Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Northman le Sam 17 Oct - 11:06



Encore un parallèle avec un autre puissant instrument à vent, pour l'effet de relief, de puissant horizon stable, donné par une note basse continue. Deux interprétations de la toccata au début de BWV 540 :




La seconde est moins bonne, car la basse continue écrase trop le reste, qui semble un peu noyé dans la réverbération. Mais elle n'est pas complètement dénuée d'intérêt :



" />


Le fond sonore, background produit par les drones n'apparaît pas sur les partitions de cornemuse. Inutile, puisqu'il est obligatoire et permanent, issu de la conception même de l'instrument.
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Northman le Sam 17 Oct - 16:57

Ca y est, j'ai trouvé les notes réelles de la cornemuse écossaise :

"Il existe principalement deux manière d’écrire les partitions pour cornemuse écossaise… qui sont toutes les deux infidèles aux sons réels.

Tout d’abord, la cornemuse étant autrefois en la, les Écossais (et Irlandais) écrivent encore les partitions à la bonne octave certes, mais un demi-ton au-dessous de la hauteur réelle puisque l’instrument joue maintenant en si b. Pour information, les Écossais continuent néanmoins de parler de cornemuse en la (« in A »)."

" />

Les partitions sont écrites en ré majeur, mais la gamme réelle est un demi-ton au-dessus, ce qui donne la tonalité réelle : mi bémol majeur.

[img][/img]



Source :

http://www.partitions.bzh/description/Notations_musicales
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Northman le Dim 18 Oct - 10:34


Jean-Yves Amir a écrit:
http://www.bagpipe.shost.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=138&Itemid=82

"Le piobaireachd reste une musique d’initié dont l'écoute demande quelques mots d'introduction, et l’ambiance qu’il dégage est semblable à la force du raga Indien, des chants Inuit, des mélodies Berbères, ou du chant Grégorien."

Tiens, j'ai trouvé cet article de Jill McCoy en format PDF, que je vais lire très attentivement. :

Piob Mhor Reaveald : The Story and music of the Great Highland Bagpipe :

http://www.arts.cornell.edu/knight_institute/publicationsprizes/discoveries/discoveriesspring2007/McCoy%20.pdf

Il m'a l'air d'être une mine. J'aimerais savoir qui est exactement Jill McCoy. Quelques extraits :

"For solo pipers the piobaireachd is the richest of all bagpipe music, and the most difficult to learn."

Je me lance dans la traduction, par souci pour nos lecteurs non anglophones. Si vous trouvez qu'elle peut être améliorée, n'hésitez pas...

"Pour les solistes de la cornemuse, le piobaireachd - j'aimerais entendre la prononciation de ce mot- est la plus riche de toute la musique pour cornemuses, et la plus difficile à apprendre."

"But the Truth, say pipers troughout the ages, is that the piopbaireachd is what the pipes were made for."

"Mais la vérité, disent les pipers à travers les âges, est que le piobaireachd est ce pour quoi les cornemuses furent conçues".

Donc là ça va très loin. Est-ce le parti pris d'un passionné de piobaireachd, ou une réalité historique ? Il faut vraiment savoir qui est Jill McCoy. Je n'ai pas trouvé pour le moment, et l'article ne donne pas de précisions. On a une première impression plutôt bonne par la qualité de l'article et la liste des références citées à la fin. On voit qu'il/elle est loin d'être - comme nous- un amateur en début d'exploration. Smile

"Yet outside of piping circles, the Gaelic piobaireachd is a foreign term. Non-pipers stereotype the bagpipe as a marching instrument showcasted at parades, played by mustachioed, kilt-donning men and complemented invarably by drums."

" En dehors des cercles de pipers, le terme gaélique piobaireachd est étranger. Les non-pipers stéréotypent la cornemuse comme étant un instrument de marche, exhibé dans les parades, joué par des moustachus en kilt, et invariablement accompagné de tambours."

Alors là j'en prends -un peu- plein la gueule. Il/elle caricature quand-même un peu trop. Mais je n'ai jamais entendu de piobaireachd sur les plages du Débarquement, et ne suis jamais allé en Ecosse pour en écouter. En parlent-ils dans les articles généraux et basiques sur la cornemuse, comme celui de Wikipédia même en anglais ? Cependant certains airs que j'ai entendus, en dehors du piobaireachd que je ne connais pas encore, sont beaux et produisent quand-même en moi des effets profonds. Ils font aussi certainement partie de la culture et de l'histoire écossaises. Je ne demande qu'à découvrir :

Tu pourrais nous faire écouter du piobaireachd, Jean-Yves ? Est-ce facile à trouver et à diffuser ? Comment l'as tu toi-même découvert ?

C'est vrai que ce sont les marches qui viennent en premier à l'esprit, dans un pays aux si vastes espaces. Et l'instrument est si tonique... mais pas à mettre en n'importe quelles mains :

" />

A plus tard pour la suite des extraits traduits...


Pour le reste, les bases sur le volume, les notes, leurs fréquences réelles, la tonalité, tout ce qui est conditionné par la conception même de la Highland bagpipe, je continuerai l'exploration dès que j'en aurai le temps ...


Pas mal aussi, cet article d'Ewan Macpherson :

The Pitch and Scale of the Great Highland Bagpipe :

http://publish.uwo.ca/~emacphe3/pipes/acoustics/pipescale.html
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Jean-Yves Amir le Dim 18 Oct - 18:44

Northman a écrit:
[/color]" En dehors des cercles de pipers, le terme gaélique piobaireachd est étranger. Les non-pipers stéréotypent la cornemuse comme étant un instrument de marche, exhibé dans les parades, joué par des moustachus en kilt, et invariablement accompagné de tambours."

Alors là j'en prends -un peu- plein la gueule. Il/elle caricature quand-même un peu trop. Mais je n'ai jamais entendu de piobaireachd sur les plages du Débarquement, et ne suis jamais allé en Ecosse pour en écouter. En parlent-ils dans les articles généraux et basiques sur la cornemuse, comme celui de Wikipédia même en anglais ? Cependant certains airs que j'ai entendus, en dehors du piobaireachd que je ne connais pas encore, sont beaux et produisent quand-même en moi des effets profonds. Ils font aussi certainement partie de la culture et de l'histoire écossaises. Je ne demande qu'à découvrir :

Tu pourrais nous faire écouter du piobaireachd, Jean-Yves ? Est-ce facile à trouver et à diffuser ? Comment l'as tu toi-même découvert ?

Haha! Laughing

Tu vas trop vite pour moi, Northman! Smile

Vendredi matin, avant d'aller au boulot, en fouillant sur la cornemuse, je suis tombé sur ce site qui m'a paru intéressant
http://www.bagpipe.shost.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=138&Itemid=82
mais je l'ai lu en diagonale, et j'ai juste eu le temps de coller un extrait, en me disant que j'y reviendrai quand le pourrai.

Il donne une définition, mais je n'ai pas pu la vérifier en la croisant avec d'autres:
"Définition

   Piob = cornemuse ou Piob Mor
   Piobaire = sonneur
   Piobaireachd = musique de cornemuse, dite « classique » par rapport à la musique légère de danse (Ceol Beag ou Ceol Aotrom - March, Strasthpey, Reel et Ceol Meadhonach - slow airs, jigs).

  Pour information : Piobaireachd : signifie littéralement "en train de jouer de la cornemuse", comme l'anglais piping. La terminaison eachd veut dire en train de faire quelque chose.
  Ceol Mor qui veut dire grande musique, le terme piobaireachd est impropre , d'ailleurs il n'apparaît pas dans les vieux manuscrits.
  Il s'agit d'un thème musical appelé Urlar en Gaélique ou Ground en Anglais qui représente l'ossature d'une pièce, suivi de variations structurées, dégageant une sensibilité, faisant ressortir des sentiments tels que : l'exubérance, l'exaltation, la joie, la colère, la tristesse, la fierté."


J'ai été impressionné par la phrase finale,
Le piobaireachd reste une musique d’initié dont l'écoute demande quelques mots d'introduction, et l’ambiance qu’il dégage est semblable à la force du raga Indien, des chants Inuit, des mélodies Berbères, ou du chant Grégorien.
car j'y retrouvais exactement ce que j'essayais de formuler au début de ce sujet: une certaine musique écossaise m'évoque quelque chose venu d'ailleurs, de très loin, et du fond des temps.

Je me cite (première page):
"Entendre vibrer le souffle si particulier d'une cornemuse, de préférence dans un vaste paysage des highlands, produit en moi, à chaque fois, un effet si fort à nul autre pareil, sinon celui des percussions berbères de la place Jemaa el Fna."
" j'ai la sensation d'entendre, au milieu des highlands du nord, une musique du sud ou de l'est, berbère ou turque. Ce qui m'émeut profondément, c'est que bien au delà de la culture écossaise ou même celtique, ce son vient de loin et mêle en profondeur des résonances de multiples origines."


Mais pour autant, je ne sais pas mieux que toi ce dont il s'agit!
Nous cherchons parallèlement à comprendre, et les choses se précisent petit à petit...
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Jean-Yves Amir le Dim 18 Oct - 19:12

Je me cite à nouveau Smile (page 1)
"Disons que lorsqu'on parle de cornemuse, c'est à ceci qu'on pense en premier lieu:
C'est à dire de la musique de fanfare où l'instrument joue un hymne, une marche, une mélodie simple.
C'est spectaculaire, certes, mais ce n'est pas de cette musique là que je parle.

Ce qui réunit (presque) tous les exemples que j'ai mis ci-dessus, outre les variantes de l'instrument, c'est un certain type de structure musicale fondé sur la répétition et le tressage des motifs. Ces musiques ne sont pas basées sur la composition mais sur un système répétitif qui peut se dérouler indéfiniment.
"

Pour y voir clair, il nous faut distinguer différentes formes - ou usages? ou registres? - de la musique de cornemuse écossaise. Au point où j'en suis de cette exploration, je dirais:
- les musiques folkloriques, traditionnelles, plus ou moins liées à la danse...
- les musiques à usage militaire, les marches....
- et les piobaireachd qui sont une forme savante, virtuose, fondée sur des structures répétitives non mélodiques (ou à peine résiduelles) et culturellement étonnante si elle relève bien de la "transe spirituelle" (à vérifier).


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Lun 19 Oct - 12:44, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Jean-Yves Amir le Dim 18 Oct - 19:42

Northman a écrit:
Tu pourrais nous faire écouter du piobaireachd, Jean-Yves ? Est-ce facile à trouver et à diffuser ? Comment l'as tu toi-même découvert ?


Je te réponds au stade actuel de nos recherches, sous toute réserve, je peux me tromper.
Ce à quoi nous avons assisté, sans le savoir, aux Highland Games d'Arisaig (mes photos ci-dessus, le piper faisant indéfiniment des allers et retours sur une estrade en bois posée dans l'herbe) était sans doute un concours de piobaireachd. Les règles en sont sans doutes très précises, on voit, derrière le musicien, un jury prendre des notes...

Au delà de ce concours, il existe sans doute le piobaireachd pur.
Je le vois comme une performance extrême du jeu de cornemuse. Mais je ne suis pas sûr....

Gordon Duncan dans une version encore "officielle"


Duncan MacRae


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Lun 19 Oct - 12:46, édité 1 fois
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Jean-Yves Amir le Dim 18 Oct - 21:22

Deux PS, Northman:
- je n'ai pas encore lu le texte que tu as trouvé, je vais le faire...
- j'ai bien capté ton rapprochement avec l'orgue de Bach. Il est audacieux, j'y avais pensé sans oser le dire, j'ai pensé aussi à un rapprochement possible avec l'accordéon.
Bach était un grand "improvisateur" sur orgue, la musique baroque laissait une large place à l'improvisation et à l'ornementation. Peut-être les improvisations de Bach ressemblaient elles un peu à des piobaireachd?
avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Northman le Dim 18 Oct - 23:20

Jean-Yves Amir a écrit:

... Pour y voir clair, il nous faut distinguer différentes formes - ou usages? ou registres? - de la musique de cornemuse écossaise. Au point où j'en suis de cette exploration, je dirais:
- les musiques folkloriques, traditionnelles, plus ou moins liées à la danse...
- les musiques à usage militaire, les marches....
- et les piobaireachd qui sont une forme savante, virtuose, fondée sur des structures répétitives non mélodiques (ou à peine résiduelles) et culturellement étonnante si elle relève bien de la "transe spirituelle" (à vérifier).


"Traditionally, the pipers fulfilled one of two roles : that of the village piper who played at fairs and weddings, or that of Shepherd or swineherd who played in the fields to call his animals in. In Gaelic Scotland and Ireland, though, the bagpipe was used as the incitement to battle and for lamenting the dead- no doubt this is were the slow, nostalgic piobaireachd was born.

C'est une citation de l'article de Jill McCoy, la mine dont j'ai déjà traduit plus haut des extraits, et que tu vas lire ou que tu lis. Intéressant de partir des fonctions traditionnelles des pipers pour classifier la musique de cornemuse écossaise :

Donc, ce que tu as classé dans les musiques folkloriques, traditionnelles, plus ou moins liées à la danse, correspond bien aux fêtes et aux mariages, dans les villages.

Ce que tu as classé dans l'usage militaire et les marches correspond à l'incitation, l'appel, l'encouragement au combat. Note personnelle : On peut aussi apprécier ce registre initialement militaire dans une "musicothérapie", en l'élargissant à la combativité, donc l'inverse de la tendance dépressive à l'inhibition psychomotrice. J'adore écouter cette musique par exemple s'il me faut beaucoup d'énergie pour me lancer dans de gros travaux à la maison...

Pour l'appel des moutons et des cochons, ce serait intéressant de voir s'il reste des traces musicales. Ce n'est pas dans ta classification. A creuser.

La spiritualité du piobaireachd serait liée à ses origines, d'après McCoy, à la musique jouée aux funérailles. Ca, c'est hyper-intéressant. Complémentaire indispensable de la musique "militaire". Et là, on pressent que les questions de tonalités sont plus complexes qu'on ne le croit au premier abord, en voyant des partitions écrites en ré majeur, avec fa dièse et do dièse à la clé. Pour aller plus loin, Jean-Yves, il va donc nous falloir encore creuser des bases musicales sur l'instrument. Seule Amazing Grace, me laissait entrevoir ce registre nostalgique possible de la Highland Bagpipe. Mais d'après l'auteur le piobaireachd va beaucoup plus loin. A voir, à écouter surtout. Ca devient vraiment passionnant...



Dernière édition par Northman le Lun 19 Oct - 18:48, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Northman le Lun 19 Oct - 7:38

Jean-Yves Amir a écrit:Deux PS, Northman:

- j'ai bien capté ton rapprochement avec l'orgue de Bach. Il est audacieux, j'y avais pensé sans oser le dire, j'ai pensé aussi à un rapprochement possible avec l'accordéon.
Bach était un grand "improvisateur" sur orgue, la musique baroque laissait une large place à l'improvisation et à l'ornementation. Peut-être les improvisations de Bach ressemblaient elles un peu à des piobaireachd?

Jean-Yves mon parallèle est limité et porte sur une œuvre précise de Bach, BWV 540. C'est une toccata et fugue en fa majeur. Le fa est donc la note dominante de cette tonalité. Au début il est joué au pédalier, en basse très grave continue. La mélodie est rapide et continue, avec peu ou pas de silences.

La cornemuse écossaise n'existe pas sans ses bourdons, drones, et il y a un la grave ( la "écossais" car pas notre la à 440 Hz et ses octaves) en arrière-fond permanent. Ce la grave, renforcé et mis en relief à l'octave octave supérieure par les deux drones ténors, est bien en fait la note dominante, tout comme le fa dans BWV 540. C'est pourquoi la transcription des partitions écossaise en ré majeur est trompeuse. La tonalité réelle est en la "écossais", un la majeur "modifié", ce que nous creuserons plus loin grâce à l'article de McCoy.

Second parallèle, la mélodie du chanter de la cornemuse ne peut qu'être continue, car l'air venant du sac s'écoule dedans en permanence. Un flot continu. Pas de silences sur les partitions...


Dernière édition par Northman le Lun 19 Oct - 18:46, édité 1 fois
avatar
Northman

Messages : 547
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scottish story 2 : Cornemuses de tous les pays...

Message  Jean-Yves Amir le Lun 19 Oct - 12:55

Une explication intéressante en video et en français, par Patrick Molard, sur le piobaireachd, ou le ceol mor plutôt. Very Happy
On retrouve cette histoire d'espace dont nous parlions plus haut.



Et la suite

avatar
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 1730
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum