"La loi du marché" de Stéphane Brizé

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: "La loi du marché" de Stéphane Brizé

Message  alainD le Ven 12 Juin - 10:15

ok je commence par l'école.
Je n'ai repéré cela que dans 2 films, mais je n'ai pas vu tous les films de Brizé, ça fait même moins d'un mois que je connais son nom.

Dans Mademoiselle Chambon les parents d'un gosse de primaire l'aident sur la question du complément d'objet direct.
La mère patauge, le gosse est juste mais ne sait pas trop pourquoi et le père s'en sort bien par pragmatisme.
Que le héros, Lindon, maçon, soit montré comme non idiot va aider la narration au sujet de sa relation amoureuse avec une instit.
Mais on voit aussi un couple ouvrier qui malgré sa bonne volonté à aider le fils, a du mal.
Voilà pour le réalisme social de Brizé mais tout dans l'ellipse et la délicatesse.
Et idem pour le fait que l'exemple pris, la grammaire, montre bien que c'est avec le langage que les parents ont du mal:
comme souvent à l'école la formulation des questions et devoirs ( notamment en maths)
plombe les moins habitués à lire et écrire.
Brizé souffle aussi là dessus.

Dans "la loi" la séquence du verre d'eau à remplir montre, toujours avec la délicatesse de Brizé,
que le gamin handicapé l'est, mais pas du tout mentalement.
Ce qui fait qu'on le retrouve plus tard en terminale, devant son prof principal.
S'il y a des profs sur ce forum, héhé, ils se seront émus et de l'attitude du prof, qui encourage ET reproche,
et nous est pénible, émus aussi du réflexe automatique des parents qui se jettent à défendre le gamin..
et aussi de l'attitude du gamin, qui bosse un max mais "ça n'avance pas".
Perso j'ai redoublé ma seconde, ça m'a bien rajeuni tout ça. Emu je veux dire.
Une de mes phrases fondatrices ce fut, lors de mon passage en 6ème,
à l'époque où tout le monde ne passait pas , dont mon frère , la phrase de mon père:
"ok on te paye le collège mais c'est pour réussir hein"
( j'ai traduit, et je re traduis: "on fait l'effort financier, mais vas y pour bosser et réussir").
Tout ça pour dire que Brizé évoque là le fameux ascenseur social.

D'ailleurs il y a beaucoup de plans genre traité de sociologie et d'économie politique, dans "La loi":
les caméras sur rails, les passages des produits aux caisses...
avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: "La loi du marché" de Stéphane Brizé

Message  Jean-Yves Amir le Mar 16 Juin - 16:45

Bien vu, tout ça, Alain.

Sur le sujet de l'école, je préfère ne pas intervenir, il y a tellement de choses qui m'énervent.
(calme toi Jean-Yves)
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1723
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "La loi du marché" de Stéphane Brizé

Message  alainD le Mar 16 Juin - 16:57

ahaha ah oui l'école ça calme pas.

Bon alors je dégaine maintenant mon 2eme brouillon:


Pour le 2ème topo, la lettre (cinématographique) au père,
je me suis dit qu'aucun blabla ne serait vraiment compréhensible, émotionnellement,
si le lecteur n'avait vu les séquences ad-hoc du film "Je ne suis pas là pour être aimé".
J'ai donc farfouillé et trouvé un vrai bijou:

https://www.youtube.com/watch?v=mPdZee-jRrM

En plus l'auteur de la mise en ligne a écrit un topo qui résume bien.

Attention, j'avertis ceux, sur ce forum, qui ont eu des parents, que c'est violent,
à visionner si on a le coeur bien accroché.
Accroché à quoi? on sait pas.

Dans "Chambon", Lindon a un père qui est veuf et il y a une séquence heureuse
où il reçoit des cadeaux de ses petits enfants et toute la famille est réunie ect.
Mais ce qui m'a surtout frappé, et je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières,
d'ailleurs ce n'est pas traité en mélo par Brizé, c'est quand Lindon accompagne son père
qui choisit son futur cerceuil.
Séquance un peu prosaîque mais où devant un cerceuil,
le père dit "c'est celui qu'on avait pris pour ta mère".


Pour finir, car là je suis épuisé, je reviens sur Wilson, le père de Chesnais.
En fait ce dont je me souvenais très bien du film, va savoir pourquoi Docteur F.,
c'est de la fen^tre de la maison de retraite.
Les parties d'échec entre le père et le fils finissent toujours merdique, et un jour pire d’engueulade, le fils s'en va,
et on voit le père, à le fenêtre mais caché derrière le rideau, qui le regarde partir.
Âmes sensibles s'abstenir, y compris de vous souvenir de ce plan si vous l'avez déjà vu.





avatar
alainD

Messages : 1375
Date d'inscription : 02/02/2015

http://lartcommeonlaime.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum