chapeaux fleuris. Un certain progrès s’est positivement accompli dans le sens de la liberté du costume et malgré tout on s’est quelque peu rapproché de l’hygiène. Mais la grande révolution esthétique et morale qui laissera au civilisé moderne le droit qu’avait le Grec d’autrefois de se promener débarrassé de langes à la lumière du soleil, cette grande révolution est encore, parmi toutes les ambitions de l’homme moderne, celle qui paraît la plus difficile à réaliser.
(Extrait de L’Homme et la Terre, tome VI, chapitre XI « Éducation », p. 485 et suivantes.)
source https://fr.wikisource.org/wiki/La_Question_des_v%C3%AAtements_et_de_la_nudit%C3%A9

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 17 Déc - 12:05

alain a écrit:Par ailleurs comme nous étions liés , à la Fac, au groupe DDP, surtout grâce à Michel Suret-Canale,
je ne crois pas inventer qu'il courait ce jeu de langage à propos des Demoiselles du bord de la Seine,
les demoiselles du BORDE La Seine.
Non , j'ai rêvé ?

Oui, je confirme, c'est Dupré (de DDP Derivery/Dupré/Perrot) qui faisait ce jeu de mot durant son cours à la fac sur Courbet.
Le titre est souvent donné de façon inexacte: "Les demoiselles des bords de Seine".
Comme le soulignait Dupré, le titre exact (vérifié sur le site du musée du Petit Palais) est bien: "Les Demoiselles des bords de la Seine (été)". D'où ce jeu de mot sur le "bordel" sous entendu.

Dupré disait que les bords de Seine étaient des coins de prédilection pour la prostitution.
Je ne sais pas, je n'ai pas creusé la question, mais ce n'est pas ce que je vois dans ce tableau. Ce que j'y vois, c'est plutôt de la sensualité, de la volupté, entre deux femmes comme englouties dans les parfums et les froufrous de leurs robes à fleurs. Quelque part entre le Sommeil et le Treillis du même Courbet. Et surtout ce thème de l'assoupissement récurrent chez le peintre...
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 17 Déc - 16:38

alain a écrit:
En tout cas c'est la barque du Déjeuner !!
Bizarre d'ailleurs que Jean-Yves n'y ai pas déjà vu un kayak !

A l'arrière plan du Déjeuner, c'est peut-être la barque des Demoiselles, mais en tous cas ce n'est pas la Seine!



C'est une petite rivière qui serpente tranquillement à travers bois. A droite, on distingue un "seuil", une petite chute d'eau. Au loin, à travers la trouée dans les feuillages, on distingue une montagne bleuie par la perspective atmosphérique.
Et puis cette barque à droite...
Dans l'"original", il y a également une petite rivière en arrière plan, mais pas de barque. Et pour cause, les personnages étant des dieux, ou semi dieux - fleuves et naïade - ils n'ont pas besoin de barque pour se déplacer!


En tant que kayakiste, pour l'avoir vécue de nombreuses fois, je dirais que la scène est tout à fait ordinaire. On remonte la rivière tranquillement, puis on est arrêté par la chute d'eau, alors comme le coin est joli et discret, on décide de s'arrêter là pour pique niquer, se baigner nu, faire la sieste... Avant de rentrer en descendant le cours d'eau.

Sauf que la scène a brusquement été téléportée en plein centre de Paris, devant des milliers de spectateurs qui défilent chaque jour alors que ce petit coin paraissait si tranquille quand on y a débarqué.
Pour résumer ( pour l'instant) je pense que certes il y a  réflexion sur la photo , mais aussi sur l'intime (mis en public) et aussi sur le nu (mis en public).

"Edouard, qu'est ce que tu as encore fait!? " demande alors Victorine.
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Ven 16 Fév - 18:19

alain a écrit:
parce que le peu qu'il m'a dit au sujet de son projet , il m'a parlé de fond noir !
je sais pas s'il veut ou voulait détourer les personnages ,
pourtant c'est pas le genre de mec qui a peur de s"'assoir nu dans l'herbe Smile

D'ailleurs pour revenir aussi à la météo il a dit qu'on ferait peut-être le truc au printemps,
mais qu'il n'a aucun souci avec le froid, il a déjà fait des autoportraits dans le froid Smile

Du coup, vous en êtes où dans ce projet? Quelles sont les nouvelles? Cela s'est fait ou vous attendez les beaux jours, un peu de feuillage dans les arbres? Very Happy
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Ven 16 Fév - 22:46

j'ai fait des repérages près de chez moi


alain
Admin

Messages : 537
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Dim 18 Fév - 17:12

Alors on a le temps de regarder quelques videos en attendant...








avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Lun 19 Fév - 10:57

Ce qui est marrant avec la 2me video c'est que le gars a tourné avec une météo aussi pourrie que celle de mes repérages!
...................
Bon , plus sérieusement, je reviens sur le regard de Victorine.

C'est très important OR AlainB ne montre jamais son visage dans ses oeuvres
( sauf "effets spéciaux").
Je ne sais pas comment il va régler ça.
Je le vois mal avec un masque de chien ...

ps: la référence à Adam de Michel-Ange me fait rire.
C'est le genre d'approximation que ne se permettait pas Arasse et cie.
J'ai scanné mon épouse en Victorine ( 68 photos en en plus de 5 mn) et je vais poser pour le type de droite.
Même en se tenant la tête ma femme l'a bougée un peu.
( par ailleurs on a oublié de la faire regarder dans la bonne direction Sad

J'ai bien réalisé que je ne pourrais pas tenir la pose le bras tendu.
Adam aussi! Il l'a posé sur son genou!


alain
Admin

Messages : 537
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  Jean-Yves Amir le Lun 19 Fév - 18:52

alain a écrit:Ce qui est marrant avec la 2me video c'est que le gars a tourné avec une météo aussi pourrie que celle de mes repérages!
Oui, on voit bien que le déjeuner sans les feuillages, ça ne marche plus!

Bon , plus sérieusement, je reviens sur le regard de Victorine.

C'est très important OR AlainB ne montre jamais son visage dans ses oeuvres
( sauf "effets spéciaux").
Je ne sais pas comment il va régler ça.

(...)Même en se tenant la tête ma femme l'a bougée un peu.
( par ailleurs on a oublié de la faire regarder dans la bonne direction Sad
Et sans le regard de Victorine non plus! Je me demande ce qu'il reste de l'effet du tableau, de sa composition, sans ce regard qui en est le pivot...

Autre aspect intéressant dans cette video: la hauteur du point de vue. On voit bien dans l'image ci-dessous que tu as capturée, filmée à hauteur d'un homme debout, que le point de vue n'est pas le bon.


Il me semble plus proche de cette autre vue, filmée de plus bas, c'est à dire à la hauteur d'un homme assis, mais pas assis parterre comme les personnages : il faut qu'il soit un peu plus haut qu'eux.

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Le Déjeuner est servi!

Message  alain le Sam 9 Juin - 14:08

Le Déjeuner est servi!

comme annoncé le 17 novembre 2017

alain a écrit:on aura subodoré que mon étude du tableau de Manet me vient d'une commande.
AlainB veut se représenter (comme il le fait toujours) mais là dans "Le Déjeuner".


Nous avons fait les prises de vues le 31 mars 2018: 720 photos.

Puis créé les personnages virtuels.
Puis fait 3D-imprimer chacun.

Nous avons aussi assemblé virtuellement les personnages dans un ancien fond de sous-bois.

Puis utilisé les "textures" des objets 3D.
Il y a aussi des versions "cubistes".

Puis AlainB a photographié les personnages imprimés en 3D.
A fait des screenshots de la scène principale.

Puis nous avons fait imprimer sur bâche 2mx2,6m une image choisie selon un point de vue choisi.
Celui du bouvreuil!

Tout cela devait être exposé ici, vers Tarare:

http://mixed3d.free.fr/spip/?cat=97

Mais le 5 juin tout a été annulé!

AlainB a écrit:mais le "Déjeuner sur l'herbe" ainsi que la totalité de l'exposition 'Cabinet de curiosités' seront présentés courant septembre ou octobre conjointement à Lyon et Feurs.


Je documenterai quand même un peu et avant le résultat du travail.

Voici déjà un premier projet pour la bâche, mais c'est la 2ème image qui a été imprimée!








.

alain
Admin

Messages : 537
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manet Edouard, "Le déjeuner sur l'herbe"

Message  alain le Sam 9 Juin - 14:09

Quelques exemples des tirages

( les figurines 3D ne seraient finalement pas exposées )














alain
Admin

Messages : 537
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum