Anthony Cragg

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 9:33

Rien de tel que les photos d'atelier pour comprendre comment c'est fait.

Voici un très bon site qui réunit des images d'ateliers de plein d'artistes. J'en emprunte quelques unes pour illustrer le texte ci-dessus.
http://atelierlog.blogspot.com/2017/09/tony-cragg-5.html
https://atelierlog.blogspot.com/2013/04/tony-cragg-2.html?m=1
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 9:53

Et des videos

Dans celle-ci, des images d'oeuvres anciennes comme celles que tu as photographiées, et à la fin, des vues du travail à l'atelier (maquette en polystyrène expansé) Le problème c'est que je ne comprends rien au commentaire en allemand.


Idem ici, une des oeuvres anciennes ci-dessus (à 2mn12, 1975 Sans titre), et l'assemblage des plaques de contreplaqué découpé à l'atelier.



Tout sur les secrets de fabrication de Cragg ! Very Happy


Vues de détail montrant la qualité des matériaux et de leur finition
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  alain le Ven 19 Oct - 14:12



rien appris vraiment sur http://anneberk.nl/articles-english/tony-cragg/

mais sur "Early Forms" , beaucoup , voir plus bas...

et je n'ai pas encore bien regardé toutes les videos , je le ferais, merci.



Mais juste avant le post avec les vidéos j'avais écrit ce brouillon:



faut que je me ressaisisse!!
A force de voir toutes les œuvres monumentales de ces dernières années,
parfois répétitives",
j'ai commencé hier soir à avoir un début d' overdose
et ce matin les photos d'atelier sont  prêtes à m'achever!!
Je me dis: le type fait un gribouillon sur une feuille A4 et ses ouvriers passent des jours à le réaliser en bronze de 5 m de haut.
Il en fait 12 par an, 12 gribouillons.
Donc le reste du temps 365jours moins 12, il le passe sans doute à voyager pour voir ses oeuvres installées.

Comme Veilhan, Venet, Kapoor, Wei wei ( arggg pastaper, Jean-Yves! Smile.

ps : c'est pas sur une feuille A4 Smile

Bon, je vais me calmer, et sans revenir à notre cher Tony des années 80, avec ses morceaux de fourchette en plastique,
je vais venir à "Early Forms".
Car je crois que c'est de cela que je dois repartir.
1993. Le début des étirements d'objets, si je ne me trompe pas.





Dernière édition par alain le Ven 19 Oct - 14:42, édité 1 fois

alain
Admin

Messages : 549
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  alain le Ven 19 Oct - 14:36






Je suis content d'apprendre que je ne perds pas la tête autant que je croyais!

source ici: http://www.sculpture.org.uk/artwork/declination/download

Declination 2005
is one of the works from Tony Cragg's Early Forms series that is elevated from the
ground.
... Cragg's Early Forms series of cast works began in the late 1980s and was derived from a diverse range of
vessel types, such as jam jars, test tubes, ancient flasks and detergent bottles. These containers
from which liquid flowed are clearly inspired by his early experience as a laboratory technician.
..
Cragg twisted and pulled these forms together to create radically new forms.
Early Forms refers to the primitive origins of these vessels as these objects are amongst the earliest
surviving man-made forms and are therefore significant culture-makers. In Cragg's work
Declination it is clear that two objects have been bound together as all that remains is a seam,
which conceals the internal structure, but by doing so encourages one to consider it.
Declination
refers to an astronomical term
comparable to geographic latitude, representing the ability of Cragg’s work to make comparisons
between the micro and the macrocosmic realms.
..

...In the 1970's his works
were mostly made with found objects through
which Cragg questioned and tested material
possibilities. Later pieces demonstrated a shift of
interest to surface quality and how this could be
manipulated through unlikely juxtapositions of
materials such as bronze, steel, plastic, rubber,
glass, wood, plaster and more. These found
works developed into a series of fabricated
vessels, which he titled
Early Forms in which
Cragg’s interest was in the idea of a container as
metaphor for the body.

His later works, known as Rational Beings
, develop this interest into a series
of articulated columns, no longer concerned with
the organic, but with the dynamic. In these works
profiles emerge and disappear from their
surfaces and thereby push towards a new
abstracted understanding of the human figure.
Recently he has been confronting notions of
compression and expansion in his works where
recognisable forms such as facial profiles,
although distorted, become apparent. These
works have an almost futuristic element to them,
reminiscent of technology synonymous with 3D
printing or engineering more familiar at NASA


!!! a écrit:with 3D
printing




Dernière édition par alain le Ven 19 Oct - 14:41, édité 1 fois

alain
Admin

Messages : 549
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  alain le Ven 19 Oct - 14:40

et voici ce que j'avais écrit au brouillon le jour d'avant:



Si je m'excite sur les œuvres  dernières de Cragg c'est pour les raisons suivantes.

1- Il n'est pas facile de montrer des œuvres / objets virtuels.
Sur une plateforme web comme sketchfab, où j'en ai 1410, et des centaines ailleurs ....ça reste visible seulement sur un écran.Tablette etc.
Ce qui ne passionne pas les gens , à part les aficionados.
Les faire rotater pour en faire des 3Dvidéos est plus  facile à montrer.
J'en ai des centaines, mais là aussi faut un écran, voire un projecteur.

Autre solution, un casque VR mais l'idée de mettre cet objet sur la tête des éventuels spectateurs ne me plaît pas trop trop.

Veilhan, Wim Delwoye, et d'autres, sans doute Cragg aussi ( c'est un des buts de ma recherche d'y aller voir)  savent passer de l'objet numérique à sa réalisation en bronze ou autre en 3 mètres de haut.

Je sais faire un objet en impression 3D , mais avec des moyens qui ne me permettent pas plus de 20cm de haut.

Par ailleurs scanner c'est prendre des images d'un objet en tournant autour , ou bien le faire tourner lui-même suivant les logiciels utilisés, et je fais ça depuis 5 ans et j'ai récemment subit 3 scanners médicaux , c'est pareil.

D'où mon incise passionnante sur les premiers boulots célèbres , "formol",de Patrick Bailly-Maître-Grand.

Revenons-en à Cragg: il y a production d'objets réels exposables dans l'espace réel , le spectateur peut tourner autour.
Le numérique est un des moyens de production de l'objet. Mais beaucoup de travail manuel aussi, il est vrai.

Toute cette révolution laisse le temps passer. J'y vois une image de la durée.

Je ne crois pas que ce soit le cas de la palette de Cragg, en objets plastiques récupérés. Sauf à dire qu'ils sont usagés.


Non, il y a dans les surfaces développées chez Cragg, une mathématique que je sens musicale et poétique dans son rapport à la durée
( Je rabâche). Et que je voudrais bien m'expliciter.


ps: les trucs que je vise commencent en 1993 je crois , Early forms...


là j'arrête pour aujourd'hui

alain
Admin

Messages : 549
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  alain le Ven 19 Oct - 15:08

ps: j'ai été très injuste à propos du texte de Berk , car ses explications sur la FAO, que tu avais d'ailleurs citées, JY, bien sûr me passionnent.

alain
Admin

Messages : 549
Date d'inscription : 02/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 17:44

alain a écrit:
Je me dis: le type fait un gribouillon sur une feuille A4 et ses ouvriers passent des jours à le réaliser en bronze de 5 m de haut.
Il en fait 12 par an, 12 gribouillons.
Donc le reste du temps 365jours moins 12, il le passe sans doute à voyager pour voir ses oeuvres installées.

Comme Veilhan, Venet, Kapoor, Wei wei ( arggg pastaper, Jean-Yves! Smile.

ps : c'est pas sur une feuille A4 Smile

Non, pas taper. On s'en doutait que Cragg était lui aussi devenu un peu gros.

Avec ton gribouillon sur feuille A4, tu exagères quand même : ses maquettes avec ses rondelles de contreplaqué - ou autres techniques - il les fait lui-même. Après, que les agrandissements soient réalisés par des techniciens / praticiens, c'est le cas de toutes les sculptures monumentales. Rodin faisait travailler jusqu'à 150 personnes! Et des bons techniciens qui s'appelaient Pompon, Rosso Medardo, Bourdelle, Maillol ou même Brancusi!
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 17:52

alain a écrit:
Je lis que Cragg

"enroule et étire dans des spirales organiques les traces de notre monde".

Un(e) angliciste pourrait m'aider à me dépatouiller avec "to bend" ..."twirl"..

"to constrain or strain to tension by curving bend a bow"...

J'ai fait appel à une angliciste de ma connaissance Very Happy , elle devrait te répondre prochainement...

D'ailleurs, ce serait sympa si tu pouvais nous mettre une traduction en français du texte ci-dessus (avec google c'est facile, et ça sort à peu près correct)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 18:16

Des extraits d'un texte qui me parait intéressant par rapport à tes questions :
(c'est moi qui souligne en gras certains passages)
Source https://www.mudam.lu/fr/expositions/details/exposition/tony-cragg-1/

La curiosité de Tony Cragg le fait expérimenter tous les matériaux imaginables, chaque sculpture se développant à partir de celle qui la précède. Ce faisant, il crée un univers sculptural dans lequel différentes « familles d’œuvres » se ramifient, puis évoluent en parallèle pour donner naissance à d’innombrables variations qui, par moments, peuvent se croiser. Dans un premier temps, il combine ou accumule des objets trouvés en plastique et en bois, des matériaux de construction, des bouteilles, des éléments mécaniques ou autres à partir desquels il forme des motifs abstraits ou des motifs figuratifs dénaturés. Peu à peu, ses sculptures se diversifient, déployant un large spectre entre formes organiques et technoïdes sans pour autant se départir entièrement d’éléments reconnaissables. L’artiste se tourne alors progressivement vers les matériaux de la sculpture dite « classique » – plâtre, bois, bronze et pierre – sans renier son intérêt pour les matériaux nouveaux tels que la fibre de verre ou le Kevlar. Cette double approche donne lieu à des sculptures d’une complexité croissante, chaque nouvelle œuvre étant l’occasion de trouver quelque chose d’inédit, quelque chose qui le surprenne lui-même. Selon ses propres mots, il cherche les « formes manquantes », car bien qu’il ait récemment mis au point un véritable protocole de recherche des formes, il se voit comme un simple « agent » qui aide celles-ci à se constituer car elles ont une dynamique interne : « Même si ce n’est pas un processus linéaire, les choses se génèrent elles-mêmes. Il y a une sorte d’énergie auto-propagatrice, auto-génératrice qui est inhérente au matériau. »

Dining Motions (1982) et Forminifera (1994), les deux pièces de la collection du Mudam, témoignent d’une part de l’attention que l’artiste porte depuis toujours aux relations entre forme, image et matière, et d’autre part de son intérêt pour les formes organiques et les questions de masse et de surface – un problème qu’il abordera également, quoique de manière différente, dans d’autres œuvres.

Les Early Forms et les Rational Beings représentent quant à elles deux grandes familles d’œuvres aux nombreuses ramifications. Les premières sont dérivées de récipients de laboratoire ou similaires, qui par étirement, allongement, torsion et autres déformations deviennent des formes autonomes (et qui comprennent également des œuvres telles que Stroke [2014] et Migrant [2015]), tandis que les secondes correspondent à des formes organiques obtenues à partir de formes géométriques par gonflement et germination. Des œuvres telles que I’m Alive (2003) dans le Grand Hall et Making Sense (2007) procèdent également de cette typologie. Le principe de la superposition et de la stratification donne lieu à de nombreuses variations : si dans Fields of Heaven (1998), il souligne la fragilité du verre, la stratification de couches de contreplaqué collées devient bientôt une méthode qui ouvre un champ de possibilités formelles insoupçonnées. Lost in Thoughts (2012) présente le matériau en tant que tel dans sa forme et son agencement organiques, tandis que les colonnes de la série connexe des Points of View jouissent d’une grande liberté et autonomie pour évoquer des vues de profil ou des silhouettes d’objets. Enfin, le travail sur ordinateur ne facilite pas seulement l’agrandissement ou la réduction, mais permet également la fusion, la distorsion et la découpe transversale de formes, comme dans False Idols (2011), Spring (2014) et Parts of the World (2015), dont l’apparence n’a cependant été trouvée qu’au cours de la finalisation manuelle de l’œuvre.



avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anthony Cragg

Message  Jean-Yves Amir le Ven 19 Oct - 18:33

Tiens, j'ajoute ceci, photographié au musée du design de New-York, qui me semble bien en rapport avec ce que tu cherches.










avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1812
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum