Lichtenstein Roy : "Brushstrokes"

Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty Lichtenstein Roy : "Brushstrokes"

Message  Jean-Yves Amir Mer 1 Déc 2021 - 14:21

Ce n'est pas un mince paradoxe que le peintre célèbre pour ses aplats nets et sans bavures ou sa facture "mécanique" ait été toute sa vie préoccupé par le "coup de pinceau" au point d'en faire l'un de ses thèmes les plus récurrents!

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Hqdefa10


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 1 Déc 2021 - 18:37, édité 1 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1965 Strange Suspense Stories

Message  Jean-Yves Amir Mer 1 Déc 2021 - 14:32

1965

Officiellement, Lichtenstein (1923-1997) peint en 1965 son premier "Brushstroke" d'après une BD de Dick Giordano intitulée "La peinture" parue en 1964 dans Strange Suspense Stories n°72

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Captur68

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte11

Je résume brièvement cette histoire car elle éclaire de façon troublante la réflexion de Lichtenstein.

Elle se situe quelque part entre le Portrait de Dorian Gray de Wilde et le Portrait ovale de Poe. Jake Taylor est un jeune peintre talentueux mais qui manque encore de confiance en lui. Lorsqu'un galeriste lui propose de l'exposer, il refuse. Pris de remords et de doutes il se met à peindre furieusement : hors du contrôle de sa volonté, le visage d'un inconnu apparait alors sur la toile. Cet inconnu à l'apparence de plus en plus diabolique commence à lui parler et à l'interroger sur son véritable talent artistique:"Tu te prends pour un artiste, Jake, mais tu as peur d'affronter le monde et son jugement!". De plus en plus exaspéré par cette vision obsédante Jake finit par recouvrir le portrait à grand coup de peinture rouge (dans la version de la page de couverture, il lacère la toile). Le lendemain, il découvre avec surprise qu'à la une du journal figure le visage de l'homme qui l'obsédait. Celui-ci a été tué! Jake se remet alors à peindre ce portrait afin de tenter de redonner vie à l'inconnu.
Dans la dernière vignette, on retrouve Jake vieux dans son atelier envahi d'une multitude de portraits identiques comme si le peintre avait passé sa vie à rechercher l'image détruite.
Le faux sentiment de culpabilité de Jake l'amena à se lancer dans une mission qui lui prendrait le reste de sa vie. Année après année, il lutta pour retrouver le visage de l'homme qu'il avait peint. S'il y parvenait, alors le visage lui parlerait à nouveau, et Jake serait capable de libérer son esprit. Mais toutes ses tentatives furent vaines...

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa11
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa13
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa12
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa14
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa15
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa16
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" The_pa18


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 30 Déc 2021 - 9:04, édité 7 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1959-60 Untitled

Message  Jean-Yves Amir Mer 1 Déc 2021 - 17:16

1959-60

J'écris "officiellement" car c'est la version que l'on trouve habituellement. En réalité, les "coups de pinceau" apparaissent plus tôt dans l'oeuvre de Lichtenstein, juste avant qu'il commence à reproduire et agrandir des vignettes de bande dessinée (1960/61).
En effet, dès 1959 1960, il peint toute une série de tableaux qu'on pourrait assimiler - en apparence - à l'expressionnisme abstrait et où figurent des traces de brosse très appuyés.

Lichtenstein 1959 Untitled
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte13

Lichtenstein 1960 Untitled
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte12


Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" B1729510


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 26 Déc 2021 - 19:40, édité 4 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1965 Brushstrokes

Message  Jean-Yves Amir Mer 1 Déc 2021 - 19:02

1965

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte14 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Captur69

Pour réaliser Brushstrokes de 1965, Lichtenstein modifie entièrement l'image de départ.

- il resserre le cadre de la composition comme dans presque toutes ses reprises, il élimine le texte et la bulle ainsi que le bras pour ne garder qu'une partie minimum de la main et du pinceau;
- il redessine les formes des coups de brosses;
- il supprime la toile sur laquelle peint Jake, ce qui change considérablement la lecture de l'image;
- il agrandit considérablement la taille des points de trame typographique en proportion du format de l'image. Ceux-ci, peu perceptibles dans la BD d'origine, deviennent prépondérants.

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Captur70 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte15

Cette technique de tramage par points de la surface qui va devenir la marque de fabrique de Lichtenstein n'apparait que quelques années plus tôt (1961-62) et de façon très "artisanale" par empreintes ou pochoirs répétitifs. Au début, il utilisa les trous d'une brosse de toilettage pour chien dont il avait ôté les poils, puis plus tard il confectionna un pochoir avec une plaque d'aluminium percée à la main. Ensuite il utilisera des plaques perforées préfabriquées ou des stencils Benday Dots de ce type https://www.stencilwarehouse.com/collections/benday-dot-stencils

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte34 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte32 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte33


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 29 Déc 2021 - 11:35, édité 11 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty Petite parenthèse sur la touche en peinture

Message  Jean-Yves Amir Mer 1 Déc 2021 - 19:23

La touche c'est en quelque sorte le pixel du peintre, mais un pixel "fait main".

RICHTER 1964 MADRID
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Richte10


Le peintre peut choisir de la rendre invisible grâce à une extrême minutie. Disons que c'est de la "haute définition". Les Epoux Arnolfini de Van Eyck (1) n'est pourtant pas un très grand tableau (82 x 60 cm), il faut le regarder à la loupe pour commencer à voir de minuscules coups de pinceau (détails 2 et 3).

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Van_ey101 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Van-ey102 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Van_ey113

Il peut aussi décider de l'éliminer par l'aplat (1 Kelly, 2 Léger) ou par le blaireautage (2 Léger, 3 Richter)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Kelly_101 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Leger_102 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 2228103

Il peut aussi la traiter de façon systématique ou mécanique (1 Seurat, 2 Balla, 3 Jacquet, 4 Toroni), elle ressemble alors beaucoup à un véritable pixel.
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Seurat101 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Balla_102
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Jacque103 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 2017_n104


Mais à l'inverse il peut chercher à la souligner, à la rendre expressive. La touche est alors la trace du geste du peintre, la marque du pinceau dans la matière picturale. Elle garde comme une empreinte la mémoire de l'instant de l'exécution.
(1 Van Gogh, 2 Matisse, 3 Soutine, 4 Nolde)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Van_go141 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Matiss132
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Soutin103 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Nolde_104

Les tendances artistiques dites "expressionnistes" privilégient cette conception gestuelle de la touche jusqu'à en faire le sujet même de leur peinture, comme par exemple De Kooning dans la peinture américaine d'après guerre.
C'est précisément dans ce contexte expressionniste abstrait dominant qu'apparaissent par réaction / dérision les "Brushstrokes" de Lichtenstein.

De Kooning 1960 Door to the River
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" De_koo10

Autre facette de la question, la touche est autant ce qui permet de construire la figure que ce qui peut mener à sa destruction. Ce fameux texte de Balzac, extrait du Chef d'oeuvre inconnu illustre bien cette zone fragile où la figuration se dissout en même temps qu'elle s'élabore.

– Apercevez-vous quelque chose ? demanda Poussin à Porbus.
– Non. Et vous ?
– Rien.
Les deux peintres laissèrent le vieillard à son extase, regardèrent si la lumière, en tombant
d’aplomb sur la toile qu’il leur montrait, n’en neutralisait pas tous les effets. Ils examinèrent
alors la peinture en se mettant à droite, à gauche, de face, en se baissant et se levant tour à tour.
– Oui, oui, c’est bien une toile, leur disait Frenhofer en se méprenant sur le but de cet
examen scrupuleux. Tenez, voilà le châssis, le chevalet, enfin voici mes couleurs, mes pinceaux.
Et il s’empara d’une brosse qu’il leur présenta par un mouvement naïf.
– Le vieux lansquenet se joue de nous, dit Poussin en revenant devant le prétendu tableau.
Je ne vois là que des couleurs confusément amassées et contenues par une multitude de
lignes bizarres qui forment une muraille de peinture.
– Nous nous trompons, voyez !... reprit Porbus.

En s’approchant, ils aperçurent dans un coin de la toile le bout d’un pied nu qui sortait de ce
chaos de couleurs, de tons, de nuances indécises, espèce de brouillard sans forme ; mais un pied
délicieux, un pied vivant ! Ils restèrent pétrifiés d’admiration devant ce fragment échappé à une
incroyable, à une lente et progressive destruction. Ce pied apparaissait là comme le torse de quelque
Vénus en marbre de Paros qui surgirait parmi les décombres d’une ville incendiée.
– Il y a une femme là-dessous, s’écria Porbus en faisant remarquer à Poussin les courbes de
couleurs que le vieux peintre avait successivement superposées en croyant perfectionner sa peinture.
Les deux peintres se tournèrent spontanément vers Frenhofer, en commençant à s’expliquer,
mais vaguement, l’extase dans laquelle il vivait.
– Il est de bonne foi, dit Porbus.
– Oui, mon ami, répondit le vieillard en se réveillant, il faut de la foi, de la foi dans l’art, et
vivre pendant longtemps avec son œuvre pour produire une création semblable. Quelques-unes
de ces ombres m’ont coûté bien des travaux. Tenez, il y a là sur sa joue, au-dessous des yeux,
une légère pénombre qui, si vous l’observez dans la nature, vous paraîtra presque intraduisible.
Eh!bien, croyez-vous qu’elle ne m’ait pas coûté des peines inouïes à reproduire ? Mais aussi, mon
cher Porbus, regarde attentivement mon travail, et tu comprendras mieux ce que je te disais sur la
manière de traiter le modelé et les contours. Regarde la lumière du sein, et vois comme, par
une suite de touches et de rehauts fortement empâtés, je suis parvenu à accrocher la véritable
lumière et à la combiner avec la blancheur luisante des tons éclairés ; et comme, par un
travail contraire, en effaçant les saillies et le grain de la pâte, j’ai pu, à force de caresser le contour
de ma figure, noyé dans la demi-teinte, ôter jusqu’à l’idée de dessin et de moyens artificiels,
et lui donner l’aspect et la rondeur même de la nature. Approchez, vous verrez mieux ce travail.
De loin, il disparaît. Tenez ! Là il est, je crois, très remarquable.

Et du bout de sa brosse, il désignait aux deux peintres un pâté de couleur claire.

https://beq.ebooksgratuits.com/balzac/Balzac_70_Le_chef_doeuvre_inconnu.pdf
1 Auerbach
2 De Kooning
3 Leroy
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Frank-101 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Willem102 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Leroy103


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 30 Déc 2021 - 9:07, édité 7 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty "Brushstrokes" de 1965-67

Message  Jean-Yves Amir Jeu 2 Déc 2021 - 17:47

1965-67

Entre 1965 et 1967, Lichtenstein peint plusieurs "Brushstrokes" de grand format sur le même principe que la première mais en éliminant la main et le pinceau. Logique puisque la facture est censée être mécanique et non manuelle.

Puis ce thème disparait jusqu'en 1980 (à part une brève apparition dans une oeuvre synthétique de 1977 Reclining Nude)

LICHTENSTEIN 1965 BRUSHSTROKE
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte16

LICHTENSTEIN 1965 BIG PAINTING VI
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte17


LICHTENSTEIN 1966  BRUSHSTROKE WITH SPATTER
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte18


Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 7a040b10


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 26 Déc 2021 - 19:42, édité 4 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1980-81 Peindre une pomme

Message  Jean-Yves Amir Jeu 2 Déc 2021 - 18:34

1980


Le thème revient donc en 1980, soit quinze ans après son apparition, sous la forme d'études. Lichtenstein dresse une sorte de petit catalogue des effets qu'il peut obtenir avec ses faux coups de pinceau, comme il le fait avec ses "dot pattern", ses "pois".

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte22 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte23
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte19 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte21
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte20 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte24

Mais la nouveauté c'est qu'il va appliquer cet élément supplémentaire de son vocabulaire à un motif de représentation : la pomme! Comme Cézanne!

Il peint d'abord une étude en petit format sur un support plastifié transparent (placé sur un dessin préalable ou une photo? je ne sais pas) à l'aide d'un minimum de larges touches (véritables). Puis il agrandit le résultat en remplaçant ces touches par des "brushstrokes" codifiées.

LICHTENSTEIN 1980 APPLE AND GRAPEFRUIT et son étude préparatoire
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte26 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte27

LICHTENSTEIN 1981 RED AND YELLOW APPLES et son étude préparatoire
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte25 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte28


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 26 Déc 2021 - 17:55, édité 2 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1981-82 Sculptures

Message  Jean-Yves Amir Sam 4 Déc 2021 - 19:03

1981-82

Suite à ce retour, Lichtenstein produit un grand nombre de variations nouvelles à partir de ce même thème.

A commencer par les "brushstrokes" en volume. Je ne puis l'assurer car il faudrait pouvoir disposer d'un catalogue complet de l'oeuvre de Lichtenstein, mais autant que j'ai pu le vérifier sur plusieurs sites dont celui de la Lichtenstein Foundation, ces sculptures - ou "anti-sculptures" - apparaissent en 1981 à la suite de ces pommes.
LICHTENSTEIN 1981 YELLOW APPLE
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte30
LICHTENSTEIN 1981 BRUSHSTOKE SCULPTURE et 1982 BRUSHSTOKE SCULPTURE
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte29 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte31

Le développement monumental de ces sculptures amène à cette idée jubilatoire que leur espace d'implantation, le "paysage", pourrait être en quelque sorte repeint à grands coups de brosse flottant dans une tridimensionnalité indécise, comme ci-dessous Five Bruhstrokes (1984 94) .

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte35

video   Tokyo Brushstrokes 1995 https://vimeo.com/ondemand/brushstrokes/136734914


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Jeu 30 Déc 2021 - 9:10, édité 3 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1981-82 Women

Message  Jean-Yves Amir Ven 24 Déc 2021 - 17:17

1981-82

En 1981-82 toujours, Lichtenstein réalise une série qui montre bien à quel point il est préoccupé par l'expressionnisme et combien il cherche à lui apporter une réponse "systématique" (correspondant à son système de production).

Il reprend le même procédé que pour les pommes en faisant des études préalables sur transparents mais il s'attaque cette fois à la célèbre série des six Women de De Kooning (1952-53)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Serie_10

Et voici les quatre variations de Lichtenstein accompagnées de leurs études respectives:
Woman I
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte43 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte42

Woman II
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte37 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte36

Woman III
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte39 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte38

Woman IV
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte41 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte40

A part Woman I dont le dessin correspond assez bien à Woman I de De Kooning, il me semble que les variations suivantes sont plus libres et ne cherchent pas à être fidèles à leurs "modèles".


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Dim 26 Déc 2021 - 17:57, édité 1 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1982 De vrais coups de pinceau!

Message  Jean-Yves Amir Ven 24 Déc 2021 - 18:48

1982

L'année 1982 voit apparaitre une innovation radicale dans le vocabulaire de Lichtenstein : un véritable coup de pinceau! Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 1f631
Je ne sais précisément dans quelle oeuvre apparait pour la première fois cette vraie trace de brosse, mais la référence à l'expressionnisme abstrait est explicite comme ici dans Still Life with Expressionnist Painting (1982).
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte44

Durant cette année et les suivantes, il produit un grand nombre de variations sur ce même principe montrant un tableau "abstrait" encadré de façon plus ou moins fragmentaire et décentrée.Dans ce "tableau dans le tableau", les coups de pinceau véritables se mêlent aux brushstrokes préfabriquées.
1 Abstraction with frame I, 1982; 2 Abstraction with frame II, 1982; 3 Paintings with roses, 1982.
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte451 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte462 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte473

Le peintre pousse même le jeu jusqu'à produire de "vrais tableaux expressionnistes abstraits", plein cadre, sans espace extérieur codé! Seules quelques "fausses touches" permettent encore de repérer le second degré lichtensteinien.
Comme par exemple ci-dessous Blue Brushstrokes, 1982 ou Composition, 1982
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte48 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte50


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Mer 29 Déc 2021 - 16:42, édité 2 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1983-84 Two Paintings

Message  Jean-Yves Amir Sam 25 Déc 2021 - 15:54

1983-84

Ce procédé de juxtaposition d'une "peinture abstraite" avec un tableau - ou plutôt un morceau de tableau - amène à des jeux infinis de citations et d'auto citations. En voici deux exemples:

1 Lichtenstein 1984 Two Paintings Sleeping Muse
2 Lichtenstein 1983 Sleeping Muse
3 Brancusi 1910 La muse endormie
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte551
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte562 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Brancu103


4 Lichtenstein 1984 Paintings Water Glass and Lemon
5 Lichtenstein 1974 Still Life With Gold Fish
6 Matisse 1914 Poissons rouges et palette (détail)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte584
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte575 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Matiss146

Comme dans les oeuvres précédentes, ces "peintures abstraites" mêlent de vraies touches avec des "brushstrokes" préfabriquées. Leurs couleurs reprennent celles des peintures qui leurs sont juxtaposées, produisant ainsi un curieux effet de reflet brouillé un peu comme les miroirs peints de Lavier:
Lavier 1987 Oscar
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lavier10

Et paradoxalement ces "peintures abstraites" paraissent moins réelles que leurs voisines alors qu'elles sont matériellement plus concrètes (des vraies traces de véritable peinture!). Lichtenstein a certainement pris conscience de ce phénomène surprenant puisque dans la série, il peint Painting with Mirror (1984)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte59

On voit bien ici comment les séries de Lichtenstein s'imbriquent les unes dans les autres et s'engendrent mutuellement. Car Painting with Mirror (1984) combine les "brushstrokes" avec un "miroir" de 1970 et préfigure ainsi la série à venir des Reflections (1988-89) où le peintre reprend ses propres oeuvres comme si elles se réfléchissaient dans des miroirs.
1 1970 Twin Mirrors
2 1989 Reflection on Blonde
3 1990 Reflections on Brushstrokes
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte661 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte612

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte673


Dernière édition par Jean-Yves Amir le Ven 31 Déc 2021 - 13:41, édité 9 fois
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1986 Portrait

Message  Jean-Yves Amir Sam 25 Déc 2021 - 16:20

1986

Durant les années 1980, les "brushstrokes" deviennent des sortes d'objets, des fragments autonomes que l'artiste manipule, organise et combine à sa guise avec de véritables coups de pinceau. Leur nature est donc bien différente, les premiers sont préfabriqués et codés, les seconds sont la trace d'un geste immédiat et, en principe, irrévocable.
Une photo d'atelier datant de 1986 (photographe Thomas Hoepker, source https://www.magnumphotos.com/arts-culture/art/in-the-studio-roy-lichtenstein-work-thomas-hoepker-pop-art-new-york/) donne de précieuses indications sur la façon dont Lichtenstein procède. La combinaison des ces éléments hétérogènes n'a rien d'évident, encore moins si l'on ajoute les trames de points.

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 71wta010

En premier plan, une table de travail jonchée de bouts de papiers parmi lesquels on distingue :
- des trames de points préfabriquées,
- des "brushstrokes" en aplats préfabriquées (imprimées) et découpées,
- des coups de pinceaux peints sur papier et découpés.

En arrière plan à droite, on voit deux tableaux quasiment achevés, Blonde et Face in the forest (1986)
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte51 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte52

A gauche, deux tableaux sont en cours d'éxécution, à peine commencés. Juste derrière le peintre, on reconnait les premières touches de Portrait (1986)
Il commence par réaliser une étude (1) en petit format et par collage de papiers (Painted and printed paper on board), y compris des touches peintes et découpées. L'étude est ensuite reprise en grand format et ces touches découpées sont d'abord directement repeintes sur la toile (2) Les autres éléments du collage sont ensuite peints également mais en aplats, les descriptifs techniques n'indiquant aucun collage pour l'oeuvre finale (3).
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte531 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" 71wta0112 Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte543



Par la suite, Lichtenstein utilise des moyens techniques de plus en plus sophistiqués pour réaliser ses collages.
video Reflection on Brushstroke (1992) https://vimeo.com/407881080
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Empty 1996-97 The painting was destroyed... The voice was silenced...

Message  Jean-Yves Amir Mer 29 Déc 2021 - 18:49

1996-97

A la fin des années 1980 et au début des années 1990, les "Brushstrokes" tendent à disparaître des préoccupations de Lichtenstein au profit d'autres séries comme les Réflections, les Intérieurs ou les Nus. Elles réapparaissent néanmoins à la fin de sa vie en 1996-97 (Le peintre meurt d'une pneumonie en septembre 1997 à l'age de 74 ans).

De grands coups de brosse blancs ou gris clair bleuté viennent alors recouvrir, effacer, des natures mortes réduites à des parallélépipèdes rectangles.
Brushstrokes with Still Life 1996
Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte64

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte63

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Lichte65

The painting was destroyed... The voice was silenced...
Sans aucun doute, Roy a eu une pensée pour Jake effaçant furieusement la figure diabolique qui l'obsédait
"I must be having some kind of nightmare!!"

Lichtenstein Roy : "Brushstrokes" Roy_ja10
Jean-Yves Amir
Jean-Yves Amir
Admin

Messages : 2109
Date d'inscription : 12/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum